Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10.07.2014

Course de Côte La Roche - La Berra 2014

La 1ère manche Romande du Championnat Suisse de la Montagne faisait escale entre La Roche et la Berra, avec pour moi, une 5e participation. C’est aussi 1 an après ma coupure au doigt, un index auquel il a fallu du temps pour réussir à se plier. Le but, et heureusement atteint, pouvoir poser le poing fermé à plat sur la table sans gêne. Mais ça s’arrête là…  Il subsiste une perte de 25% de pliage, des tensions et des raideurs après l’avoir mis à contribution, une cicatrice sensible au choc et surtout au froid… pas pratique l’hiver à la patinoire… Ayant arrêté le tambour juste avant l’incident, je ne sais pas ce que cela aurait donné si j’avais continué…

Au vu de l’effectif restreint, je me suis retrouvé seul en poste, ou presque, puisque l’on m’a mis cette année, un adjoint de Direction de Course, afin de gagner du temps sur les dépannages rapides. C’est surtout une personne sur qui je peux compter en cas d’incident, afin de ne pas intervenir seul sur un virage dont la visibilité est réduite, et où la sono pour le public, masque le bruit des voitures qui arrivent. Le poste est donc le même que l’an passé, soit l’ancien intermédiaire, une épingle droite précédée d’un léger gauche, où la plus grosse gestion sera les bus navettes. Par contre la zone de freinage justement en légère courbe, devient piégeuse, car elle subit un affaissement, ce qui pourrait bien en surprendre quelques-uns.

Affiche Berra 2014.jpgSamedi, le montage du pavillon se fera sous la pluie. La 1ère manche a donc plus ressemblée à une grosse manche reco qu’une manche essai. Pour la 2e, la piste s’assèche, mais la sortie de l’épingle reste humide, de quoi voir quelques jolis travers à la ré-accélération, tout en essayant pour eux, de ne pas aller trop léché la bande caillouteuse extérieure, voire la glissière. La matinée sera calme, avec un balayage, le ramassage de deux petites pièces, et le parcage d’Adrian Bieri (E1 – Scirocco), tombé en panne quelques postes avant. L’après-midi ne sera pas plus animé, avec à nouveau un balayage, et l’arrêt de Pierre Tinguely (Reg-E1 – Kadett C GT/E), victime d’un arrêt moteur qui ne laissait rien à présager de bon. Avec 3 bus navettes déjà le samedi, la gestion a été bonne, car pas plus de 2 restaient sur place, et avec nos deux voitures, il y avait toujours un emplacement pour un véhicule en panne, afin de ne pas créer de gêne au concurrent suivant.

Dimanche, il fait frais mais sans plus, la journée s’annonce magnifique, jusqu’à… un orage pouvant être violent, annoncé vers les 16h. Et la matinée va être sportive. Qui a dit que la Côte était plus tranquille que les slaloms ? 5 remises de bottes de paille, une juste devant moi à la corde de l’épingle, et quatre 50m avant l’entrée du virage. Et à chaque fois, il a fallu la tourner, voire la changer avec une autre à proximité, pour éviter qu’au coup suivant, la botte déjà déchirée, n’éclate complètement sur le parcours, et que la paille ne perturbe l’adhérence au freinage. Dans les accusés, entre autre, Frédéric Neff (E1 – 911 GT3), Niki Zlatkov (E1 – Audi Quattro S1), et Eric Berguerand (E2-SS – Lola B 99/50) pas encore remis de son travers et son loupage de vitesse des virages précédents… Il faut également agir vite et retourner en poste, car mon collègue de la veille, a été remplacé pour les dépannages par une personne des constructions, qui lui ne gère pas la piste. Il y a également eu la redescente solitaire, contraire aux directives, de René Ruch (E1 – F355 Berlinetta) que j’ai stoppé, car les voitures doivent descendre accompagnées vu qu’elles ne sont pas assurées, et que beaucoup de bordiers circulent entre les manches. Une chose qu’il n’a pas appréciée : "Ha les Welsches !" m’a-t-il dit en secouant la tête et les mains. Désolé Monsieur, nous n’avons pas les mêmes valeurs… La matinée se termine avec 20 minutes d’avance, on tente alors de faire passer la 1ère manche course des SuperSérie pour gagner du temps sur la météo, mais tous ne sont pas prêts… tentative avortée et ainsi finalement annulée à 12h.
Après une pause effectuée à l’ombre des arbres, les manches courses seront à nouveau calmes, mais l’air ambiant de plus en plus lourd. Coté piste, mise à part un nouveau balayage et une botte de paille, on notera un arrêt de course suite à un problème public sur le bas du parcours. Pour ma part, je me suis permis, chose rare, d’effectuer une photo de l’Audi Quattro S1, dans le but de renouveler la photo de ma > page Facebook <, dans le même esprit que celle faite en 2011 au même endroit avec la Porsche 906 de Siffert. Opération réussie lors de son dernier passage, avec une photo enfin à la fois, nette, pile dans le bon angle, et avec le soleil au bon endroit. Mais il a fallu poser l’appareil assez vite, car sa sortie de virage était par contre nettement moins radieuse. Un frein à main et une ré-accélération inappropriée, et le voilà parti de l’arrière, le nez dans la botte de paille marquant la grille à la corde. Mais pas de quoi l’effrayer, il garde pied au plancher, laboure la partie terreuse et reprend la piste comme si de rien n’était. La journée se finira avec de l’avance, et… sous le soleil. A l’heure de la remise des prix par contre, c’est le gros déluge ! On a eu chaud dans tous les sens du terme, et aussi du fait que la foudre est tombée à quelques pâtés de maisons, alors que nous remisions le matériel de poste avec la responsable commissaire.

Un très bon week-end, malgré quelques actions ci et là, au détriment de la sécurité ou du respect, mais comme dit le Président de l’ACAF, "la passion fait oublier les quelques odieux". Et la bonne ambiance et l'accueil très apprécié prime. 
 
PS : Merci Yannick ;-)

www.acaf.ch

***   ***   ***

Prochaines participations :

Auto-Cross Bure – 12 et 13 juillet

Tour du Val d’Aoste – 18 juillet
CCôte Ayent - Anzère – 26 et 27 juillet

Les commentaires sont fermés.