Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12.10.2013

Rallye de France WRC - Alsace 2013

Plaque WRC 2013.jpgPour ma 4e participation au Rallye de France WRC en Alsace en tant que CSP (Commissaire Sécurité Public), j’avais décidé, vu la bonne organisation de l’an passé, de partir un jour avant, histoire aussi de pouvoir profiter une fois du centre du rallye à Strasbourg. Supplément du voyage cette année, des étoiles ! Non pas 9 pour Sébastien et Daniel, mais 13, pour Nathalie, Michael, Stéphane et Thomas.

Mercredi, le départ c’est fait à 7h du matin. Après un petit détour pour prendre un ami, la route s’est faite à 3, et comme en 2012, avec mon véhicule. Arrivés sur le coup de 11h au logement à Albé, près de Sélestat, nous posons les autocollants sur les portières et le pare-brise, puis partons faire quelques commissions, avant de prendre la route pour Strasbourg, pour participer au briefing général des CSP. Et là, grosse déception… un blabla d’un colonel de la gendarmerie long et qui n’apporte rien, un demi blabla des responsables, et un petit film sur la sécurité, le tout en 1h. En résumé : 1 jour de congé et plus de 110 km  de perdu. Incroyable de faire déplacer autant de monde pour si peu. Ce n’est pas parce que nous sommes en WRC, que tout est parfait. Autour du Zénith, le seul stand qui m’intéresse est fermé, tant pis, on reviendra. Du coté des parcs, les salutations aux équipages suisses, Michaël Droz/Nathalie Volluz (n° 132 sur Mégane RS), en train de fixer leur boîtier GPS, et Michael Burri (107 - Fiesta R2 – WRC Juniors). De retour au logement, le responsable de notre groupe, composé de 11 helvètes et d’1 français habitué des rallyes Suisse, nous donne les 1ères informations : jeudi congé, vendredi… congé. Apparemment on nous a oublié dans le listing, et en plus, les 3 personnes qui partiront samedi soir, sont prévus dans les listes le dimanche, alors que moi non, les groupes par rapport aux voitures étant en plus mélangés… La bonne impression montante de ces dernières éditions en prend un coup… Pour jeudi, ça sera donc spectateur et achats, vendredi nous seront placés en renfort sur des postes où il y a des nouveaux venus. Fin de la 1ère journée avec… déjà, 510 km au compteur.

Carte WRC 2013.jpgJeudi matin, après avoir légèrement retardé le réveil, car les jours suivants seront longs, nous rejoignons une nouvelle fois le centre du rallye à Strasbourg après 1h de route. La météo est encore bonne. Sur place, nous trouvons l’équipage Champion Suisse Juniors en titre Thomas Joris/Stéphane Fellay (154 - Twingo R2). Tout semble bien aller, après un contrôle technique très pointu, et un code barre de Hans trop rayé qui leur a fait quelques sueurs froides. Ils nous apprennent également que Michael et Nathalie ont dû effectuer un achat de pneus, car les leurs n’étaient pas conformes ; un problème qui selon eux, pourrait se répéter au RIV… Puis passage au stand WRC officiel pour y laisser quelques Euro. Par la suite, nous avons été dans la zone de départ du Shakedown. En passant derrière les grillages, un commissaire a vu nos badges et nous a invités à venir à l’intérieur de la zone interdite au public. Nous avons donc pu remonter vers le contrôle des pneumatiques, puis devant les véhicules d’interventions afin d’être à quelques mètres du DES, toujours de coté en sécurité. Plus tard, retour à la voiture pour pique-niquer, et nous déplacer ensuite vers l’ES 1 (Super Spéciale), sans vraiment savoir où elle se trouve. Dans la zone, difficile d’atteindre un parking ouvert, tous étant gardés par des sécuritas. Nous avons donc franchi les barrages avancés, et rejoint la zone des parcs officiels, et là, tip top, grâce aux autocollants sur le véhicule, on nous a fait entrer dans le parc des auxiliaires, à 50m de l’ES. Parc fermé des concurrents, choix de notre place autour de la boucle de la zone de départ/arrivée en face du grand écran, parade des pilotes, et suivi de l’ES, avec le drapeau étoilé sur le sac à dos, et évidemment, tout le monde tourne la tête en se demandant ce que c’est. En fin d’ES, alors que le speaker annonçait avec grande ferveur le titre mondial obtenu par les Français Sébastien Ogier/Julien Ingrassia (FRA – Polo R WRC), un froid a envahi le stadium… entre Belges déçus, et Français 99% Loebiste, les applaudissements sont bien maigre… Dès la fin de l’ES, le départ c’est fait dans les premiers, du coup, aucun bouchon. Comme chaque soir depuis 3 ans, nous rejoindront directement l’Auberge de la Vieille Ferme à Albé, pour le repas du soir, où les Suisses mettent l’ambiance et sont très appréciés. Au retour à l’appartement, nous prenons connaissance de nos emplacements pour les deux jours qui viennent. Le dimanche sera connu plus tard. Compteur du jour : 120 km.

