Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14.06.2014

Critérium du Dauphiné 2014

Mon engagement à la sécurité du Critérium du Dauphiné c’est fait 5 jours avant. Je ne l’avais pas vraiment prévu, mais comme le comité, que je connais, avait besoin d’encore quelques personnes pour la traversée de la ville, je me suis annoncé. Le responsable me connaissant comme commissaire, j’ai hérité de l’un des endroits le plus chaud de la cité Octodurienne.

Parti de la région d’Annemasse, à la frontière genevoise, cette 7e étape entre en Suisse à mi-parcours par le Pas de Morgins, classé 2e catégorie, pour rejoindre ensuite le Col de la Forclaz et une arrivée à Emosson, tous deux classés hors catégorie. Pour ma part, je suis posté au 1er rond-point de la ville de Martigny, vers la Place de Rome, où le parcours évitera le centre-ville, en coupant sur la droite, via la Rue des Cèdes (Mutuel), pour rejoindre la Rue du Gd-St-Bernard vers l’Hôtel du Rhône. Je dois être accompagné d’un agent de la police cantonale, indispensable pour un carrefour aussi important (liaison autoroute, route cantonale, centre-ville).

P1020080.JPGPour un passage estimé entre 15h28 et 15h52, la présence est demandée à 14h45, j’y vais donc pour 14h20, histoire de bien voir le carrefour, et situer les ilots. Le policier sera en fait un de la municipale, et après avoir briefé le commissaire posté au rond-point suivant, il me demande de me déplacer un peu plus haut, car une sortie de quartier résidentiel n’est apparemment pas couverte. J’y vais donc le laissant seul. Après quelques minutes, 2 personnes arrivent d’une terrasse, me disant qu’ils sont en poste-là. Je redescends donc tout de suite vers mon poste initial, un peu soulagé, car le rond-point seul, à mon avis c’est un peu beaucoup chaud… et pour moi, plus intéressant au niveau sécurité pure. Deux minutes après mon retour, un motard de la Garde Républicaine arrive en nous signalant qu’il faudrait arrêter la circulation en direction de Vernayaz car les coureurs sont à 5km !!! Il est 15h15, soit 15min avant l’horaire "rapide", alors que le groupe de fermeture de route aurait dû avoir une avance de 10min !!! Branle-bas de combat, je bloque la route en direction du bas-valais, en faisant signe aux gens de rouler afin de ne pas provoquer de blocage. Et tout va s’enchaîner à une allure hallucinante !!! Une voiture de la police cantonale feux bleus et sirène hurlante arrive, suivie de la moto "0" de fermeture. On bloque alors les deux accès au rond-point avec les cônes pré-déposés en bordure de route par la municipale, et vidons les deux autres accès alors qu’arrivent de plus en plus de motards français, dont certains vont devoir rester dans le secteur, car des voitures débouchent de certains petits accès, et déjà !!!, à 2 minutes seulement, les premiers coureurs !!! On croit rêver. C’est de la folie furieuse. Placé en entrée de rond-point, il faut surveiller le trafic civil, voitures, motos, vélos, ainsi que le public pour ne pas qu’il traverse, et en même temps je prends l'initiative de siffler et signaler du bras le virage aux concurrents, car il n’y pas de motard pour ça, et les flèches directionnelles ne sont franchement pas placées au bon endroit. Suivra un vide d’environ 6min, presque inquiétant après un tel coup de feu, durant lequel nous avons évacué des véhicules civils passant sur le parcours dans le sens de la course, alors qu'un motard repart à l'envers pour surveiller un secteur. Puis arrive le peloton, et les voitures suiveuses, sans aucun retardataire. Sympa de la part de la Garde Républicaine qui a régulièrement fait un geste de la main pour nous remercier. La voiture balai sera un bus blanc, tout ce qu’il a y de plus simple avec un autocollant "Fin de course", suivant de prêt une dépanneuse et un bus de gendarmerie… Un peu discret tout de même… Fin de mission, à 15h30, soit au temps de l’horaire "rapide"…
 
Fin d’une course qui me laisse sur une impression bizarre. La sécurité sur une route non pas fermée, mais à fermer, avec autant de petits accès, est une entreprise à haut risque… surtout quand le dispositif de fermeture n’a que très peu de marge sur la tête de course. Et comme le bénévolat peine, même pour une petite heure un samedi après-midi… Un bon moment tout de même car j'adore ces situations où il faut assumer, et surtout assurer !
 
www.finhaut.ch/fr/dauphine2014
www.letour.com/criterium-du-dauphine/2014/fr/

***   ***   ***

Prochaines participations :

Slalom de Chamblon – 21 et 22 juin
CCôte La Roche - La Berra – 5 et 6 juillet
Auto-Cross Bure – 12 et 13 juillet (non confirmé)

Les commentaires sont fermés.