Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07.06.2016

Rallye du Chablais 2016

La 13e édition du Rallye du Chablais repartait sur des bases connues, mise à part… sa base justement, déplacée de Lavey à Aigle, une nécessité au niveau infrastructure.

Plaque RdCH 2016.jpgMa 40e manche du Championnat Suisse des Rallye en terre romande sans interruption, avec toujours en charge l’ES de Vernayaz dans sa 2e édition en mode inversé, s’annonçait donc identique à l’an passé. Mais comme la routine ne fait pas bon ménage avec la sécurité, 3 éléments ont été modifiés ; un léger renforcement de l’accès public au pont de Dorénaz, le rajout de glissières provisoires pour protéger le public à la Balmaz, ainsi qu’un nouveau poste sécurité sur le début de la partie terre, là où l’an passé, un concurrent avait plongé dans le canal dont le niveau était très haut. Cela reste un poste secondaire, c’est-à-dire qu’il peut être supprimé si les effectifs commissaires sont insuffisants, mais le but est de l’avoir officiellement, au cas où. En plus de tout cela, si ma 1ère adjointe habituelle reste à mes côtés, le second a été réquisitionné ; les équipes solides et conviviales doivent parfois éclater afin d’assurer toutes les ES… fort dommage. Un remplaçant nous a été donné, une équipe se composant toujours de minimum 3 personnes, car en cas de pépin de l’un d’entre nous, il faut bien assurer le coup.

Les effectifs sont un poil meilleurs que l’an passé, mais cela reste limite, car la répartition n’est pas évidente sur une ES avec de nombreux accès et zones techniques. Et quand on voit tout ce qu’offre l’organisation, grâce aux excellentes relations qu’il entretient avec ses partenaires, c’est Noël en été, et même que des fois il neige, c’est dire. Les postes prioritaires pourront être couverts, mais en séparant des commissaires. Si l’ES compte 7 postes obligatoires, dont celui de la Balmaz doit être doublé en personnel, 2 des 9 postes secondaires doivent être couverts, car il s’agit d’un accès public et d’une chicane. Il me faut donc un minimum idéal, sans compter les 3 tables, de 20 commissaires afin qu’ils puissent travailler à 2, toujours dans l’espoir de devoir en séparer le moins possible : on m’en attribue 16 en 9 groupes, et je dois garder un secrétaire pour le départ. Ce sera ju-juste…

Le montage des recos a été effectué cette année avec mon nouvel adjoint, puisqu’il habite sur place. Sur la zone du nouveau poste, j’ai posé un panneau humoristique (baignade interdite), histoire de rappeler simplement que l’endroit est délicat. Une image relayée sur le net, avec un autre panneau, celui-ci de prévention et bien usé depuis les années que je le mets, l’ES étant quasi 100% sur des chemins très fréquentés par les promeneurs et cyclistes, qui ne s’attendent pas à croiser des véhicules, et surtout pas à vitesse moyenne, voire plus… J’ai également marqué le "plan B", soit la nouvelle zone de départ, en cas de suppression de la 1ère partie, si le Rhône venait à ne plus pouvoir être navigable par le bateau des plongeurs. Cette année, j’ai d’ailleurs refait mon aide-mémoire, afin d’être prêt au cas où, car même si mon adjointe avait parfaitement assuré il y a 2 ans, il s’agirait cette fois de déplacer non pas la zone d’arrivée, mais celle du départ, il est donc impératif d’avoir un fil conducteur puisque je devrai moi aussi déménager.
Le samedi des recos, beaucoup de passages sous un grand soleil, mais également un grand vent… hé oui, en principe où il a des éoliennes… Un courant frais jusqu’en début d’après-midi, après quoi il s’est bien réchauffé, donc tenue allégée et crème solaire indispensable. Dimanche, rebelote, plus chaud, mais beaucoup moins de passages. Même si c’est parfois longuet, cela fait toujours plaisir de pouvoir côtoyer pilotes et navigos, où quelques échanges bien sympathiques se créent.
J’ai également eu l’appel de mes commissaires du CH qui ne pourront être présents. De là, si le commissaire général n’a pas de solution, il me faudra retirer 1 ou 2 personnes des postes pour faire le remplacement, pour autant que l’une d’entre elle, et c’est le cas de la personne que je voulais garder avec moi comme secrétaire, connaisse bien évidemment le boitier de transmission des pointages. De plus, 2 responsables d’ES du samedi ont accepté de venir en renfort, 1 commissaire m’a été attribué en plus, et finalement, ce sont les chronos qui m’ont trouvé une solution pour une 2e personne au CH, tout en ayant un aide au départ. Un énorme merci à eux, des gens formidables, une belle représentation de l’esprit conviviale et de la solidarité qui règne dans mon entourage, que j’apprécie particulièrement ! Du coup, j’ai pu refaire une 3e fois ma répartition commissaires, et ainsi la transmettre à la DC, en ne pouvant éviter que nous ne soyons, mon adjointe et moi, que 2 pour le DES… elle comme starter, et moi aux carnets, mouchards, et radio, une situation que j’avais déjà connues précédemment, mais qui ne me dérange pas, puisqu’autour de moi et à la Centrale, chacun remplis son rôle avec toute ma confiance.

