Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05.08.2014

Course de Côte Ayent - Anzère 2014

Le Championnat Suisse de la Montagne s’est installé en Valais sous une météo bien plus négative qu’annoncée. Un week-end qui aura semblé long… très long…

Samedi matin, le pavillon s’est monté sous une petite pluie. Je suis en poste avec un commissaire français habitant le Mans. Il s’agit d’un collègue de poste des 24h de notre responsable du jour, officiant ensemble et venu en soutient. Ils seront également deux autres sur le poste précédent. Il m’accompagnera ce jour, et ira le lendemain au miroir, histoire de voir du pays :-) Cette année, je reprends à nouveau le poste 11 aux Flans, l’ancien intermédiaire, avec toujours la présence perturbante d’une ambulance, dont on ne sait pas trop si elle a le droit de sortir en cas d’urgence…

Affiche Anzère 2014.jpgDès la 1ère manche essai, le brouillard s’installe, et il va créer de nombreux arrêts des départs, car sur chaque secteur tour à tour, on y voit par moment quasi rien… la visibilité varie de 100 à 50m, puis d’un coup à 10m… et après avoir stagné 5 à 10 minutes, en 5 secondes, plus rien à 300m. La folie ! En 2e manche, le brouillard s’en va, mais la pluie redouble, et verra se créer de petites coulées aussi bien transversales aux changements d’inclinaisons de la chaussée, que longitudinale où la route est bien marquée par les ornières. Et c’est là que va se faire avoir Eric Berguerand (E2-SS – Lola FA99), alors que les formules effectuent leur 1ère montée retardée juste avant midi. Déjà parti en glisse à la ré-accélération 500m avant, il part en aquaplaning à la hauteur du panneau des Flans, là où Willener était parti en tonneaux en 2010. Il percute le talus et un piquet sur la gauche, longe le bord supérieur du talus, fait coucou de très près aux 2 commissaires, et surtout leur fou la chiasse, et redescend 40m plus loin, en finissant contre le talus opposé à droite, la moustache et une roue arrachées. Pour nous, que le bruit, le temps de nous déplacer pour venir en aide au poste qui est le précédent, le pilote est déjà dehors en train de constater les dégâts. Après l’évacuation du véhicule, on tentera de faire un barrage pour canaliser dans une grille, une des ornières qui est à cet endroit hors trajectoire. Nous constatons vite que la mini-digue d’absorbant ne fera pas effet longtemps, je l’ai donc faite en récupérant de la paille d’une des bottes cassée, en la colmatant avec de la terre, et cela à bien fonctionner ; les traces d’eau sont toujours présentes, mais nettement moins grandes. De retour au poste, nous mettrons comme d’autres un changement d’adhérence, car la pluie s’est encore intensifiée, et le virage des chalets comporte une grosse coulée. Il faudra également canaliser le mini-torrent qui débouche du chemin en terre de notre poste, car il s’écoule sur la piste. La pause de midi quant à elle, est tout simplement supprimée. Fin des E2… 13h30.
Lors de la 1ère manche course des REGionaux, c’est calme, pas grand monde ne prend vraiment de risque. Sauf… Sergio Kuhn (Reg L4 – 206 RC), qui lui passe les Flans comme si c’était sec. Mais dans la montée des chalets, il se fait attirer vers l’extérieur, pose les deux roues gauches dans l’ornière inondée, et effectue ce qu’il ne fallait pas faire ; un coup de frein. La voiture part subitement en glisse sur la droite, le nez en frontal dans la glissière, qui recule méchamment. La voiture ayant été déplacée, cela entrainera malheureusement plus de nettoyage, le liquide s’étant éparpillé. Par la suite, un pilote va encore nous faire gagner du temps : monsieur a été gêné, et demande de pouvoir aller faire le plein pour refaire sa manche… mais bien sûr… A 15h, la pluie se calme enfin, et la 2e manche se termine à… 17h, alors que la 3e est annulée.

Dimanche, il fait frais, mais c’est sec. Je suis en poste avec un nouveau commissaire qui avait commencé avec non moins que l’AutoCross de Bure. Il faudra attendre 10h pour que le soleil fasse enfin son apparition. Période qu’a choisi Stephan Burri (IS – 106) pour s’arrêter de lui-même en sécurité chez nous, ayant un problème moteur… Thomas Andrey (E1 – Lada Samara) pour sa part, est passé un peu près d’une botte de paille, et y a laissé un de ses rétroviseurs. Visiblement pas très, voire du tout endommagé, je le lui ai ramené et posé dans la voiture lors du retour du matériel, alors que le parc fermé ouvrait à l’instant. L’après-midi s’est passé sous un soleil généreux, mais la journée a donné une impression, tout comme samedi matin, de très long, car en l’absence d’incidents, et pour éviter que la manifestation ne se termine avant 15h, les départs ont été donnés pratiquement à la minute.

Reste un élément, et qui concerne également d’autres courses, mais qui est plus marqué à Anzère : le fait de voir passer des pilotes partant en guerre, alors que l’on sait qu’ils devront s’arrêter d’office plus tard, pour autant qu’ils y arrivent… Ni la Direction de course, ni la CSN ne souhaitent changer ce fait, qui pourrait améliorer grandement le bien des commissaires intervenants, des pilotes, que des mécaniques, et cela malgré une proposition leur ayant été fait par écrit. Mais comme on dit, après l’accident… c’est trop tard. Bien que le slalom de Bure ait instauré 2 drapeaux rouges tenus par des commissaires de confiance depuis en tout cas 7 ans, il parait que pour certains, cela n’est pas faisable… Comprenne qui pourra, ou… qui voudra. Oui, ça fait 3 ans que je le dis, et il faut croire que ça en vaut la peine, surtout quand tu entends le poste 22 du miroir demander à la radio, que les concurrents soient drapeautés bien plus bas pour justement éviter sur une zone extrêmement rapide… un sur-accident…

www.ayent-anzere.ch

***   ***   ***

Prochaines participations :

Mémorial Orsières - Champex – à suivre…
CCôte Massongex - Vérossaz – 9 et 10 août
CCôte St-Ursanne - Les Rangiers – 16 et 17 août

Les commentaires sont fermés.