Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31.08.2015

Swiss Downhill Cup - Verbier 2015

C’est par hasard dans une information de l’Office du Tourisme via le boulo, que j’ai pris connaissance dans la semaine même, qu’aurait lieu une manche du Championnat Suisse de descente VTT (Swiss Downhill Cup) à Verbier. Un événement qui n’avait plus eu lieu depuis 2010 suite à d’importantes constructions dans la zone d’arrivée. Et comme un magnifique soleil était annoncé, je me suis dit que c’était une belle occasion d’aller y voir d’un peu plus près, voire de très près… Une nouvelle ligne dans mon CV sécurité, représentant une 45e manifestation différente, pour une 14e activité de type différent.

Affiche Downhill Verbier.jpgLe samedi étant réservé au service du feu, je n’y ai été que le dimanche, alors que les essais commençaient déjà vendredi après-midi. Le rendez-vous est à 7h au pied de la piste, qui relie Les Ruinettes à la télécabine de Médran en station, une piste reconnue comme technique et physique, de 2,2km pour 557m de dénivelé, effectuée en 4min, soit une moyenne de plus de 33km/h, pas forcément rapide, mais ici ce n’est pas qu'un billard, mais aussi un flipper entre les arbres, parmi une piste complète. Pour nous, le principe est du commissaire de piste pur, avec un drapeau jaune pour les incidents légers à utiliser uniquement en essai, et un rouge pour les incidents majeurs obstruant la piste uniquement, et demandant donc un arrêt du compétiteur suivant, qui dans ce cas en manche course, peut reprendre le départ. Outil également indispensable, le sifflet, à utiliser à chaque passage de vélo pour avertir les postes suivants, qui sont bien rapprochés, mais pas forcément à vue dans la forêt. Cela permet aussi aux concurrents de savoir s’il y a quelqu’un derrière eux (1 coup de sifflet par vélo arrivant), car les gènes sur rattrapage ne compte pas, ils doivent faire avec.

P1020654.JPGJe suis au poste 19 soit à mi-parcours, à la hauteur du télé du Mayentset, un des 10 postes ayant une radio. Un endroit dans la forêt, et même s’il a fait un peu frais jusqu’à 10h, j’ai beaucoup apprécié pour le reste de la journée, étant donné que la veille à la maison du feu, sous un soleil ardent, j’ai dû arrêter les exercices en milieu d’après-midi suite à un coup de chaud, à la limite de l’hyperventilation... A noter que les commissaires qui ont fonctionné les 3 jours, ont eu chaque jour un poste différent, ce qui permet probablement de voir des passages très différents. Chez moi, le visu n’est que d’environ 30m, et le parcours rapide : ils sortent d’une mini-enfilade, passe un saut bien propre, un deuxième avec des racines, puis une grosse enfilade serrée entre les arbres, où les cailloux se font bien apparents. Par rapport à certains autres endroits, c’est une zone assez cool, mais tout de même impressionnante car la roue arrière se fait bien balader, ils doivent donc être sûr de leurs gestes, dont ils n’ont pas vraiment le temps d’y penser au vue de la rapidité des enchainements… En plus de la sécurité de base, nous devons également remettre les banderoles de délimitation qui bordent l'ensemble de la piste des deux côtés si elles se font arrachées, et au pire remettre les piquets au bon endroit, ainsi que retirer les cailloux roulants qui pourraient s’avérer dangereux. A chaque passage, et plus la température augmente, c’est également un peu de poussière qui se soulève, et demande donc une hydratation, même en pleine forêt, et de toute façon avec le nombre de coups de sifflets que l’on donne, la bouteille n’est pas loin ;-) Par contre il est difficilement possible de casser la croûte en poste le matin, car les essais sont libres, donc la concentration impérative et continue pendant 3h. La pause a duré de 11h10 à 11h30, puis en manche course, les départs se font toutes les 30 secondes, et les catégories séparées de 4min. A noter l’intervention le matin de l’hélicoptère pour une épaule suite à une chute, mais chez moi rien, mise à part une rubalise à remettre, des cailloux pas sympa à retirer, et quelques passages limites, dont un a quand même dû s’appuyer contre un matelas de protection d’arbre pour rester debout.

Un beau sport de malades en nature, où les pistes leur sont réservées toute la saison. Probablement à refaire.

www.verbierbikepark.ch/ixs_swiss_cup
www.ixsdownhillcup.com

***   ***   ***

Prochaines participations :

19-20 sept. – Course de Côte Châtel-St-Denis - Les Paccots
26-27 sept. – Slalom de Drognens
01-04 oct. – Tour de Corse WRC

Les commentaires sont fermés.