Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30.07.2016

Course de Côte Ayent - Anzère 2016

La Course de Côte d’Ayent-Anzère est malheureusement la 1ère de la saison, sous un week-end qui s’annonce en partie pluvieux le samedi, et orageux le dimanche. Pour rappel, La Berra (début juillet) et Massongex (début août) ont été annulés.

Anzère2.jpgSamedi je retrouve pour la 10e année le poste intermédiaire des Flans. Suite à la rénovation de la fin du parcours, un poste a été supprimé, ainsi qu’un autre en contre bas pour des raisons de sécurité. Le nouveau plan de sécurité a été validé pour 5 ans, l’intermédiaire ne contenant ainsi officiellement plus de S+R, mais une dépanneuse… fantôme, et toujours une ambulance, qui n’a pas le droit de sortir en urgence car pas de drapeau rouge. Le cas d’un "toit" dans le dernier secteur donne donc toujours la possibilité aux pilotes suivants de s’envoyer inutilement en l’air avant même avoir vu le 1er drapeau jaune, alors que l’on pourrait en arrêter 2 à 3 à l’intermédiaire : pour la Xe fois, stupide ! Et d’après les échos, certains pilotes n’apprécient pas non plus la chose. Peut-être que le jour où… mais ce sera trop tard… Comme l’a dit le Directeur de course lui-même au briefing commissaires, "à Anzère on ne fait pas comme les autres" : merci on avait remarqué. Les effectifs commissaires sont par contre excellents, la moyenne de 2 personnes par poste étant dépassée. De notre côté, nous sommes 4, et tout le monde va avoir l’occasion de mettre la main à la pâte. A leur arrivée, les ambulanciers vont avoir de la peine à écouter mes consignes pour placer leur véhicule, car trop en avant. Afin de pouvoir conserver au moins une place de parc concurrent en sécurité, je l’ai faite reculer, tout en coupant, mais également pour nous, quelques branches d’arbuste, parce que oui, ces gens veulent, en cas de pluie, pouvoir regarder la course depuis l’intérieur du véhicule… … …
Entre deux arrêts de concurrents pour des pannes, dont l’un s’est fait tirer par le camion (très sécurisant si le pilote à un problème durant le tractage), le brouillard va faire son apparition, avec même une légère bruine, mais trois fois rien, contrairement à ce qui était annoncé. Alors que le retard s’accumule, la pause de midi va être balayée, tout comme les nuages, probablement grâce au traditionnel balai des voitures DC (ils sont tout de même montés à 4 lors de la 1ère intervention). À 12h20, légère fuite d’huile, mais bien glissante, extrêmement mauvaise dans notre zone où l’appui est au combien important. Nettoyage donc, encore habillé en mode "froid", alors que le soleil va commencer à taper d’un coup pendant le job… En début d’après-midi, nouvelle fuite, cette fois du liquide de refroidissement d’un bon mètre de largeur. Pose du drapeau de changement d’adhérence à la va vite pour le suivant, se faisant méchamment déporté contre le chalet du bord de piste… chaud patate, heureusement sans dégât, suivi d’un double jaune par mes collègues précédents, et d’un très long nettoyage d’une surface glissante comme du verglas. Après un 3e arrêt pour panne, la dernière manche des formules a été repoussée au lendemain matin.

