Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18.05.2013

Critérium Jurassien 2013

Plaque Crité 2013.jpgMa 10e saison a commencé avec un sentiment de ne pas y être… probablement encore les suites d’une saison de hockey longue et plaisante. Ce Crité 2013 était pour moi, ma 30e participation au CS des Rallye, et aura représenté pas moins de 7 (!) déplacements au Jura, suite à la reprise d’une nouvelle ES, soit, 8 journées et 3 soirées, dont l'accueil a été à chaque fois excellent. Ma collègue et cheffe de l’an passé n’étant pas dispo, on m’a remis avec le responsable de Alle, en nous proposant une nouvelle ES, qui se fera dans le même principe, soit 1x le vendredi mais en version courte entre Bassecourt et Asuel (12km740), et 2x le samedi avec 5km de plus en partant de Develier. Pour l’histoire, c’est la 5e année que je suis dans les responsables d’ES au Crité, et je n’ai pas fait 2 ans de suite une même ES… (2009 Delémont Matériaux, 2010 Delémont ZI, 2011 Coeuve, 2012 Courtemautruy, 2013 Asuel).
 
Avant même la 1ère assemblée, nous allons sur le terrain ; la spéciale est très belle, passant par plusieurs changements de type de routes. Elle plaira énormément, mais pourrait être piégeuse selon la météo. Reste à mettre le tout en place, sans oublier qu’il y aura pas mal de cordes à protéger. Après la 2e assemblée, nous allons les poser… sous la neige, ainsi que la 30aine de panneaux d’avis de fermeture de route, et c’est là que nous réalisons vraiment un des défis qui nous attend, car il y a non seulement beaucoup de chemins de campagne, mais également pas mal de routes de liaisons importantes, créant littéralement un barrage entre le nord et le sud de la région.

Les recos, organisées sur un seul week-end suite à des contraintes de diverses sortes, et tant mieux vu la météo critériuminesque… ne se dérouleront en plus chez nous que le samedi, car les zones traversées sont très fréquentées par les promeneurs. Vu l’éloignement et l’heure du rendez-vous commissaire, difficile pour nous d’effectuer un contrôle du terrain avant 8h, et d’orienter les 1ers équipages qui cherchent logiquement l’emplacement exact du DES mal signalé. En plus de 2 ou 3 équipages qu’il a fallu remettre à l’ordre pour des vitesses inappropriées, il a été constaté que plusieurs passages ont été faits les 4 roues dans les prés, et malgré une surveillance, personne n’a été pris. Une attitude dégueulasse qui coutent des compensations financières à l’organisateur déjà en mal d’inscriptions, et fâche les agriculteurs, avec lesquelles il faut déjà négocier pour la coulée du lait, les zones publiques et autres, mettant ainsi quelques bâtons dans les rayons de l’édition 2014. Encore une fois, le rallye s’autodétruit de lui-même… Mais bien sûr le jour où on en prendra un en flag, ce sera nous les…

Le dimanche, 1ère surprise, un équipage est légèrement en avance sur une autre ES, et je passe pile poil au mauvais moment pour lui. Après ses blablas d’excuses et changement de sujet, j’ai également annoncé le cas à la DC, de là, c’est eux qui décident… Bien qu’ils aient pris le départ, ils n’ont pas rejoint le podium d’arrivée, et on dira que c’est tant mieux... Durant la journée, j’ai tourné dans le coin pour les contrôles usuels et également renseigné quelques locaux.

Enfin bref, place au sport ! Ah ben non… parce que sans sécu… pas de sport… forcément. Avant que certains puissent se faire plaisir, il y a encore tout le gros du travail à effectuer sur le terrain. Le montage a commencé jeudi, et comme les horaires le permettaient, nous n’avons été cherchés le bus et chargés le matériel qu’en fin de matinée, puis avons commencé le montage après diner, par la version courte. Le travail se terminera vers les 19h, entre les averses de pluie. Par contre le dodo tant attendu, n’arrivera que bien plus tard, car il faudra encore prendre du temps pour faire la répartition des commissaires, et préparer leurs dossiers, puisque les derniers éléments ne sont arrivés que tardivement…

Affiche Crité 2013.jpgVendredi, jour-J, nous récupérons les radios ainsi que les 3 tentes des points de contrôle, puis terminons le montage de la partie manquante de la version longue, et contrôlons que ce qui a été fait la veille soit en ordre. Après diner, nous allons au rendez-vous des commissaires. Après la distribution du matériel, je les place sur le 1er secteur, soit jusqu’au Col des Rangiers, la seconde partie étant faite par l’autre adjoint, qui lui, supervisera la mise en place des balles pour les chicanes, puis ira seconder au STOP suite à l’absence pour raison médicale d’une personne. Sur les 16 autres postes, 3 ne seront pas couvert. Une fois tout le monde placé en ayant donné les instructions particulières à chaque poste, c’est l’heure de fermeture, je refais donc une nouvelle fois la boucle, pour tirer les dernières banderoles avant le passage des voitures DC, et rejoint finalement le départ, où je ferais les carnets et les mouchards, laissant le chef d’ES s’occuper de l’annonce des voitures parties à la radio. Dans l’ensemble, tout va bien se passer, mis à part des réclamations de bordiers n’ayant pas vu les indications de routes fermées… Côté course, quelques abandons sur problème mécanique. A la fin de cet unique passage, dont nous ne démonterons que le CH et le DES, je reprends la route pour ré-ouvrir tous les accès. Sur le parcours, le constat que certaines zones ont vu leur banderolage démonté… Sortie de route ou photographe(s) n’aimant pas le rouge et blanc ? Si c’est le cas, grosse bêtise, car c’est un point de repère important pour les équipages dans les changements de direction. Quelques minutes également consacrées à un équipage attendant son assistance. Une journée qui ne va ainsi pas finir trop tard… ça change… enfin, pour autant que l’on ne nous demande pas de faire autre chose entre deux…

