Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09.06.2018

Rallye du Chablais 2018 - ERT

La 15e édition du Rallye du Chablais était synonyme pour moi d’un certain tremblement de terre ; après 1 année comme adjoint, et 8 comme Chef ES sur Evionnaz, avec ses 4 ou 5 versions différentes, j’avais émis l’envie d’un changement, avant de me faire dépasser par un ras-le-bol me collant aux basques, en me mettant dans un 1er temps comme adjoint aux côtés d’un nouveau Chef d’ES repreneur. L’organisateur m’a alors annoncé qu’un projet était en cours...

Plaque RdCH 2018.jpgEt modifications, il y aura bien, et plutôt sérieusement : l’ES d’Evionnaz sera supprimée. En remplacement, on m’a proposé de remettre sur l’ouvrage l’ES des Avants sur les hauts de Montreux, qui n’a plus été effectuée depuis 5 éditions. Suite à une autre manifestation sur la route entre le carrefour de Glion/Sonzier et les Avants, le départ, prévu initialement à l’entrée du village vers la chapelle, sera donné finalement plus bas, soit au carrefour de Nermont, avec comme de coutume une arrivée à Caux en passant par la route du Col de Jaman. Une ES où s’enchaînent parties rapides, enfilades diverses, et gauches-droites à répétition, où les talus de droite ne sont pas très accueillants, sur laquelle j’avais déjà fonctionné en 2006 au carrefour même du Col, où l’équipage Corby-Fellay m’avait fait une petite frayeur suite à une erreur de notes, puis en 2008, soit il y a tout juste 10 ans, pour ma 1ère en tant qu’adjoint. Si le départ était à cette époque dans la forêt à la sortie des Avants, le village sera tout comme en 2010 et 2012, traversé avec le saut en dessus de la place de la gare. A mes côtés, le même 1er adjoint que l’an passé, ainsi que 2 autres. Côté positif, je retrouve une ES plus classique, qui de plus se fera également le vendredi, ce qui me permettra toujours de fonctionner le samedi, avec là, en plus, une mission spéciale… De l’autre, une région éloignée, très touristique, où il faut faire attention à beaucoup de choses.

Logo RdCH 15e.jpgDébut avril, premier passage sur l’ES, où plutôt son 1er tiers, car le reste est encore en fermeture hivernale, et ne sera accessible qu’à partir du… 13 mai, soit seulement 3 semaines avant le rallye, et 1 semaine après le délai de retour de la liste matériel ; pas des plus pratique, car pour une ES que je considère tout de même comme nouvelle, et malgré un refresh sur Google Maps, certaines choses sont impossible à repérer, et les week-ends étant déjà bien occupés, il faudra le faire en fin de journée. En fin de mois, entretient sur place avec un responsable de la Société des Intérêts des Avants, qui s’occupera des infrastructures VIP sur la place de la gare, de la mise à disposition des vaubans et de personnel, y.c. pour la sécurisation du passage à niveau, qui fait office aussi bien d’accès public que d’échappatoire.
Début mai, tout s’enchaîne. Réception de la liste des commissaires avec quelques imprévus ; si l’effectif total  de 30 personnes (sécurité, tables et responsables) me permettra de couvrir presque tous les postes à 2, le tiers d’entre eux feront office d’une rocade depuis le shakedown, et devraient donc arriver après le briefing initial. De plus, aucun commissaire pour le STOP, qu’il va donc falloir gérer avec un adjoint, ce qui me change toute ma prévision les concernant. La route quant-à-elle a été rouverte avec 4 jours d’avance, ce qui nous a permis de faire une reconnaissance durant un week-end prolongé. Niveau matériel, par sécurité, j’ai fait un quasi copier-coller de l’ES d’Evionnaz, tout en sachant que je ne devrai en principe pas tout utiliser. En dernière séance, organisée pour la 1ère fois avant les reco, quelques particularités, comme la présence de voitures électriques sous forme d’une balade de régularité, mais en version réduite suite à leur autonomie, et la présence de 2 ouvreurs de renom.

