Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28.06.2016

Slalom de Chamblon 2016

C’est toujours avec un grand plaisir que je me déplace au Slalom de Chamblon, car je sais d’office que je ne vais pas m’ennuyer, et que l’accueil et les ravitaillements y sont excellents. Malheureusement, la pluie est à nouveau annoncée, mais ce n’est pas, et de loin, le point négatif du week-end.

Chamblon Gilet.jpgSamedi, je retrouve donc mon poste, celui qui fait souffrir les jambes toutes entières, jusqu’aux bouts des orteils, où j’y suis depuis ma 1ère participation en 2006, sans interruption, et sans avoir malgré tout voulu un seul instant aller sur un autre poste. Perché sur le talus, avec une vue restreinte mais magnifique sur la fameuse chicane 30-31-32, que peu maîtrisent avec vitesse et agilité, ou alors avec une 500 ou une mini… :-) et encore… Et même si certains délaissent le Slalom pour la Côte, il y a encore de sacrés numéros ! Arrivée sur place, tous les prés n’ont pas été fauchés. Si la partie gauche entre la bosse et le poste est faite, tout le reste ne l’est pas, soit la partie d’avant (me masquant l’arrivée des voitures sur le poste précédent, seule partie visible pour nous, pas top pour notre propre sécurité), la partie à droite (cachant le visu aux concurrents, pas top si une formule tombe en panne derrière la bosse, raison pour laquelle j’avais fait rajouter le feu tournant), la partie devant le poste (soit le talus à descendre pour remettre les cônes), et la partie d’après (me masquant la route jusqu’au poste suivant, pas top en cas de perte de pièces ou autres). Le campement posé entre la 2e et la 3e porte, j’ai ainsi fait les foins, en fauchant deux tranchées dans le talus, afin de pouvoir accéder rapidement aux 2 portes. Les cônes quant-à-eux sont tout neuf, mais pas pour longtemps… Les numéros en tôle ont fait place à des "assiettes" en plastique, plus fragile mais moins dangereux, surtout pour les pilotes de formules, et qui pourraient éviter que trop de rétroviseurs ne souffrent. Une des priorités a été de monter la tonnelle, car la pluie a assez vite fait son apparition, après quoi, j’ai décalé le feu tournant, car caché derrière les hautes herbes, je l’ai ainsi rapproché de la piste, afin qu’il soit dans l’axe de visu des pilotes. Nous avons néanmoins évité un drame de justesse… si notre copain Bamby a traversés les 2 fois durant une interruption, un mulot a bien failli se faire aplatir comme un vulgaire bout de gomme perdu sur la piste. A 12h, alors que se termine le 3e dépannage, une méga averse nous tombe dessus, la piste en pente se transforme en un toboggan de parc d’attraction, heureusement inoccupé. La pause de midi se fera de 13h40 à 14h !
A 14h20, une rafale subite va faire décoller un pied de la tonnelle, puis deux. Les fixations au sol, et les 4 haubans, plus 2 rajoutés car ayant vu précédemment que le courant tournait, n’ont pas fait long feu. Je m’empresse de la retenir, ma collègue faisant de même, mais la rafale dure, et surtout s’amplifie, faisant décoller les 2 autres pieds ; la grosse cata, non seulement car nos voitures sont dans l’axe, mais la grosse crainte est que nous sommes en pleine manche course, et qu’elle pourrait s’envoler sur la piste… et très vite, le toit se brise et s’affaisse, nous permettant ainsi de détacher immédiatement la toile. Ouf… elle est "mourue", mais on a évité le pire. C’est alors que l’on constate qu’un cône avec numéro, heureusement un extérieur, s’est renversé suite au vent, tout comme les deux bottes de paille. Après quelques nouvelles pluies éparses, fin de journée à… 19h35 !!! La faute selon moi, principalement à des communications radios absolument pas optimales, puisque 2 fois le camion a été demandé pour rien, car seul le plateau de dépannage pouvait charger les véhicules, demandes faites en plus par des commissaires habités. Ajoutez à cela tous les événements qui n’ont pas été annoncés clairement, comme ne pas faire stopper les départs et ainsi devoir refaire plus de re-départs que prévu, etc… y.c. le voyage inutile de sur-quittances entre la Centrale et les postes, qui en plus fatigue tout le monde… Si la responsable commissaire a eu le très bon réflexe de prendre à part les nouveaux après la distribution du matériel du matin, il serait à mon avis fort nécessaire d’effectuer un briefing de 5 à 10 minutes pour tous comme en rallye, afin de rappeler les bases de la gestion de piste pure, car ce samedi n’a pas été très reluisant.

Affiche Chamblon 2016.jpgDimanche, le soleil est présent mais voilé, puis fera de très beaux passages, tout comme les concurrents. Nous n’aurons eu que 2 réelles frayeurs, dont celle de l’avant dernière formule en fin de 1ère manche course, qui, perdant l’arrière avant même le passage de la 2e porte, percute la 3e, puis la botte de paille de la grille, glissant dans l’herbe avant de s’arrêter par chance juste contre le talus sans faire de casse. Calé, puis ne trouvant plus sa marche arrière, j’ai fait mettre un drapeau au poste précédent, car la zone est longue, très rapide et vraiment difficile au niveau visibilité pour les formules, sans compter que certains n’ont pas encore compris que le feu tournant remplace un drapeau jaune, voire un double. La voiture repartie, le suivant était déjà à l’arrêt, et nous avec un cône et une botte de paille au milieu de la piste.

Comme personne ne me croyait quand je leur disais que je n’arrêtais pas du week-end, j’avais effectué une statistique en 2014, qui avait donné la remise en place de 74 cônes ! En 2015, seul en poste, elle avait passé à 95 !! Cette année, heureusement à 2 en poste, les chiffres sont assez équivalents, si ce n’est le 2e cône qui a un peu plus souffert, et n’est donc pas resté neuf très longtemps, passant le total à… 106 !!! dont 2 doubles, et 2 fois avec en plus la botte de paille. Comme cela ne fait que 3 ans que je compte, difficile de savoir s’il s’agit d’un record, mais en tous les cas, ça fait pas mal. Ce slalom est également l’occasion de mettre un terme à mon 2e carnet d’activité, qui ne contient que des courses officielles, finissant ainsi sur une très belle note.

www.ecuriedunord.ch

***   ***   ***

Prochaines participations :

Auto Cross de Bure – 16-17 juillet
CCôte Ayent - Anzère – 23-24 juillet
Johannis GP moto Chamoson – 31 juillet

Les commentaires sont fermés.