Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10.06.2016

Slalom de Bure 2016

Après le Crité, je me suis vraiment posé la question de si j’allais participer au Slalom de Bure, un slalom pas tout près, mais où l’on y trouve vraiment des gens sympas, et notamment, et nulle part ailleurs, tout plein de pilotes, navigo ou autres venant donner un coup de mains comme commissaires. Une 4e participation, et pour une fois en 2 années consécutives, représentant mon 50e slalom.

Après mon gros coup de blues en fin de Chablais, et une semaine un peu physique avec le job, mais qui au moins m’a fait penser à autre chose, le déplacement au Jura du vendredi soir a été plutôt bof, avec un gros manque de motivation. Le dodo n’a donc pas tardé, car les rendez-vous sont les 2 jours à 5h30, tout en pensant que la journée du dimanche, y.c. le retour, sera longue.

Bure.jpgSamedi, je prends place au poste 5, soit la sortie de la 2e place en direction du très long droite qui contourne le fameux Mont dénommé Tcherteau. Une zone surélevée très sympa visuellement, avec une chicane à 5 portes, une 6e sur une bosse au niveau du poste, avec une sortie en léger dévers où il faut redonner plein gaz tout en finesse, suivi plus loin d’une chicane. Il s’agit également d’un accès d’urgence où s’y trouve 2 véhicules de dépannage, et à l’autre extrémité, au poste 20, également des véhicules de dépannage, ainsi que les S+R et un adjoint de DC. Avantages : une belle zone, technique, spectaculaire, et des voitures qui apparaissent directement lorsque la précédente n’est plus visible, et où il est possible de haubané la tonnelle. Désavantages : les cônes ne sont pas tout prêt, mais surtout, je suis précédé de collègues pas tout démerde, ce qui fait peur étant donné que ce sont des habitués. Mon collègue commissaire, un de leur compatriote français, m’a dit que nombre d’entre eux venaient en Suisse parce qu’ils ne sont plus du tout considérés chez eux. Maintenant à voir évoluer certains, je me demande qui du système français ou d’eux m’interpelle le plus… Franchement, ne pas entendre ni voir qu’un cône a été percuté frontalement… ne pas voir qu’il a glissé 20m plus loin… devoir le leur dire… s’apercevoir qu’ils ne comprennent pas… les voir se déplacer en marchant… et arriver devant le cône en question et ne rien faire… tu fais quoi ? Ben tu stoppes les départs, et tu vas leur dire un poil fâché de se réveiller, parce que les 6 concurrents qui n’ont rien compris en passant n’ont pas dû apprécier… Cela fait quand même 120 secondes pour remettre un cône… AU-SE-COURS !!! Tu n’as pas compris ce qu’implique une mission d’officiel, et qui plus est dans la sécurité, merci de reste chez toi, parce que si tu n’es pas considéré, à mon avis… y’a une raison… Je pense que même des commissaires novices qui ne l’ont jamais fait, ce seraient débrouillés tout seuls et de suite. On comprend mieux en voyant cela, que le responsable du cours commissaire veut un peu serrer la vis. Avec les dépanneurs, on a failli descendre avec la masse, mais je ne l’avais plus dans la voiture. Si c’est comme ça en manche course, on n’a pas fini avant 21h…
La tonnelle à peine montée, il pleut, puis le vent prendra sa place, laissant ainsi le soleil apparaitre. La matinée est longue, les trous nombreux et non expliqués. On y trouve aussi quelques Porschistes, qui nous font repenser à nos copines OPC Sybille et Vanessa, qui passaient les portes à 15km/h, même celles qu’elles loupaient... A 11h, branle-bas de combat, une OPC est partie en multi-tonneaux, et son pilote a été touché au visage, son casque n’étant probablement pas bien serré. Malgré le retard, la pause de midi en commun sera de 12h40 à 14h, et la fin de journée vers 18h30.

Dimanche, même configuration, mais sans la chicane du poste suivant, et du coup, tout le long droite n’est pas couvert du poste 5 au 8. En cas de panne, tu as plutôt intérêt à de suite coller à gauche… Le temps est couvert, mais le soleil va vite arriver. Et la plus belle figure libre sera l’œuvre de Ruth Scherrer (BMW 318is), l’amie d’Albin, qui pour ses 1ers pas en IS, nous a fait un superbe 270° en sortie de bosse, évitant de justesse le caniveau. Après 2 arrêts chez nous pour panne, un qu’il a fallu pousser et l’autre sorti seul, le vent va tomber, et la fin de la 1ère manche course va voir arriver la pluie, mais que vers les postes derrière le Tcherteau, du coup, on m’a demandé de poser un changement d’adhérence. Dans le pré, avec une marge de sécurité car en face de la sortie de la bosse, je baisse les yeux et vois un trèfle à 4 feuilles ; cool ! Puis un 2e… et un 3e… A partir du 6e, j’ai arrêté de regarder par terre… les symboles ne sont plus ce qu’ils étaient. Le circuit va bel et bien se faire arroser dans son ensemble, et notre 2e figure de style sera celle de Jean-Marc Salomon (Tatuus), dont c’est officiel, je ne suis pas le grigri à Bure. Malgré ses 3 victoires obtenues durant mes 3 participations, et déjà ennuyé par des problèmes électroniques durant toute la matinée, c’est devant moi qu’il va partir en tête-à-queue et s’immobiliser à 20m dans le pré, en évitant heureusement un gros rocher. Fin de journée à 18h sous un soleil retrouvé et une piste quasi sèche, avec un retour sans perdre de temps, le sourire au coin des lèvres. Si la fatigue n’a évidemment pas été comblée, ce slalom m’a bien changé les idées, l’esprit ainsi retrouvé, et l’estomac à nouveau d’attaque, après une semaine bien morose.

A noter que cette 47e édition pourrait être la dernière en l’état, car l’armée est en train de barricader toutes les zones des bâtiments de la place d’arme, qui ne devraient ainsi plus être accessibles. Un gros coup dur pour l’organisateur, qui devra soit réduire considérablement le parcours, tout en trouvant des alternatives pour ses propres infrastructures, ou trouver une solution ailleurs…

www.slalomdebure.ch

***   ***   ***

Prochaines participations :

Slalom de Romont – 11-12 juin
Champ. Suisse de Cyclisme sur Route, Martigny – 22 juin
Slalom de Chamblon – 25-26 juin

Les commentaires sont fermés.