Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19.04.2017

Tour du Léman Juniors 2017

L’an passé, en consultant le calendrier cycliste national, j’étais tombé sur le Tour du Léman Juniors. Une course sous forme de trophée franco-suisse pour les M19, s’effectuant en 4 étapes, dont Aigle s’occupe habituellement du contre-la-montre.

Au contraire de 2016, la date de cette année était favorable pour une éventuelle participation. Suite à des travaux, le parcours serait cette fois-ci une course en ligne, et ne contenait pas vraiment de points critiques au niveau circulation, passant principalement par des routes de campagne, si ce n’est la traversée de 2 villages. Disputé en boucle avec 3 passages, avant une ascension finale à Chavalon, tout ça un Lundi de Pâques congé pour moi, j’ai donc gardé un œil sur la chose. En retournant sur le site internet de la manifestation à mi-décembre, j’ai constaté que le parcours avait changé. Bien que réduit à 2 tours, il passait dès lors par la route cantonale entre Villeneuve et Aigle, et surtout, par le rond-point d’accès à la H144 (axe principal pour la France) côté Rennaz. Ayant l’habitude de gérer ce genre d’emplacement au cœur de la circulation, je me suis donc annoncé à l’organisateur de l’étape valdo-valaisanne en début d’année, pour sécuriser cet endroit précis, chose qui a été appréciée, et acceptée.


Affiche Tour Léman jrs.jpgEn visionnant l’emplacement sur les vues aériennes informatiques, je savais plus ou moins à quoi m’attendre et comment m’organiser, et comme je serais seul, il valait mieux assurer ses arrières en prenant assez de matériel, au cas z’où... La mise en place étant à 9h30 au plus tard, j’y suis allé un peu avant pour observer et avoir le temps de tout mettre en place. En arrivant, pas de chance, je suis au pied de la colline, et donc à l’ombre. Le rond-point est large, mais son disque central bas, donc la visibilité excellente. 1ère étape, poser une signalisation avancée sur les 2 branches que ne prendront pas les cyclistes, correspondant aux 2 plus grosses charges de trafic. La 1ère coté H144 ne devrait pas trop poser de problème, car une voie séparée permet à la quasi-totalité de la circulation, de partir sur Villeneuve sans passer par le rond-point. La 2e, venant de Villeneuve, est plus délicate, car il s’agit d’une double voie d’entrée à l’ouvrage, pour laquelle j’ai prévu de créer un rabattement, évitant ainsi qu’il y ait du passage en force, et que la circulation soit un peu ralentie (à voir, on peut toujours rêver…). Une signalisation adéquate a donc été préparée à proximité. La 3e branche correspond à l’arrivée de la course, avec un élément auquel je n’avais pas pensé… le rond-point est au même niveau que l’autoroute voisine, et le pont qui l’enjambe est donc… bombé… du coup, le visuel est très réduit, et il faudra être extrêmement rapide pour tout bloquer, surtout si la sécurité est, comme je l’ai vu sur les vidéos des autres étapes, très proche de la tête de course… J’ai donc préparé 2 cônes supplémentaires en face de la 2e branche pour bloquer les doubles pistes du rond-point lui-même. Pour ce qui est de la 4e branche, soit celle que prendra le peloton, aucune signalisation routière, mais 2 cônes sur l’ilot de sortie, tout comme sur celui d’entrée, afin que les bordures soient bien visibles des cyclistes, qui effectueront donc un virage à droite.

Attention cyclo triopan.jpgA 9h30, tout est en place, alors que les motards effectuent un tour de reconnaissance. Juste après, salutations de mon interlocuteur, soit le co-président de l’étape, qui s’assure que tous les postes sont en place, et sachent quoi faire. A 10h15, c’est l’heure du départ de la course, de l’arrivée appréciée du soleil sur ma zone, et le moment où j’ai mis en place le rabattement. Dès lors, place à la concentration, car je sens le piège… A l’heure prévue, soit 20 minutes plus tard, 2 motards arrivent en me faisant des signes. Je bloque le 1er véhicule n’étant pas encore engagé dans le rond-point, bloque les pistes intérieures, fait signe aux motards qui s’étaient arrêtés, qu’ils peuvent y aller sans problème, que déjà ! soit 8 (!!!) secondes derrière, arrivent la voiture de sécurité talonnée par le peloton. Le 2e passage, 25 minutes plus tard se fera dans le même schéma. J’ai donc averti l’organisateur que c’était un peu beaucoup limite, car si quelqu’un venait à hésiter, et à bloquer un carrefour, la marge serait nulle. Après le passage des attardés et du balai, retrait du matériel, avec la satisfaction d’avoir ce qu’il faut pour gérer des endroits spéciaux. J’aurai dû avoir la visite de la gendarmerie vaudoise, étant donné que l’on touche à une route cantonale, mais même à 500m de leur centre, je n’ai pas vu un seul uniforme dans le secteur.

www.tourdulemanjuniors.ch

***   ***   ***

Prochaines participations :

Tour de Romandie – 25 avril
Slalom de Bure – 13-14 mai
Slalom de Bière – 20-21 mai
Rallye du Chablais – 02-03 juin

Les commentaires sont fermés.