Samedi matin, vu qu’il ne sera pas possible de le faire dimanche, j’effectue un prélavage du bus, et nous effectuons un tour de piste pour un dernier contrôle sous… la pluie, avant un rendez-vous commissaire juste avant midi. Il n’y a que peu de monde, car les autres doivent arriver des deux autres ES du matin. Il faut aussi composer avec deux ou trois commissaires, et de leurs problèmes d'entente avec d'autres personnes... nous rajoutant ainsi quelques soucis en plus, car quand cela concerne les postes de contrôle (CH ou STOP), c’est pas des mieux au niveau organisation…  Un premier groupe de commissaires va nous rejoindre sur le DES au moment où j’entame mon tour de piste pour la fermeture de route. Et là… c’est pas la joie, car le parcours est évidemment plus long, et le fait que de nombreux postes ne sont pas encore couverts, fait que nous évoluons avec les premières voitures DC en mode route ouverte, les motards ayant bien posé la signalisation verticale, mais l’absence de banderolage et surtout de personnel de sécurité, fait que certains en oublient la LCR et la signification du signal « 2.01 – Interdiction générale de circuler dans les deux sens »... La voiture chrono, première à partir, va me rejoindre déjà au niveau du DES du jour précédent, secteur interminable à fermer au vu du nombre de chemins, et vont me donner un coup de mains sur la troisième partie de l’ES. Un grand merci à eux ! Une fois mon périple fini, je rejoins enfin (!) le DES, dans la même fonction que le jour précédent. L’ES compte 22 postes, 7 ne seront pas occupés. Un rallye de type 1 c’est bien, mais il y a peut-être autre chose de plus important…

Avec un départ en courbe, qui ne déplait pas qu’aux pilotes, puis un équerre gauche en dévers 25m plus loin, nous devions nous attendre à quelques surprises, et elles n’ont pas manquées. S’il a fallu se protéger la figure à de nombreuses reprises suite aux projections de gravier, c’est du côté gauche qu’un souci est intervenu… l’équipage Sippel/Gassmann (N3 – Intégra Type-R), mal placé sur la ligne, voyant son arrière train percuté la cellule de départ. Plus tard, c’est Rossetti/Wyttenbach (R1 – Twingo RS) qui passera dans le fameux canal 30m après le DES. Le temps d’un arrêt de course pour sortir l’équipage, il a fallu stopper à nouveau quelques minutes plus tard pour sortir la voiture, celle-ci ayant une fuite de liquide, maitrisée par les pompiers présents sur le site. Après une après-midi riche en fou rires avec l’équipe chrono, l’ES se terminera sous les premiers et derniers rayons de soleil de la journée, sur le coup de 19h30, le temps de faire le ramassage complet et de ramener uniquement les radios, il est 23h lorsque nous arrivons à la salle des fêtes. Juste le temps de croiser quelques personnes qui se préparent déjà à rentrer. Le bus sera vidé, nettoyé au mieux et rendu le dimanche matin. Plus question de rentrer pendant la nuit, trop dangereux avec la fatigue.

Au terme de l’ES et du week-end, la satisfaction était bien présente. Reste tout ce qui précède, à… encore… améliorer, car trop de choses au dernier moment. Etre polyvalent et prêt à tout est une bonne chose, mais comme déjà souvent dit, les 3 derniers jours, nous avons autre chose à faire… Pour ce qui est de l’après… la vision d’une vidéo embarquée de l’ES sur le net, m’a fait un peu froid dans le dos… à voir où se mettent, ou… où se laissent mettre certains spectateurs… Les consignes n’ont visiblement pas été enregistrées de tous, tout comme me l’avait déjà dit l’équipage en panne le vendredi soir, eux-même s’étant fait une grosse frayeur sur un poste pourtant couvert. On manque cruellement de commissaires. Que faire ?... Une solution devient urgente, s’il on ne veut pas que le rallye (et pas que le Crité...) soit amputé d’ES le jour-J, ou devienne simplement une Ronde.

www.criterium-jurassien.ch
www.inforallye.ch
 
***   ***   ***

Prochaines participations :

Slalom de Moudon – compte rendu à suivre…
Rallye du Chablais – 31 mai et 1er juin 2013

Les commentaires sont fermés.