Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11.06.2015

Slalom de Romont 2015

Le Slalom de Romont s’annonçait chaud, il l’aura été dans tous les sens du terme… Ici, tu sais d’office que le lundi sera pénible. D’un autre côté tu gardes espoir en te disant que tu as déjà fait Bure, donc tu es déjà dans le coup et rodé. Mon œil…

Romont.gifSamedi
, posté pour la 5e fois de suite (y.c. avec Drognens) au portail, la matinée sera comme de coutume fraiche, grâce aux arbres. La mise en place sera faite très rapidement, car la journée s’annonce chargée. Manque de chance, des problèmes radio vont nous retarder d’une 20aine de minutes. Suite à un effectif limité, la responsable commissaire est en poste, et comme moi, seule ; de mon côté, ce n’est pas des mieux s’il y a des interventions, car cela rendra difficile la gestion de la traversée public, mais le samedi n’est encore pas trop encombré. Et l’animation ne va pas tardée, car le cône extérieur devant la bordure a été resserré, et il n’aura pas fallu 10 voitures, pour que celui-ci se fasse emmené jusqu’au bout de la 2e place… Dans cette même 1ère manche essai, un concurrent arrive bien trop vite et tape le talus herbeux, laissant une garniture, redonne plein gaz, passe sur le cône, et frotte la bordure… pas fute-fute le garçon. Entre temps, on m’a appris la triste nouvelle du décès d’un collègue commissaire, des suites d’une courte maladie… :-(
En 2e manche essai, une voiture tombe en panne dans la montée vers la place, elle parviendra tout juste en haut, puis sera poussée en sécurité par la collègue du poste suivant. En 2e manche course, un concurrent frotte la bordure en y laissant de ses gentes, une belle trace orange… c’était au poil. La journée a été très chaude, les interventions minimes, le public présent mais sans plus, les pensées… ailleurs…

Affiche Romont 2015.jpgDimanche, il fait un peu plus frais, car un léger courant est présent, et une averse est prévue dans l’après-midi. Cela n’empêche pas que, dès que le soleil a eu grimpé sur la pointe des arbres, il ne s’est pas gêné de nous arroser de ses rayons. Côté effectif, les 2 postes des chicanes supprimées sont équipés de feux tournants, ce qui permet de repositionner ces commissaires. On m’a attribué un collègue de poste, qui roulait le samedi, lui laissant la radio pour la journée. Et là aussi, cela va commencer très fort. Arrivant trop vite, Yann Rohrbach (N/ISN – 106 1.6) va taper sur les freins tout en essayant de braquer, la voiture finit à quelques centimètres des cailloux par-dessus le cône, la roue avant droite dans l’herbe, la gauche sur la bordure. Etant aux drapeaux, j’envoie mon collègue pour stopper les envies de marche arrière du pilote, car la roue bien que droite, est visiblement défaillante. Bien vu, roue désarticulée, et cardan coulant à flot. Le nettoyage sera fait avec le super absorbant nommé béton… et du côté des constructions, ni absorbant normal, ni pelle… espérons donc qu’il n’y ait pas de casse plus conséquentes dans la journée… Par contre leur ‟délicatesse‟ d’envoyer du ciment sous la voiture à coup de 1/3 de bidon à moyennement été apprécié par le pilote, qui est venu se plaindre d’avoir dû nettoyer plus que prévu… Désolé tu n’es pas au bon guichet. Du côté de la chicane précédente, dans la cuvette, sa court après les cônes, mais aussi après les pièces, une voiture étant sorti de la chicane un peu en travers, elle a passé par-dessus une grille et y a laissé des morceaux de son fond plat, dont un jusque chez moi. Plus tard, c’est Michael Kuster (E1 – A.R. Alfasud Sprint) qui a percuté le 3e cône d’un bruit violent. Le disque du numéro de porte collé en guise de phare, je lui ai ouvert l’échappatoire, et nous avons ensuite ramassé plus d’une 20aines de morceaux de fibre et autre grilles éparpillés sur la piste, et le plus vite possible, pour éviter que les suivants ne roulent dessus. A côté de cela, il faut rappeler à l’ordre bien du public qui ne sait toujours pas à quoi sert une banderole qui barre un accès. Je tenterai de créer des affiches avec des logos pour la prochaine fois ; l’espoir fait vivre.

