Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30.08.2017

Downhill Verbier 2017 & Rétro Inter. Ollon - Villars 2017

De retour depuis 2015 à Verbier et organisée tous les 2 ans, la Coupe Suisse de Downhill (descente VTT)  a à nouveau pu compter sur ma participation. Si j’avais pris part uniquement au dernier jour lors de la dernière édition, j’espérai effectuer les 3 jours cette année, mais c’était sans compter qu’à la sortie des dates, il y avait cumul avec une inscription déjà effectuée ailleurs. Je m’y suis donc déplacé que le vendredi pour le 1er jour, où plutôt la 1ère après-midi, synonyme d’essais libres.

Affiche Downhill 2017.jpgVendredi donc, seuls 15 postes sur 40 sont couverts, les problèmes de bénévolat d’extérieur touche tout le monde, et encore plus en semaine. Je suis placé sur les hauts de la station au double poste 11-12 pour la traversée de route au restaurant du Mayentset à 1900m, en plein soleil, d’un parcours allant des Ruinettes à Médran, que les concurrents sont en train de reconnaitre à pied. La mission est surtout de siffler chaque passage de coureurs, pour les avertir s’ils sont suivis, ainsi que les postes suivants, et bien sûr bloquer la route si besoin. A notre disposition, un drapeau jaune et un rouge, un sifflet, ainsi qu’une radio sur les postes principaux, ainsi qu’un peu de signalisation perso que j’avais pris au cas z’où. Avec une ouverture officielle de piste à 14h, le secteur en aval jusqu’au poste 19 a dû être fermé par mes soins vers 14h50, suite à une mauvaise chute demandant l’intervention d’une ambulance. Les coureurs ont donc été déviés, avec mon allemand et anglais d’écolier, par une autre piste jusqu’à… 16h10 ! Par la suite, un concurrent s’est littéralement étalé devant moi en loupant un virage, et chutant d’environ 2m de haut sur la route en terre. Me montrant tout de suite qu’il allait prendre son temps pour se relever, était déjà une bonne nouvelle, car conscient de ce qu’il venait de faire. Heureusement plus de peur que de mal, il a repris la piste après quelques minutes de pause. A noter que pour un parcours de 2km300 d’un dénivelé de 573m, le vainqueur cette année est descendu en 4min09. 

Tout comme en 2015, j’ai beaucoup apprécié, malgré que c’était encore plus court… et j’espère vraiment pouvoir faire une fois les 3 jours complets.

www.verbierbikepark.ch/ixs_swiss_cup
www.ixsdownhillcup.com

***

La rétro internationale Ollon – Villars, 7e du nom, est une montée historique de démonstration d’une course officielle auto et moto disputée entre 1953 et 1971. Mise sur pied en 1998 et effectuée tous les 3 à 4 ans, je n’avais jamais eu l’occasion d’y participer. Elle est cette année dédiée, avec un t-shirt, au pilote Suisse Herbert Müller, #210 en 1971 sur ce tracé, et décédé en course en 1981. Pour ma 10e participation à une rétro circuit/côte, c’est surtout la 1ère que je dispute sur 2 jours.

Affiche Villars 2017 b.jpgSamedi, le rendez-vous est en zone industrielle. Le briefing et la prise du matériel se fait de 7h à 7h30, avec un contrôle radio bien plus tard, et un départ à… 10h. Un décalage un peu large, probablement du fait que certaines personnes ont plusieurs casquettes et ont besoin ainsi de temps. Dans les commissaires, beaucoup de visages inconnus, sans savoir s’il s’agit d’habitués à cette rétro, ou de nouveaux. Et pour ces derniers, je suis un peu déçu de la façon dont le briefing a été effectué, car s’ils venaient à s’intégrer dans les courses officielles, les explications et la gestion de course ont été un peu légères, et ils risqueraient fort de procéder de la même manière, et ainsi se créer des problèmes de sécurité, de se faire mal voir, et de ne plus vouloir revenir. De plus que, les responsables sont des personnes officiant aussi dans les courses officielles, et que la logique voudrait que l’on mette en avant les différences, afin de ne pas s’autodétruire au sein du milieu. Pourquoi faire juste et logique en manche officielle, et pas en rétro ?...

