Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10.05.2015

Critérium Jurassien 2015

Le Critérium Jurassien a commencé en début d’année par une assemblée, où nous sommes arrivés 30 minutes en retard… vive la neige sur le contournement de Lausanne… et forcément plus tu roules moins vite, moins la neige tient pas au sol…… logique ;-) La Blécherette - Cossonay : 1h15 ! avec 10 à 15cm… Merci au comité de nous avoir attendu pour commencer.

Plaque Crité 2015.jpg11e participation, la 7e dans les responsables d’ES du Crité, et après 2 ans sur le Col des Rangiers, l’équipe des Valaisans retrouve la spéciale de Alle, et pour ma part, dans une 3e version, soit un départ de Vendelincourt pour 8km810 sur les bétonnées, toujours en 3 passages. En gros, la même qu’en 2011, sans la première partie sur Cœuve, mais avec une chicane supplémentaire juste avant le fameux croisement en ‟X‟, histoire de couper la vitesse avant ce passage un peu exclusif. L’ES s’était effectuée la dernière fois en 2012 mais à l’envers, année inoubliable, puisque nous avions repris seulement 3 mois avant et pour 1 édition, la grande de St-Ursanne avec deux autres collègues de la région le vendredi, et que j’avais rejoint l’équipe de Alle le samedi, sous une pluie a-bo-mi-nable !… Le rendez-vous commissaires a été difficile à organiser, le bistrot habituel semble en vente, les autres soit fermés, soit pas ouverts avant 9-10h, et une demande pour 5h15 leur a fait très peur... C’est finalement à l’hôtel de la gare de Vendlincourt que nous trouverons un sympathique patron, venant de reprendre l’activité de son fils, prêt à nous accueillir.

Le samedi des recos, le temps se gâte, nous avons droit à un rafraîchissement et quelques averses, qui ne donnent pas du tout envie... déjà que je ne suis pas très impatient de retrouver ces bétonnées… Une journée assez calme, mise à part l’arrêt d’un équipage, à qui j’ai (à nouveau) rappelé pourquoi les recos n’étaient pas autorisées ici le dimanche. De ce jour unique, je suis rentré samedi soir, ayant prévu une autre manifestation de sécurité active le lendemain (voir la note précédente).

Jeudi, programme habituel : départ avec mon chef, prise du bus que je garderai, chargement, repas, et montage à 3, plus 2 aides. Et comme la météo ne s’annonce pas terrible, nous décidons de faire le plus possible, sous une température élevée et lourde, qui n’annonce rien de bon… Là aussi un équipage nous a fait une variante, plutôt gonflée, la DC a donc été avertie de suite, et je me réjouis de les retrouver au Chablais pour un petit tête-à-tête… En soirée, prise du dortoir à l’abri PCi, et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il n’y fait pas chaud… et donc mal dormi.

Affiche Crité15.jpgVendredi, pluie et température en chute libre sont bien au rendez-vous. Nous effectuons des rajouts après avoir récupéré quelques piquets au matériel, le dispositif lui n’a pas bougé. Gros point négatif, seuls les barrages lourds de fermeture de route de la cantonale Alle-Coeuve ont été posés, et encore moyennement bien, tous les autres manquent à l’appel, ce qui signifie un risque de blocage des sorties de secours, et des embêtements supplémentaires pour les commissaires, qui ne seront que 16 pour 12 postes, ayant déjà pas mal à faire en effectif limité, vu les nombreux accès public. A l’accueil de 15h, nous décidons donc de ne pas couvrir 3 postes, secondaires selon notre connaissance du terrain. Après la mise en place, retour sur le DES où j’ai fait starter, pas la meilleure place lorsqu’il pleut, mais les commissaires sont sûrement moins bien que nous… Décidément, Alle m’en veut… Ronde 2004, Crité 2011, 2012 et 2015… 4 présences sur cette ES, 4 fois la pluie à ficelle… Sur la ligne de départ c’est un peu le stress du côté équipages, le routier est apparemment un peu limite, et certaines Slowly (voitures anciennes parties avant les VHC) et ouvreurs ne sont pas équipés correctement. C’était également l’occasion de tester les ‟mickey‟ sur le DES, et mise à part que cela limite un poil les discutions entre nous sur le poste, c’est tout de même idéal pour ne pas être gêné par le bruit des moteurs, être toujours à l’écoute des postes, et en plus garder les oreilles au chaud ;-) Au terme de l’ES, après un tour de circuit en guise de contrôle, souper au centre du rallye, mise en charge des radios et remise en état des dossiers commissaires détrempés, pour se coucher après minuit, dans des locaux toujours aussi frais, pas top après une telle journée.

Samedi, après une petite nuit de 4h, les souliers, pantalons, casquette, gants,… sont encore bien humides. Les 20 minutes de bus avec chauffage à fond, vont assez bien passer. Le rendez-vous est à 5h15, soit 1h avant au lieu d’1h30, car nous n’avons que 3 nouveaux commissaires par rapport à la veille, un gros avantage, mais 1 seul de plus sur le nombre total. Sur le terrain, pas grand-chose à refaire, mise à part un poste qui a vu ses panneaux cassées ou disparaitre… et impossible de les remplacer. Très vite, malgré le soleil, une bise transperçante va faire son apparition et ne pas nous lâcher. Le visage déjà marqué par la météo de la veille, la journée va être longue, et déjà une Slowly a besoin de la dépanneuse sur la piste. Après le 1er passage, tour de piste pour un contrôle, la remise en place de piquets de cordes, car devenus dangereux, et la reconstruction du panneau de l’AES avancé, ayant été percuté et en 4 morceaux : ou comment faire un puzzle avec… le peu qu’il reste dans le bus… D’abord il faut retrouver le morceau qui se promène dans le champ de colza… Par chance, les panneaux sont en bois compacté, et non en plastique, donc il est encore possible de le faire tenir. Le piquet cassé, un piquet tordu récupéré précédemment, de la rubalise pour serrer le tout, et hop ! sauf que la bise n’aide pas… au pire comme les panneaux sont doublés, et le colza pas encore en fleur, pas trop de risque de danger, tout est bien visible.
Après une petite grillade, le 3e passage va voir une voiture tomber en panne en bord de piste, j’ai ainsi avisé tous les équipages suivants de son emplacement, élément qui m’a fait du bien, vu qu’il m’a fait bouger, et un peu oublier la météo. A noter qu’un navigateur a réussi à se présenter ce jour-là 2 fois sans avoir le casque attaché. Au terme de l’ES, récupération de l’ensemble du matériel que les commissaires ont réuni à chaque poste, et balayage de principalement 7 zones, car nous devons rendre les routes en ordre. Déchargement au matériel, lavage du bus, allégement de l’équipement personnel, souper et remise des prix, puis dodo mérité, où pour une fois la fraicheur de l’abri ne s’est pas fait sentir, au vu de la bise toujours bien présente à l’extérieur…

Le retour s’est fait dimanche matin, comme depuis quelques années, histoire de ne pas prendre de risque. Merci aux commissaires qui ont rempli leur engagement malgré cette météo, expérimentés ou novices. Souvenir de ma 1ère course au Jura, le 25 septembre 2004, avec 3 passages le même jour, sous une pluie battante…

www.criterium-jurassien.ch
www.inforallye.ch

***   ***   ***

Prochaines participations :

2 mai – Tour de Romandie (à suivre…)
22-23 mai – Rallye du Chablais
30-31 mai – Slalom de Bure

Les commentaires sont fermés.