En 1ère manche course, Stephan Burri (E1), notre cascadeur des derniers Paccots (qui pour rappel s’était méchamment envoyé en l’air avec sa 106 MLP sous mes yeux), sort de la chicane et voit sa roue arrière gauche dépasser sa nouvelle Polo. Le portail me masquant une partie de la vue, je me déplace drapeaux en mains pour être en face de l’objet, mais m’aperçois rapidement que ce dernier arrive à grande vitesse, impossible donc de l’arrêter, et me décalant, je décide de ne pas lui donner de coup de pied latéral, car sa trajectoire stable jusque-là, pourrait en étant changée à cette vitesse, créer un rebond inattendu et encore plus dangereux. Alors qu’elle est déjà à ma hauteur, je me retourne face au public et hurle une mise en garde. Je vois alors la foule s’écarter en créant un couloir au font duquel, je n’y vois plus qu’une seule personne assis sur une chaise !… Vision dantesque ! Heureusement attentive, ou alertée par les cris, elle parviendra à éviter l’objet in extrémis. La roue, dont la trajectoire n’a subi fort heureusement aucune modification, finira sa course de quelques 180m (!) dans la zone interdite crée avec des filets, en dessous du virage du menhir. D’un soulagement énorme d’avoir évité le pire, je me déplace pour drapeauter les suivants en leur faisant signe de ne pas rester sur la zone, afin de ne pas gêner le dépannage, mais ils n’ont pas tout compris et l’on largement quittée… Bref, une fois fait, je me retourne vers le pilote qui attend à côté de sa voiture, qui de son accent bernois et parfaitement bilingue, me dit avec un énorme sourire : ‟Salut ! C’est encore moi !‟. Gros éclat de rire qui fera relâcher la pression :-) Le dépannage va être long, car le coffre ne permet pas d’y mettre deux personnes pour faire contrepoids, car tout est en carbone, et la lame avant, frottant au sol au levé de grue, le véhicule étant en plus à la montée, ne peut pas être retirée car rivetée au fond plat… Une solution sera trouvée en la prenant par les gentes, avec une variante vers la roue manquante, et en mettant une demi-planchette en guise de cale à l’arrière restante, car la carrosserie dépasse largement la roue, créant ainsi un risque de briser le tour de roue évidemment lui aussi en fibre. En fin de manche, alors que le ciel devient gris, le public s’amasse au portail pour traverser. A la chicane, la formule de Roger Rey (E2-SS), qui par chance porte le dernier numéro, laisse échapper une fumée bleue qui me fait instantanément dire ‟Ha non !‟, avec la confirmation à son passage devant moi. Je dis alors au collègue, porteur de la radio, de le faire stopper par les prochains postes, car il laisse une trainée d’huile. Sorti 2 postes plus loin, on a évité le pire, mais il y en a quand même sur 9 (!) postes… Et comme si cela ne suffisait pas, malgré mes gestes de tout arrêter, il a encore fait des boucles dans l’échappatoire, et a regagné le parc comme si de rien n’était… par la zone public ; attitude décevante et incompréhensible… Bref, entre temps, la piste a été nettoyée au mieux juste avant la grosse averse, qui a rendu la piste très glissante. La 2e manche, sous drapeau de changement d’adhérence, aura donc été une manche test, dont tout le monde n’a pas souhaité.

Un gros week-end comme souvent à Romont, mais dont les interventions directes, n’avaient pas été aussi nombreuses depuis quelques temps, et pas prêt d’oublier cette frayeur du dimanche…

A Renato

www.course-romont.ch

***   ***   ***

Prochaines participations :

20-21 juin – Slalom de Chamblon
27-28 juin – Slalom de Bière
4-5 juillet – Course de Côte La Roche - La Berra

Les commentaires sont fermés.