Pour ma part, avec un collègue que je ne connais pas, je suis placé sur la fin du parcours, soit juste avant l’entrée de Chesières, où je dois installer une chicane afin de faire ralentir les pilotes après la longue ligne droite venant d’Huémoz, en l’installant afin que les motards ne puissent tricher. Sur la droite, une zone pour l’hélicoptère non fauchée et pas vraiment dégagée, où l’organisateur est passé pour faire retirer le public, et donc moi, demandé de remplacer le banderolage vert par du rouge, puisque le principe avait l’air d’avoir été établi ainsi. En face sur la gauche, une longue zone public avec cantine, et en face de la chicane, le panneau de bienvenue de la station, en parti caché par… une roulote WC, donc oui, un poil en trajectoire… Après un aller-retour d’une voiture sécurité, le drapeau rouge prend la piste, on se met donc en bordure avec le drapeau jaune en triangle. Et la surprise est de taille… le drapeau rouge passe à Mac 17, suivi de près les uns des autres, avec une série de voitures sportives modernes… suivi plus normalement des concurrents eux-mêmes. Et notre chicane ne va pas être très appréciée, car disposée en montée en 2x 8m, certains moteurs déjà bien chauds, vont avoir de la peine à la reprise. Une voiture va d’ailleurs s’arrêter, le niveau d’eau aillant subitement dépassé la hauteur du couvercle ; il a été poussé de côté sur le parking spectateur. Après le passage du drapeau vert, qui tout comme le rouge roule bien évidemment LCR…, suit le même cortège de bolides… encore une logique, qui au passage, n’est pas des plus rassurante quand vous êtes en train de gérer les déplacements de public. Après la pause casse-croûte fourni par l’organisation, on nous a demandé de passer les chicanes de 8 à 10m. L’après-midi, c’est un concurrent actif sur les courses officielles qui cale tout comme d’autres derrière la chicane, mais lui ne repartant pas, et n’étant pas très doué pour les marches arrières, j’ai dû faire appel au public pour la repousser sur la route, avant de la mettre sur le parking. Une décision exceptionnelle du fait que j’avais plusieurs 100aines de mètre de visu et que personnes ne pointait à l’horizon, si non une interruption de plusieurs minutes aurait été demandé pour faire venir un véhicule de dépannage.

Dimanche, je suis seul, mon collègue m’ayant informé la veille d’un imprévu. L’heure de rendez-vous est la même, alors que l’on a déjà le matériel ; heureusement qu’il fait beau… Sur place, je double les housses des bottes de paille de la chicane, qui ont été bien amochées la veille ; elles seront bien mieux traitées ce jour. Le matin, 2 voitures calent mais repartent de suite, mais l’après-midi, coup de chaud, car ce qui devait arriver… 3 formules passent en même temps, tout comme durant les 3 autres manches du week-end, mais cette fois pas dans le même ordre. La 1ère touche la botte de sortie, qui part en toupille et est percutée par le véhicule suivant. Fendue en 2, elle vient se coincer contre la route arrière. Le pilote s’arrête brutalement alors que je signale déjà l’incident au 3e véhicule ; oui, le drapeau a toujours été en main et c’est tant mieux. Je déplace les bottes pour faciliter le passage, puis retire la gênante, alors que le pilote tente toutes les 3 secondes de remettre une vitesse, avec à chaque fois un gros crissement qui fait mal aux dents… N’ayant plus de concurrent en vue à drapeauter, je me place alors devant lui, son visage est rouge pivoine et ses yeux plissés de rage, lui faisant alors signe de prendre son temps, et paf, du 1er coup après une 10ains d’essais, la vitesse passe, et le pilote s’en va. Sécurisé par le poste précédent, j’effectue un gros balayage des amas de paille en trajectoire, puis replace les bottes, et pose un changement d’adhérence, le temps qu’une 10aines de véhicules finissent le travail. Une fois la trajectoire 100% dégagée, j’ai fini le balayage des abords entre les véhicules. En fin de journée, nous avons aidé au démontage du parcours, en démontant les bottes de paille.

Ce fût une très belle manifestation avec un superbe plateau que l’on ne voit pas sur les autres rétros, alors on essayera d’oublier le reste, en espérant une amélioration pour 2020.

www.ollon-villars.com

A Martin Wittwer #530

***

Prochaines participations :

CCôte Châtel-St-Denis - Les Paccots – 16-17 septembre
Slalom de Drognens – 30-1er octobre
Fête de la Châtaigne Fully – 14-15 octobre (circulation)
Rallye Inter. du Valais – 27-28 octobre

Écrire un commentaire