Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13.07.2017

Slalom de Genève 2017

Le Slalom de G’nèève est l’autre course avec Chamblon, d’un nombre d’éditions évidemment moins nombreuses, sur laquelle j’ai toujours été au même poste, et ce n’est pas la grosse frayeur de l’an passé qui va me donner l’envie d’en changer.

Entre deux, il a eu un week-end de libre… qui n’aurait jamais dû l’être. Plus qu’un week-end vide, c’est probablement un vide définitif dans le calendrier, d’une des plus belles courses, alors que les "vainqueurs" s’en sont ventés bien pitoyablement. Le ciel les a en partie puni, dommage qu’il ait fallu que quelqu’un se sacrifie. Une honte ! venant d’une organisation qui n’en a que faire de la survie de nos disciplines, et cela pas depuis hier. Une honte ! d’avoir joué l'intimidation et la provocation. Bravo à tous ceux qui ont boycotté, y.c. les suisses-alémaniques, qui ont préféré mettre leurs finances sur une piste plus intéressante à l’étranger. Stop it Reitnau !

Logo Genève 2017.jpgSamedi, pour cette 4e participation, je suis donc au portail au fond de la rampe du P49, et malgré plusieurs désistements de dernière semaine, nous sommes 2. Comme d’habitude, je gère également la remontée des voitures du parc d’arrivée à la halle, étant le 1er poste de la zone du bas à pouvoir s’en occuper afin de gagner du temps, et comme ici l’écart entre les concurrents est doublé, suite à un bout de piste se pratiquant dans les deux sens, c’est plutôt agréable de devoir s’en occuper, permettant ainsi de bouger et en voyant autre chose que mon poste assez fermé au niveau du visuel, car entouré d’arbres, containers, portail et clôtures, bien que… à l’ombre jusqu’en début d’après-midi, et avec la météo du jour, cela est fort appréciable. La mise en poste est classique, avec notamment la pose de cônes et affiches personnels côté route, pour éviter que des passants ou véhicules ne stationnent derrière les glissières provisoires. Cette année par contre, pas de vigile pour faire passer les employés de l’aéroport vers le P47 via un couloir créé pour eux, c’est donc nous et les collègues du poste de l’autre côté du portail qui avons effectué le contrôle, en plus du reste ; pas trop de soucis car peu de monde cette année. Le cône qui était à cheval sur le rail du portail à quant-à-lui été déplacé comme promis par la DC. La cabine en fibre a été remise, mais cette fois en dessus du candélabre tout neuf, donc plus possible de rester derrière car la marge de sécurité est trop courte. Par contre, nos voitures ont été mises de l’autre côté des containers, histoire d’éviter des surprises. Passant de 20 à 35°C, la journée a été lourde, sans compter qu’à 11h45, en pleine 3e manche essai, le huileur de piste de Chamblon a encore frappé, en nous en laissant sur la dernière partie de la place, jusqu’au parc d’arrivée. Une fois le nettoyage terminé, il a fallu m’assoire pour récupérer ; le cumul chaleur – travail – tête en bas – estomac vide, n’ayant pas été très apprécié par ma propre tour de contrôle. Mise à part 2 ou 3 gros, voire très gros freinages, malgré une chicane de la rampe légèrement resserrée, la journée s’est bien passée. A noter tout même la demande particulière d’un pilote au parc d’arrivée ; alors qu’il est sorti du véhicule en laissant tourner le moteur, la portière s’est refermée, et s’est… verrouillée… Par chance pour lui, aucun bri de glace, le dépanneur ayant ce qu’il faut à disposition. La nuit s’est passé à l’abri PC de Chambésy, bien au frais.

Dimanche, le ciel est couvert, et jusqu’à 15h30, je passerai une grande partie de mon temps à mettre et enlever la veste pluie, sous une température restant agréable. Une météo qui va passablement perturber les performances sur la piste, et même provoquer une interruption d’une 20aines de minutes pour permettre un changement de pneus. Mise à part cela, il n’y a eu quasi aucune intervention du week-end.

En espérant que cette course, dont la participation a été assez basse, ne disparaisse pas des calendriers l’an prochain. Par contre le média à accréditation journalière, qui a été malhonnête à en faire tirer les larmes à un commissaire expérimenté de plusieurs dizaines d’année, lui on aimerait bien ne plus le revoir…

Place à la Montagne !

www.slalom-de-geneve.ch

***   ***   ***

Prochaines participations :

Autocross de Bure – 15-16 juillet
Course de côte Ayent - Anzère – 22-23 juillet
Cyclosportive Valaisanne – 1er août

Écrire un commentaire