A la veille des reco, soit 10 jours après Bière et son mauvais temps, c’est ma vertèbre qui refait coucou, pas de bon augure pour le montage de l’ES… Les préparatifs des cordes se sont faits avec non moins de 35 piquets ; sprayage de cailloux dans les zones d’ombre, pose de cordes, de banderolage de sécurité visuel (inscrit au dossier sécurité, mais en en ayant rajouté 1 dans la montée sur un virage refermant), de flèches directionnelles, et des mini panneaux de poste, le tout en… 4h et demi (!), sans les trajets hors ES, dont le dernier tiers, soit la descente sur Caux semble interminable. Autant dire qu’une telle réalisation demande de prendre congé, car difficile en une seule soirée. Sans oublier que pour l’ensemble du rallye, j’ai effectué 8 déplacements, pour quelques 1’100 km. Pour les reco elles-mêmes, l’ES n’est autorisée que le matin, car la région est très touristique, et la route étroite.

Jeudi c’est jour de montage, nous avons rendez-vous à 8h au matériel. Le bus ne l’étant pas tout à fait, nous avons dû adapter le chargement, mais si tout passe à la raclette, je n’ai pas pris la totalité des piquets pour ne pas le surcharger. Le gros du travail est aux Avants, car il faut poser les vaubans et délimiter les zones autorisées. Pour le reste, ce sont des fermetures d’accès et de chemins de randonnées, du marquage visuel au carrefour du Col et à l’AES, ainsi que du bandrolage au STOP pour que ces derniers puissent travailler sans gêne, et que le public ne remonte pas l’ES. Par contre aux Avants nous avons eu une mauvaise surprise : aucun signal n’a été prévu pour interdire le parcage en bord de route, et ce jeudi, c’est plein… Par chance, ayant dans la voiture quelques affiches d’interdiction de parquer confectionnées il y a quelques années pour un autre rallye, j’ai pu les posés sur un surplus de vaubans ; sans cela, je ne sais pas ce que nous aurions fait… Fin du montage à 15h au moment où il commence à pleuvoir. Après une pause pique-nique, j’ai libéré mon équipe et refait le parcours à contre sens pour quelques petites retouches, comme du fauchage devant les cordes et panneaux. Ce fût aussi, comme de coutume, le jour où le plus de téléphones de bordiers me sont parvenus.