Vendredi, diane à 6h15. Nous partons pour la dernière ES du jour, la 4-7 (Vosges – Pays d’Ormont, 34 km 340), un poste à 40min de route, au village du Vermont au km 28,80. Il s’agit d’un virage à gauche, dont la corde est protégée par une balise de chantier, entre un rectiligne et une épingle serrée et pentue. En face de la trajectoire, 2 balles de foin pour protéger une fontaine, idéale pour y mettre le drapeau valaisan. Pendant les voitures officielles, deux d’entre elles ont hésité au niveau du poste, voulant prendre le chemin où est placé mon véhicule, qui correspond en fait au tracé de l’an passé. Du coup, on est pas très rassuré, et décidons de rajouter une longueur de banderole, au cas où… et tant mieux, car c’est la 0 qui nous a fait bien peur sur le coup… à la hauteur du chemin, il fait un frein à main et se retrouve sous la banderole… freinage… calage… il lui a fallu une bonne 20aines de secondes pour redémarrer, trouver sa marche arrière, reculer avec mon aide sur une petite place, trouver sa 1ère, et repartir sur la bonne route. Heuuu… les notes de l’an passé, c’est pô une bonne idée… Ça sera heureusement la seule erreur du genre. Malheureusement, notre drapeau ne sera pas vu par Michael et Nathalie, ayant dû abandonner dans la matinée. Thomas et Stéphane ne le verront que peu au 1er passage, car en chasse pour dépasser un équipage. La balise de corde ne sera heurtée que par un seul concurrent, la palette étant projetée au milieu de la route, et aussitôt remise par mes soins. Une bonne journée, avec un tout petit passage pluvieux, et dans une excellente ambiance avec 2 gendarmes réservistes. Avant le départ, nous devons attendre le passage de la balayeuse, mais au maximum 30min, du coup nous sommes partis avant l’avoir vu, les postes restant sous contrôle de la gendarmerie. Sur le retour, léger bouchon à un carrefour, et après 5min, le GPS qui dit : « Voulez-vous passer en mode piéton ? »… Après avoir fait le plein à une station-service désignée par l’organisateur, compteur du jour : 65 km.


Affiche Alsace 2013.jpgSamedi, diane à 5h15. Nous partons sur la 1ère ES du jour, la 8-11 (Hohlandsbourg – Firstplan, 28 km 480), le poste est à 45min de route, juste avant le village de Voegtlinshoffen au km 10,76, en compagnie de CSC (Commissaire Sécurité Course, correspondant au SARA chez nous). Se chaussant sous la pluie, il faudra attendre le levé du jour pour découvrir la zone, plongée dans le brouillard ; une large départementale faisant un S allongé au niveau du poste, avec juste avant, une descente en ligne droite d’environ 500m extrêmement rapide. Un léger affaissement du bitume créant un trou dans le changement de direction du S, n’est pas des plus rassurants, surtout que 100m plus bas, en extérieur de virage, se trouve la zone public… bien que surélevée, si ça part…… surtout sur une route mouillée… assez incompréhensible…… J’ai également droit aux fameux brassards jaunes pour la protection de l’environnement ; une place de pique-nique en gravier, avec à l’intérieur de la zone une poubelle, que plusieurs spectateurs iront logiquement nourrir, et à l’extérieur, un ruisseau… où est la logique ? Cela aura au moins évité que des campings cars se parquent au bord du parcours. Le drapeau étoilé sera idéalement placé sur un panneau de signalisation. Les plus gros passages auront été ceux de Thierry Neuville/Nicolas Gilsoul (FRA – Fiesta RS WRC), grosses attaques et dérapages aux deux passages, et Mickaël Burri/Gabin Moreau dont la voiture s’est faite prise en gros coups de raquettes, limite de chez limite… confirmant que la zone public est aberrante… Lors d’un déplacement pour contrôler le public, j’ai traversé la route pour avoir une vue d’ensemble, et l’équipage qui arrivait, José Antonio Suarez/Candido Carrera (ESP - 105 - Fiesta R2) a effectué un gros freinage pour s’arrêter en bord de route ; crevaison à l’avant de mon côté. Avec efficacité, le pilote déboulonne la roue tant dis que le navigo lève la voiture avec un vérin. Après un coup de sifflet pour annoncer le passage d’un concurrent, le matériel est rangé et l’équipage se rattache. Au moment de repartir, je lui montre qu’une autre voiture arrive. Il repart tout de même sans laisser de place pour un éventuel dépassement, un poil gonflé quand on connait la rapidité de la zone. Après un bel après-midi ensoleillé mais restant frais, les leaders passeront avec un écart de 3min, les hélico de la TV voulant rattraper le manque du matin. Le retour au logement a été marqué par un gros orage sur l’autoroute. Après complément du plein d’essence, compteur du jour : 130 km.

