Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15.06.2016

Slalom de Romont 2016

Le Slalom de Romont s’annonçait très humide. Restons positif… on a survécu à Bière.

Affiche Romont 2016.jpgAvant même que je m’inscrive, la nouvelle responsable commissaire m’avait posté au portail à l’entrée des places, et ce pour la 7e fois de suite sans interruption Romont-Drognens confondus, avec un petit jeune plus grand que moi. Un endroit pas évident en été, mais au vue de la météo, le public devrait être discret, la gestion à 2 est tout de même nécessaire sur un poste à multi-tâches comme celui-ci. La matinée de samedi sera une succession de passages pluvieux, dont un très fort, et de moments ensoleillés, asséchant la piste. Du côté de la bordure en pierre à l’extérieur de la sortie du virage, les buissons ont été supprimés, et très vite, je constate qu’une rigole d’eau est présente sur la trajectoire extérieure, qui n’est pas forcément gênante avec les premières séries qui prennent le virage à la corde, mais les plus rapides élargirons pour prendre ensuite à raz la bordure, et donc se retrouver avant cela dans la coulée. Impossible de faire quoi que ce soit, car l’eau sort entre la bordure et le bitume, il faudrait donc creuser à 40cm, mais cela n’empêcherait pas l’eau de s’écouler plus bas et venir tout de même sur la piste. D’entente avec la DC, c’est une situation connue à cet endroit, et nous ne prenons aucune mesure particulière. Et puis… les événements vont s’enchaîner. En début d’après-midi, et après que 4 concurrents aient passé dans les cailloux, j’averti la DC que ça commence à devenir un peu chaud patate… On m’autorise alors à poser un drapeau de changement d’adhérence que je scotche sur le portail, mais ce qui n’empêchera pas une 1ère sortie avec roue arrachée, demandant l’intervention du camion. Le pilote a vu le drapeau, mais ne s’attendait pas à ce que cela soit aussi glissant, la coulure étant parallèle à la trajectoire, et de plus, l’eau n’étant pas très propre… Décision est donc prise de tenir le drapeau en main, soit jusqu’à la fin de la journée, ce qui n’évitera pas d’autres sorties. Et le bilan est assez fort, puisque 11 voitures vont sauter dans les cailloux, dont 2 ou 3 n’auraient de toute façon pas passé autrement même sans la coulure, et sur les 7 qui se sont arrêtés sur place ou quelques mètres plus loin en sécurité, 4 ont rejoint le parc en camion. Fin de la 1ère manche à 16h30, fin de la journée à 18h35. Restons positif… on a survécu à Bière.

Dimanche, la journée s’annonce plus clémente niveau météo, mais quelques légères averses viendront s’inviter. Comme ça "rigole" toujours, après discussion avec un membre de la DC, le bouche à oreille et les mises en garde ont été transmis dans les parcs, le drapeau ne sera donc pas remis. Par contre, sur conseil d’un pilote/responsable commissaire, j’ai montré la trace d’eau du doigt durant la manche sous conduite de la 1ère série. Le suspense n’aura pas duré longtemps… le 17e concurrent passe dans le pierrier et s’arrête sur la place au-dessus, le 3e à sa suite quant à lui, restera immobilisé sur la piste… Le drapeau sera donc bel et remis jusqu’au terme de la journée, que j’ai tenu moi-même de bout en bout, car ne souhaitant pas mettre en danger mon jeune collègue, qui n’est tout juste pas encore majeur, dont c’est sa 2e course, et en bord de piste sur un endroit à risque, où il est essentiel d’avoir des réflexes avertis. Il a par contre assuré à chaque fois le double-jaune. Les manches courses des Abarth s’étant faites le matin, la pause de midi en commun a été de 13h05 à 13h45, et pour les gens qui se sont pleins, elle aurait probablement été bien plus courte si nous avions dû prendre un pique-nique. Avec les averses, j’ai régulièrement balayé la coulure, car elle contenait des morceaux de gomme, qui rendaient la zone encore plus glissante à cause de la composition douteuse de l’eau… Le passage du portail aussi est devenu glissant, grâce aux spectateurs qui se tapaient les pieds après avoir passé dans la boue. Côté officiels, les nouvelles technologies semblent prendre le pas… on préfère donner pleins de conseils aux postes voisins par radio, soit en empêchant ceux qui en aurait besoin d’appeler au secours, que d’aller directement vers les concernés pour discuter en tête à tête, et ainsi se mettre d’accord et échanger ses conseils pour une meilleure gestion de la piste, dommage... Difficilement admissible par contre, d’entendre qu’une porte manquée non signalée en manche course n’inquiète pas plus que cela une commissaire… Il serait dommage que la Commission de Discipline de l’ASS doive faire une incursion dans notre milieu… Fin de la 1ère manche à 15h50, fin de la journée à 17h30, mais surtout des résultats tardifs suite à des prises de décisions du jury. De mon côté, un arrêt pour panne, un tête à queue d’une formule, dont j’ai bien cru qu’il allait déchiré son pneu contre une bordure de grille, car ayant voulu faire demi-tour un peu comme un sauvage, la formule suivante mise rapidement en sécurité suite à la gêne, mais surtout, avec un total pour le week-end de… 19 (!) sorties dans le pierrier, dont 6 des 10 qui ont dû s’arrêter, ont fait un tour en camion, la présentation du drapeau de changement d’adhérence en deux périodes d’une durée totale de… 13h ! et la coupe commissaire du samedi.

www.course-romont.ch

***   ***   ***

Prochaines participations :

Champ. Suisse de Cyclisme sur Route, Martigny – 22 juin
Slalom de Chamblon – 25-26 juin
Auto Cross de Bure – 16-17 juillet

Les commentaires sont fermés.