Mercredi soir, prise du bus chez le loueur, et pose des vaubans à la zone de la cantine VIP de la Balmaz, sauf que… ils ne sont pas encore là… situation gênante, car si la cantine se monte avant, les haubans pourraient nous empêcher de fermer correctement les vaubans entre eux… Mais s’ils ont été oubliés, là c’est moche… très moche… Sur le parcours, 2 piquets de corde sont manquants sur des zones où il y a eu du fauchage, étonnant tout de même, car les moustaches de rubalise sont par terre sans avoir été déchiquetées, et si le machiniste avait retiré les piquets, où sont-ils ?… Entre les relevés sur le terrain pour le boulo, la météo qui change d’un extrême à l’autre, les imprévus et d’autres éléments qui me trottent dans la tête, la dernière période devient légèrement lourde.

Jeudi, montage avec mes deux adjoints. Débuté à 8h au local matériel, le travail se terminera vers 16h30, malgré la zone public de la Balmaz, où les vaubans ont pu être installé correctement, mais dont le pré ne pourra être préparé que le lendemain matin, car le foin a pris l’eau la veille, et ne peut être ramassé qu’en soirée. Avant de rejoindre la présentation officielle du rallye, petit apéro bien mérité au camping du Bois Noir pour un coucou aux tenanciers, des anciens collègues commissaires. Une journée éprouvante, les 250 piquets étant quasi tous passés sous ma masse, sous une météo à nouveau très lourde. Puis une mauvaise nouvelle, un commissaire absent pour cause de blessure. Nouvelle répartition donc au stylo avant d’aller au dodo, en espérant qu’il n’y ait pas d’autre surprise le lendemain.

Affiche RdCH 2016.jpgVendredi matin, finition de la zone en question, il ne nous reste que 8 piquets, qui seront précieusement conservés pour haubaner les tentes du CH et du DES. Le Rhône quant-à-lui est haut mais sans plus, pas très propre, mais ne contenant aucun objet flottant, de bon augure. Le rendez-vous commissaires est à 8h20, tout le monde est présent et à l’heure ; la journée commence donc très bien. Après les explications et transmissions des dossiers, ainsi que du matériel par mes adjoints, nous rejoignons le DES, où le vent est assez fort. Par chance, la 1ère équipe de contrôle de fermeture des routes est déjà là, et va nous aider à monter les 2 tentes. Mise à part quelques soucis de liaisons radio rapidement réglées, le 1er passage c’est très bien passé. Alors que l’équipe débute une grillade avec nos dépanneurs Grimenzards, j’ai fait un rapide tour de piste, relevant quelques piquets de cordes pour éviter qu’ils ne deviennent dangereux, et remonter la zone du poste supplémentaire, car les panneaux de danger ont été retirés, et le banderolage rompu et déplacé. A mon sens, cette zone est un peu plus dangereuse dans ce sens qu’avant. Elle mériterait une présence, mais faut-il encore pouvoir le faire. Et l’intuition de la DC va plutôt nous être bénéfique. On m’a demandé s’il y avait possibilité de déplacer un commissaire pour le couvrir. Et le destin a été bon, puisque un renfort venait uniquement en fin d’après-midi, initialement prévu à la Balmaz avec les, seulement, 3 commissaires et 2 motards belges déjà en place, il a donc été replacé sur le nouveau poste. Et on peut dire que l’on a eu beaucoup de chance. Après une sieste bien venue à l’ombre de la tente du DES, les affaires reprennent, et au moment où part la H0, le public afflue sur la zone terre, ce qui va nous obliger à neutraliser la H1 sur la ligne. Après 9 minutes et le contrôle d’un motard belge, la situation est gérée, mais une sortie de route va intervenir plus tard au même endroit, un équipage ayant percuté un arbre et fini sur le toit. A croire certains média présents également le matin, le public présent au 1er passage aurait pu avoir bien des soucis. Je suis donc satisfait d’avoir fait rajouter ce poste et soulagé que la situation du lieu ait été surveillée, et dès à présent clarifiée, il faudra le considéré comme un point noir pour l’an prochain. Reste que cette ES, comme déjà dit, demande un bon nombre de commissaires, mais pas seulement des teneurs de mouchards, mais bien des gestionnaires de public, qui doivent intervenir de suite afin d’éviter d’être dépassés. Malheureusement, il en faut aussi sur les autres ES… Si une sortie de route est un événement fréquent, un pilote qui s’en prend à des commissaires qui, en plus, n’y sont pour rien en est une autre, et je tiens malheureusement à le souligner. Gesticulées, insultes, menaces de bloquer le parcours, et refus de quitter le STOP mettant ainsi en danger les équipages qui suivent. On leur dit toujours de rester calme face à des équipages insatisfaits de leur ES, mais ils ont été bien trop gentil, face à une telle attitude inadmissible. Fort dommage que les précisions ne soient pas remontées en temps voulu. Le démontage de l’ES s’est fait assez rapidement, les commissaires ayant parfaitement joués le jeu. Au matériel, nous sommes arrivés 2 équipes en même temps, nous nous sommes donc aidés l’une et l’autre pour finir au plus vite.