Affiche Anzère 2016.jpgDimanche, grand beau, mais la fin d’après-midi devrait être moins radieuse, surtout que la journée commence déjà avec du retard. Nous sommes deux commissaires de plus, car le responsable ne sait plus trop où les mettre, surtout vis-à-vis des véhicules privés, et même du temps où il y avait les S+R au poste, on a jamais été autant. A l’arrivée des ambulanciers, je leur ai demandé de reculer plus que la veille, pour avoir 2 places libre, important en manche course pour gagner du temps : que dalle ! Ils ont même été à téléphoner à leur chef pour approbation… ridicule pour des professionnels de la sécurité. Ayant une autre solution en cas de besoin, j’ai laissé tomber, mais elle demanderait tout de même un bref arrêt de course. Après discussion entre nous des interventions du jour précédent, gros passage en glisse d’un jurassien, étant contraint de faire le sanglier sur la bordure… grosse frayeur aussi bien pour nous que pour lui, qui heureusement a tenu la pédale, si non le poteau électrique n’aurait peut-être pas apprécié… Un coup de balai entre deux voitures a tout de même été nécessaire afin d’enlever quelques cailloux et morceaux de goudrons. Plus tard, c’est le choc à l’entrée du hameau. J’envoie mes collègues avec les balais, attendant les infos à la radio concernant l’état du pilote vis-à-vis des ambulanciers, avant de me déplacer pour donner un coup de main. Le concurrent a perdu l’arrière à la sortie du mini-S et taper le mur. Le moteur se vidant sur la piste, un nettoyage a dû être effectué à plusieurs reprises, afin que l’absorbant face son effet jusqu’au bout, et n’en face plus justement. Le nettoyage suivant aura lieu au terme de la descente des formules, dont l’une nous a aspergé la piste d’huile. Comme le 1er de samedi matin, pas grand-chose, mais très glissant, et sur la trajectoire de l’appui. Et puis une nouvelle sortie en contre bas, annoncée de suite comme sérieuse. Même principe, et à mon arrivée, la voiture est sur le côté, le pilote debout à l’ombre. Allant vers lui, il me dit qu’un cardan a lâché, avant qu’il ne s’écrase contre le coin du mur, et de partir en tonneaux. Un gros choc, et de multiples pièces à ramasser. Une fois le médecin à ses côtés, pivotage de la voiture avec les collègues de la zone afin de pouvoir la remettre sur ses… 3 roues, sans qu’elle ne touche la glissière, ni ne bouge une fois à plat, avant que le camion ne la charge. A noter que les S+R, postés au départ, n’ont pas été engagés… on se demande à quoi ils servent si on ne les utilise même pas lors d’une annonce de grosse sortie, alors qu’en Suisse-Alémanique, ils sont en renfort sur quasi toutes les interventions. En fin de 2e manche, alors que la pause de midi a à nouveau été balayée, une formule arrive au ralenti, je la mets donc en sécurité, mais son pilote me dit s’être arrêté car ayant vu le feu tournant en contre bas allumé. Après contrôle, le commissaire en question confirme qu’il n’est pas allumé, mais qu’avec le reflet du soleil, une confusion est effectivement possible. La DC n’en tiendra pas compte, manche donc foutue pour lui… Quand on sait qu’un pilote a été menacé d’exclusion pour non-respect d’un autre feu le même jour, je me pose quand même la question de la rigidité de cette décision… Il serait peut-être temps que les organisateurs se procurent des feux flash ou des pavés à led, bien plus compréhensibles au soleil. La dernière visite sera un pilote dont le moteur a cédé et a pu se mettre en sécurité chez nous, et par chance pour la place disponible, nous n’avons jamais eu 2 véhicules arrêtés en même temps. La journée s’est terminée juste avec quelques maigre gouttes de pluie, alors que l’orage était bien visible au sommet de la station, et dans la vallée d’en face. Si l’heure de fin a étonnamment été bonne, pour une course à "domicile", je suis tout de même arrivée à la maison à la même heure qu’après l’autocross de Bure… allez comprendre... Mise à part (tout) ça, ce fût un bon week-end, avec bien du travail.

"A Anzère on ne fait pas comme les autres", étonnant principe d’un Directeur de course, ancien et excellent pilote. Le blog non plus ne va pas changer, parce que son auteur travaille avant tout pour la sécurité, et donc pour les pilotes.

www.ayent-anzere.ch

***   ***   ***

Prochaines participations :

GP moto Johannis Chamoson – 31 juillet
Cyclosportive des Vins du Valais – 1er août
CCôte St-Ursanne - Les Rangiers – 20-21 août
Alpine Challenge (by RdCH) – 26-28 août

Les commentaires sont fermés.