Dimanche, diane à 4h30. Le sac est prêt, reste à ranger le logement, et effectuer comme depuis 4 ans, le plus long routier pour rejoindre l’ES la plus au Nord, la 15-18 (Vignoble de Cleebourg, 14 km 600). Après 110km en 1h30, sur une autoroute détrempée, dont les lignes blanches sont quasi invisibles sous la pluie, et deux voitures en tête à queue quelques secondes avant notre passage, nous arrivons au poste km 3,51 par des routes n’étant pas sur le GPS, perdu entre les vignes et le maïs, à côté du village de Cleebourg. Climat glaciale de 12°C, de quoi rester un moment de plus dans la voiture, et d’enfiler les sous-vêtements longs, pendant que les collègues partent en repérage. Le poste est un sommet de montée avec un équerre gauche, suivi d’un petit rectiligne donnant sur un long gauche entre 2 prés et bordé d’arbres fruitiers, dont la corde va être méchamment mordue. Avec le temps qu’il fait, elle pourrait poser des soucis… Le 1er événement sera le sur-place de l’hélicoptère de la TV sur la colline d’en face… une sortie ? Hé bien oui, celle de Sébastien Loeb/Daniel Elena (FRA – DS3 WRC), retraités du WRC dès cette seconde. La première sortie de route du secteur sera celle de Oleksii Kikireshki/Andrii Nikolaiev (UKR - 49 - Mini Cooper Works S2000), sorti dans les prés 1 poste plus loin. J’ai donc joué du sifflet jusqu’à ce que ces derniers puissent repartir, aidé par le public, lui qui avait déjà connu un double arrachage de roue à l’ES 1, ainsi qu’une crevaison par la suite… Puis ce sera Marco Vallario/Antonio Pacale (ITA - 26 - Lancer Evo X) qui vont se faire éjecter par la fameuse corde complètement boueuse, frisant un arbre et se plantant dans le pré. L’aide du public n’y fera rien, et pensant que le navigo demandait une sangle aux responsables de la tente VIP privé d’une entreprise de transport juste en face, l’un d’eux déboule avec… un élévateur… traversant juste devant un équipage… en face, les commissaires CSP du poste suivant déjà sur place laissent faire… Dépannage inutile, vu que d’une part le concurrent serait d’office mis hors course pour une aide mécanique, mais surtout parce qu’au lieu d’avoir 1 véhicule planté, il y en aura 2… mettant ainsi un obstacle dangereux de plus en trajectoire… Pas très futé… Comme les CSP n’avaient visiblement pas envie de faire leur job, j’ai demandé au navigo de poser son triangle de panne, afin d’éviter un sur-accident. La voiture sera retirée pendant la pause avec une dépanneuse, et les CSP n’étant toujours pas plus actifs, c’est moi qui aie demandé au public de ne pas rester dans la trajectoire du câble. C’est alors qu’un des commissaires m’a dit d’une façon très explicite, que je pouvais retourner à mon poste… Oups… désolé de vous volez le travail que nous ne faites pas… Je n’ai quitté les lieux qu’une fois la voiture sortie d’affaire, ayant dû une nouvelle fois écarter le public, laissé stupidement se ré-avancer. L’élévateur lui, sera laissé là. Alors que la Centrale demande à mettre une banderole pour le visu des pilotes, j’ai suggéré à la radio que soit mis un triangle de panne avancé, bien plus visible pour les équipages, chose validée et effectuée. Par la suite, 2 balles de foin seront tout de même rajoutées par sécurité. Après ce que j’ai vu sur les différentes interventions du jour, il ne faut pas s’étonner qu’il y ait des accidents en France, et qu’ils doivent prendre des mesures que nous, en Suisse, appliquons depuis bien longtemps, mais après les règles, reste à les appliquer, en ayant un minimum de logique. L’après-midi nous pourrons enfin retirer notre capuchon, mais le temps reste frais. En fin de journée, nous devons soi-disant attendre une balayeuse qui n’avait pas été annoncée. Mais en fait, c’est le retrait de deux balles de foin et de toblerones en plastique dont il s’agit. Si leur retrait a pris 1min, il en a quand même fallu 19 pour que les commissaires comprennent ce qu’ils devaient faire… Donneur de leçons, bonjour, il est 15h, Paris s’éveille…

Le retour en Suisse se fera par 160 km d’autoroute allemande, dont 40 en chantier, alternant le 80 et le 120km/h, mais toujours sur 2 pistes. Plus tard, où la densité du trafic le permettait, nous avons profité de faire du 150 à 160km/h sur les zones non limitées. Autant dire qu’en passant Bâle, nous avons vite compris que nous étions de retour, avec son lot de conducteurs ne respectant pas l’autre… Compteur final : 1'360 km. Malgré les points négatifs, tout c’est très bien passé pour nous, et les dates de 2014 sont déjà dans l’agenda, mais il est fort probable que nous procéderons comme précédemment, avec un départ le jeudi et non le mercredi. Il ne reste plus qu’à se remettre des effets secondaires du brouillard de Drognens et de la pluie de l’Alsace, pour attaquer le dernier morceau de la saison.

www.rallyedefrance.com
www.wrc.com

***   ***   ***

Prochaine participation :

Rallye International du Valais – 7 au 9 novembre 2013 (fin de saison)