Samedi, après 5 ans comme adjoint sur la super spéciale, on m’a déplacé dans l’équipe de l’ES de Bex. Le but étant d’avoir une personne de plus, car un des adjoints est incertain. Dans le passé, on m’avait mis sur la super spéciale pour relancer aux affaires un ancien Chef d’ES, qui maintenant est bien rôdé. Pour ma part, j’avais effectué plusieurs missions différentes, en commençant par les carnets au DES, puis la sécurité dans la zone entre le CH et le DES, puisqu’elle croisait l’accès public, une sécurité mobile sur le parcours, et l’an passé, les quittances de passage au "Y" de sortie, tout en effectuant à chaque fois le contrôle du parcours et le suivi des dépannages entre les deux passages. Des missions différentes que j’avais bien appréciées.
Sur cette ES de Bex, dont j’ai fait la tournée des bordiers avec ma cheffe, nous avons terminé le montage par la pose des panneaux le matin même. Pour le déroulement de l’après-midi, on m’a réservé la zone public de Lavey, où l’affluence a été assez légère, probablement dû au fait que le centre du rallye n’est plus dans le secteur. Comme il s’agit d’un endroit rapide avec un très gros freinage, la zone est sensible. Tout a été fait, et complété pour éviter un maximum de surprise. L’observateur FIA nous a demandé de ne pas laisser au milieu de la route, le vauban sur lequel nous avions fixé la grande flèche directionnelle, afin d’éviter qu’en cas de collision, elle ne glisse au fond de l’échappatoire. Je l’ai donc décalé contre le bâtiment, et effectué des allers-retours de banderole afin que les équipages aient un bon visuel. Un seul d’entre eux a traversé les banderoles, que j’ai immédiatement remises, et un autre s’est retrouvé en travers du carrefour, face à la borne hydrante. Côté public, respectueux et calme, mise à part 2 personnes du milieu qui n’ont pas bien montrer l’exemple, en se tenant trop près du bord de la chaussée d’une partie sinueuse, puis la traversant juste avant le passage d’un concurrent. L’un deux est venu me voir le soir, je lui ai alors dit que je ne lui en voulais pas, mais qu’il fallait faire attention car plus tard, un très jeune enfant a fait de même en voulant venir recherche un ballon qui avait roulé dans le champ. J’ai dû le ramener à sa mère, qui n’avait rien fait pour le retenir, et qui à mon avis, n’a pas bien compris les risques qu’elle lui a laissé prendre, malgré mes explications. Sans oublier, 2 tapes amicales dans la main du garçon, et un grand sourire, car ce n’est pas lui le fautif. Une fois la voiture balai passée, démontage du poste, y.c. une bonne longueur de filet à enrouler, pendant que mon collègue passait un méga coup de balai, puis réception du matériel et rangement du bus, avant les premières goûtes de pluie, suivi de son déchargement au local.

Mise à part un gros point noir à régler sur l’ES, tout c’est très bien passé, et ce fut pour moi une très belle édition, sous un beau soleil. Les retours de l’observateur FIA sont apparemment excellents, et l’organisateur a remercié lors du débriefing le travail des commissaires, qui sont en première ligne, et est très confiant pour sa participation à la Coupe d’Europe l’an prochain (ERT - European Rally Trophy).

Cette 13e saison, dont ce chiffre ne m’a jamais porté préjudice, va bel et bien laisser des traces indélébiles... et pas qu’au Chablais... Une annonce qui, cumulée à la fatigue de la semaine, a résonné comme un coup de massue, et m’a affecté durant plusieurs jours. Après la réquisition de mon excellent 2e adjoint, celle qui en était ma 1ère depuis 5 ans, va continuer sa progression en DC, laissant ainsi un très grand vide à mes côtés. Au-delà d’une excellente collaboration, d’un esprit soudé et d’une totale confiance, c’est également tous ces moments de détente, même en pleine ES qui vont rester. Une complicité qui m’apportait énormément, et qui va me manquer… terriblement...

Merci Sarah

www.rdch.ch
www.inforallye.ch

***   ***   ***

Prochaines participations :

Slalom de Bure – à suivre…
Slalom de Romont – 11-12 juin
Champ. Suisse de Cyclisme sur Route, Martigny – 22 juin
Slalom de Chamblon – 25-26 juin

Les commentaires sont fermés.