Affiche RdCH 2018.jpgVendredi 8h, tour de l’ES pour un contrôle ainsi que la pose des panneaux de poste. A 9h50, briefing avec les commissaires, puis un second à 10h45 avec ceux qui ont rocadé du shakedown ; tout le monde a répondu présent. Puis, direction le DES pour son montage, avec mon 1er adjoint et une commissaire novice ayant l’envie de pratiquer sur les carnets, avec à nouveau plusieurs téléphones, et à l’arrivée de la 1ère voiture officielle, tout est en place ; grosse satisfaction, jusque-là tout est parfait ! Et cela va continuer, puisque le 1er passage s’est déroulé sans aucun souci. La pause arrivant bien trop tôt suite à une participation restreinte, j’ai effectué le tour de l’ES pour avoir un aperçu de la situation. Tout est resté en place, bonheur ! ça change d’Evionnaz, mise à part les cordes du carrefour du Col, que nous avons remplacées, tout en retirant la maigre caillasse de la route. Du côté des Avants, comme prévu dirai-je, le public n’a pas bien respecter les consignes, et a stagné sur le passage à niveau. J’ai donc donné consigne aux commissaires de serrer la vis, et que s’il le fallait, on stopperait les départs. Au STOP, des traces de freinage ; quelqu’un aurait-il manqué le double jaune avancé, le double rouge d’AES, le double chevron 3, ainsi que le double chevron 2 ? C’est quoi la prochaine étape ? La pose de ralentisseurs au sol ?! Le second passage s’annonçait également tranquille, mise à part un équipage annoncé en abandon. Par contre, heureusement sans incident, certaines voitures de course montent sur le CH en croyant que la route leur appartient après avoir passé un carrefour filtré par des militaires, alors qu’habite par-là, entre autre, une ex-pilote internationale attendant un heureux événement : l’autorisation d’une course commence par le respect des bordiers ! Il a même fallu envoyer un motard belge suite à un téléphone d’une riveraine. La fin arrivant à grand pas, la DC nous a alors signalé que l’équipage était en fait dans un talus, et bien qu’indemne, n’arrivant pas à remonter d’eux-mêmes sur la route, il fallait leur apporter assistance une fois la course terminée. Quelques instants plus tard, un autre concurrent est annoncé sur le toit non loin de là, mais le passage reste possible. Une fois l’ES finie, la route a été libérée par tronçons pour permettre l’intervention, puis j’ai rejoint la gare des Avants pour la réception du matériel, et récolter les impressions des commissaires, vis-à-vis des zones publics et des liaisons radios, pendant que mes adjoints ont récupéré le matériel et effectué le balayage de la route. A leur retour, nous avons tout chargé, averti le responsable que la zone du "toit" souillée d’huile n’avait pas pu être entièrement nettoyée (important car en zone de source), et j’ai libéré mes collègues, avant de refaire seul l’ES, trouvant alors à 23h, le lieu de la sortie de route grâce aux brèves marques dans les talus, découvrant ainsi, à l’aide d’une lampe de poche puissante, un bout de voiture caché dans les arbres à environ 80m (!) en contre bas… Fin d’une journée réussie par un dodo sans souper.

Comme notre ES était la plus éloignée et la dernière de la journée, nous avons convenu de retourner le matériel samedi matin à 8h, puis mon adjoint est allé rendre le bus. De là, j’ai rejoint la Super ES de Collonges pour donner un petit coup de mains pour les finitions, où au vu du vent nous n’avons pas installé les tentes du CH et du DES car rien pour les haubaner, et aider le Chef à la répartition des commissaires sur les postes. J’y ai également effectué ma mission spéciale. Adjoint aux côtés du Chef d’ES depuis son retour dans le milieu en 2011, on m’avait déplacé sur Bex en 2016, puis réintégré l’an dernier pour le remplacer suite à son absence. De là, une proposition a été faite afin de redonner un peu de sérénité à ces départs, qui étaient depuis quelques temps, mais surtout l’an passé, un peu, voire beaucoup hésitants, car les gestes n’étaient pas francs. Le poste est par principe tenu par un adjoint DC, mais au vu de la très bonne ambiance et du bon travail sur cette Super ES, le Directeur de Course m’a accordé sa confiance pour être le Starter officiel, une fonction bien spécifique sur une ES en boucle, puisqu’il faut donner les départs à la main en effectuant le compte à rebours, tout en surveillant le passage des concurrents déjà engagés, en tenant au maximum la cadence horaire, et devant impérativement, tout comme pour la 1ère ES d’un rallye, faire partir la 1ère historique et la 1ère moderne à l’heure. Une attribution à responsabilités que j’ai grandement appréciée, et qui, pour une 1ère, m’a laissé une excellente impression, confirmée par plusieurs retours d’équipages le samedi soir.

Ma prochaine édition pourrait donc bien être une copie conforme, mais avec probablement quelques petites adaptations. Un grand merci aux personnes qui m’ont apporté leur confiance pour ces 2 nouveaux défis, et à ceux qui ont collaboré avec moi à ces 2 réussites, d’un week-end mémorable !

www.rdch.ch
www.inforallye.ch
www.fia.com/events/european-rally-trophy/season-2018/euro...

***

Prochaines participations :

Slalom de Romont – 16-17 juin
Slalom de Chamblon – 23-24 juin
Course de Côte de Massongex – 07-08 juillet

Écrire un commentaire