Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05.04.2022

Cours Commissaires Piste et Spécialisation Rallye 2022

Après 1 année d’absence pour le cours de commissaire de piste, et 2 années pour celui de spécialisation rallye, les formations ont enfin pu être réorganisées, oui… mais pas sans mal…

Les contraintes ont été nombreuses. Tout d’abord, les mesures sanitaires obligeant un pass 2G et le port du masque, toutes deux supprimées quelques jours seulement avant le 1er cours, ont probablement eu une forte conséquence sur la participation, et ont notamment contraint à l’annulation de la formation des responsables d’ES, Chefs et adjoints, perturbant ainsi la préparation du cours en extérieur combiné avec le cours de navigateur. L’absence d’instructeurs, pour raisons professionnelles ou médicales, a également donné plus de travail au Directeur du cours, notamment la gestion et mise en place complète du cours combiné commissaire-navigateur en extérieur l’après-midi, obligeant ainsi la spécialisation rallye à être retardée fin mars. Ajoutez à cela, la non disponibilité du site de Gollion, toujours occupé par l’Etat Major Cantonal de Conduite vis-à-vis de la crise sanitaire, qu’il a donc fallu relocaliser et bien évidemment, réorganiser les ES de simulation sur la nouvelle région, heureusement déjà effectuées il y a quelques années. Sans oublier, la difficulté de pouvoir convoquer les commissaires de façon optimale, car il n’y a plus de fichier centralisé, et l’ASS préfère mettre les infos sur son site que de transmettre des données. Les commissaires qui doivent renouveler leur cours, doivent aussi bien être conscients que l’on ne va pas chez le boucher acheter du pain, ni sur le site des Rangiers pour s’inscrire au Crité. Il est prévu de faire quelque chose pour améliorer la situation, mais cela prend du temps. Face aux restrictions sanitaires, beaucoup de questions se sont posées. Nous savions d’office que les mesures auraient une conséquence, et les gens seraient peut-être hésitants à se réunir en groupe tout de suite, pour quelque chose bien qu’important, mais pas obligatoire. Mais nous avons tout de même été convaincu qu’il fallait le faire pour ceux qui le voulaient. Bien que la participation en 2019 et 2020 a été forte et avec beaucoup d’habitués, nous avons aussi été conscients, à contrario, que si l’affluence serait tout de même élevée, il aurait peut-être fallu dire non pour cette année à certains expérimentés, en favorisant les nouveaux et les fins de délai pour la licence, car il était possible de plus, que le Canton exige des maxima, sans savoir lesquels, et donc influençant à nouveau la faisabilité du cours. Et comme si cela ne suffisait pas… désistement du service du feu et du traiteur à quelques jours du cours… et j’en passe… On n’organise déjà pas un cours standard en claquant des doigts, alors imaginez avec tout cela…

Niveau participation, ils étaient 22 au cours piste (ASS), que nous avons séparés en 2 classes, avec pour moi, la reprise de la partie « Théorie générale et signalisation » en tant que chef de classe, et surtout la « fin » de la mise à jour de cette présentation que j’effectuais de temps à autre depuis 2 ans, et dont, soulagement, le timing a été respecté, mais reste limite. L’après-midi, j’ai participé au cours feu, que nous avons effectué avec les moyens du bord, soit au mieux.

Durant le débriefing des instructeurs, les membres présents du comité piste et sécurité de l’ASS, ont proposé que quelqu’un participe au cours piste Suisse-Alémanique, afin d’y voir son déroulement, qu’eux-mêmes avaient déjà découverts quelques années auparavant. Se déroulant à 15 min de Bienne, soit, absolument pas centralisé pour ses participants, et donc pas très loin pour moi, j’ai accepté l’invitation. Particularité, il n’y aura que les nouveaux et les obtentions de licence, les renouvelants étant cette année, exceptionnellement en prévision des mesures sanitaires, sur une seconde date, donnant durant le cours de spécialisation rallye. Alors que les participants sont tous présents en tenue comme pour un jour de course, en constat général, leur cours semble être resté identique avec les années, avec une théorie très basée organisation même, aussi bien ASS qu’organisateur, mise à part l’ajout il y a peu, d’une partie psychologie qu’ils ne semblaient pourtant pas forcément vouloir intégrer, préférant la partie sanitaire. Chez eux, un peu plus de pratique, avec une mini simulation piste, le sanitaire, le retrait du casque et l’extraction de véhicules, éléments que nous ne devons effectuer qu’en cas de danger immédiat comme un arrêt respiratoire ou un feu de véhicule. La vision aussi dans plusieurs modules, de vidéos où l'on ne sait plus vraiment si l’on est dans un cours radio, drapeau, ou autre. A noter un point très important, il n’y a pas un incident, sans qu’un commissaire Suisse-Alémanique ne se déplace sans l’extincteur ! ABE… Pour notre part en Romandie, nous avons préféré présenter une théorie propre à ce qui touche aux commissaires, et nous pencher et développer un peu plus sur la réalité du terrain, soit ce que l’on doit faire spécifiquement sur chaque épreuve, afin que les nouveaux prennent de bonnes habitudes, et que les habitués ne les oublient pas. Pour moi, les deux cours sont bons, mais le cours Suisse-Alémanique dispose de quelques facilités, que nous n’avons pas de notre côté. Il est de plus visité et soutenu par certains organisateurs, un détail non négligeable pour la reconnaissance.

La spécialisation rallye (AOR) a réuni 16 personnes, dont un peu moins d’une moitié de motards juges de faits, qui suivent les cours commissaires afin d’obtenir la licence INTernationale, apparemment nécessaire à leur fonction sur les rallyes FIA comme le Chablais et le Valais. Sauf que leurs missions et leurs devoirs ne sont pas tout à fait les mêmes que les nôtres, et plusieurs demandent depuis quelques années une formation spécifique qui tarde à se mettre en place, peut-être retardée par la situation sanitaire. Si les DC rallye ont besoin d’eux, à eux de faire ce qu’il faut. Comme indiqué aux demandeurs, je reste à disposition, pour autant que la matière soit fournie.

La formation en classe du matin a également bénéficié de quelques mises à jour de ma part, et a été très bénéfique, car même les motards y ont été très sensibles, cela était un excellent complément pour eux. L’après-midi, sous un soleil radieux et peu de vent, et à contrario, idéalement par groupe de seulement 2 personnes, chacun et chacune, comme de coutume, se sont rendus compte qu’au final, les tâches aux tables, bien que demandant d’être complètement à son affaire, n’étaient pas si terrible que le volume d’informations reçues le matin.

A noter que les éléments ressortis de ces cours sont liés au fait que certains devaient probablement avoir suivi leur dernier cours il y a 5 ou 6 ans, et n’avaient ainsi pas connaissance de modifications, où ne les avait pas assimilés correctement, d’où l’importance d’un renouvellement régulier. Plus embêtant, la suppression du double drapeau jaune en slalom et course de côte, intervenue à la FIA en 2020 et suivie à l’ASS le 1er avril 2021, qui n’était pas un poisson, et qui n’a pas été respectée la saison passée sur l’unique slalom disputé, et oublié durant le cours Suisse-Alémanique, mais avec un correctif durant le debriefing.

Un grand MERCI à Yves, notre Directeur de cours, qui n'a pas repris les choses dans la période la plus facile, et aux participants. Nous sommes très satisfaits d’avoir pu donner, en votre compagnie, le premier coup de drapeau vert d’une nouvelle « nouvelle » saison, et nous nous réjouissons, licencié ou pas, de vous y retrouver !

***   ***   ***

Prochaines participations :

Grand Prix Excelsior – à suivre…
Critérium Jurassien – 08-09.04
Roulage FMV’s – 23.04
Slalom de Bière – 30-01.05

Écrire un commentaire