Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05.09.2013

Course de Côte Massongex - Vérossaz 2013

Avant la Course de Côte de Massongex - Vérossaz, j’aurai dû participer à une manche du Championnat Suisse de Pocket Bike à Savigny près de Belmont. Ayant répondu à une demande de commissaires en avril, je n’ai reçu aucun retour…
 
Aff Massongex 13.jpgDécidemment, Massongex a une drôle de vie… une course magnifique dont le tracé est amélioré par des travaux dans les endroits étroits, restant quoi qu’il arrive technique et spectaculaire, au contraire de certaines courses très rapide. Et pourtant… peu de pilotes, peu de commissaires, et peu de public… décevant. En plus de ca, ils doivent se battre avec le calendrier...
 
Samedi, de nombreux postes ne seront occupés que par 1 seul commissaire ; c’est surtout le chiffre de 12 qui est scandaleux… comme le nombre de commissaires qui se sont inscrits mais ne sont pas venus… certains s’annonçant même comme étant au Rallye du Mt-Blanc, qui a lieu 1 semaine plus tard… Me concernant, je rempile au 19, le 1er dans la forêt après la zone public du "Moulin", lieu où sont stockés camion, plateau et construction. 1er constat, les bottes de paille sont réduites d’année en année, même plus de réserve s’il en faut sur le haut du parcours. 2e, au vu du nombre de voitures inscrites, je ne risque pas d’être à la bourre pour le match amical que je dois chronométrer en soirée… Et la journée va être plutôt calme, mise à part les freinages manqués de Gilles Lattion (911 GT3 – L2) et Christian Guex (Impreza GT Turbo – E1).

Dimanche matin, Ronnie Bratschi (Evo 8 – E1) arrivant au ralenti, je lui montre l’espace réservé aux visiteurs qu’il s’empresse de prendre ; gente avant pliée en 3 endroits, et pneu plat. Il redescendra tout seul car impossible de le mettre sur le plateau, trop incliné. Et puis cette action ciblée contre 2 concurrents ; les drifteurs de E30. Je trouve quand même étonnant que d’une course à l’autre les tolérances soient différentes, où es-ce juste à cause l'accident de l'an passé ? On se plaindra qu’en Suisse Romande il y a de moins de moins de concurrents, de public, et donc de recette. Reste à savoir où est la limite… un frein à mains est-il sanctionnable ? Es-ce équitable de ne se fixer que sur eux ? Parce qu’on pourrait aussi, en pinaillant... exclure Albin, Alex, Christian, Christoph, Denis, Dominico, Eric, re-Eric, Gilles, Joël, Louis, Nikolaj, Pierre, Ronnie, Valentin, et j’en passe…, tous "coupable" d’avoir un véhicule trop puissant au passage des rares épingles serrées et pentues du Championnat. Du coup, Roger Rey aurait une chance de podium. Exagéré ! surtout lorsqu’il n’y avait aucun abus et mise en danger. On ferait mieux de s'occuper des commissaires qui ne respectent pas leurs engagements, cela nui bien plus au sport auto…

En 2e manche essai, c’est l’info que l’on n’aime pas du tout… Christoph Zwahlen (Kadett C – E1) est sorti sur le bas du parcours, les secours sont demandés d’urgence au complet… L’arrêt va durer de 10h15 à 12h. 3e manche essai annulée, et fin de la 2e reportée à 13h. Pour nous, qui avions les infos du speaker, ça allait, mais les autres ont dû se poser bien des questions… dommage qu’elles n’aient pas été relayées sur le canal commissaires. "Pronostic vital non engagé, multiples fractures aux jambes." En espérant que les opérations se soient bien passées, et que des infos rassurantes soient données très vite (www.zwahlen-racing.ch). Le double Champion Suisse de Slalom manquera probablement à l’appel ces prochaines saisons. De grosses pensées pour lui, ayant vécu l'épisode 2007...
 
A Ernst – 24 août 2008

www.massongex-verossaz.ch

***   ***   ***

Prochaines participations :

Slalom de Drognens – 28 et 29 septembre 2013
Rallye d’Alsace WRC – 3 au 6 octobre 2013
Rallye International du Valais – 7 au 9 novembre 2013 (fin de saison)

23.08.2013

Course de Côte St-Ursanne - Les Rangiers 2013

La 70e édition des Rangiers s’annonçait belle. Retrouvant ma collègue après son année sabbatique, nous ne savions néanmoins pas où nous serions placés… Comme de coutume, je suis arrivé le vendredi en milieu d’après-midi, le temps de faire un tour aux parcs et de voir quelques amis pilotes et "fahrer".

Affiche Rangiers 2013.jpgSamedi, le rendez-vous est à 4h45. Il verra le futur ex-Président du CO nous remercier, et avoir obtenu que le défraiement soit doublé, souhaitant qu’il soit encore plus grand, car notre travail est pour lui plus important que celui des "chemises blanches". Notre poste sera changé. Nous avons accepté exceptionnellement de laisser le 28 (le dernier avant la sortie de la forêt de La Combe) à son ancien détenteur de retour. Les habituels du 29 (la sortie de la forêt), eux aussi de retour après 3 ans d’absence, le chef de secteur nous a mis au 26 comme proposé, un endroit très rapide, en trajectoire mais en hauteur, très impressionnant et surtout… riche en émotion, puisqu’il s’agit justement de l’emplacement qui m’avait valu ma plus grosse intervention en 2007…
La matinée va passer comme une lettre à la poste (pour autant que le dicton tienne toujours), et finir à 11h30, ce qui nous laissera, après redescente des voitures, une pause de 12h à 13h, sur une zone où le soleil se fait de plus en plus présent. La grosse intervention du jour sera celle pour Philippe Siffert, qui est sorti au sommet du Petit Susten, comme le drifter Marc Fleury en 2007, mais là c’est la pédale de gaz qui est resté bloquée, envoyant la Porsche 906 de 1966 conduite par son père, dans le talus. Grosse frayeur puisqu’à l’envers, il ne pouvait pas s’en extraire. Chaud… comme la météo d’ailleurs. Chez nous, c’est calme, mis à part des passages très, très impressionnants à Mac 20…

Dimanche, retour en poste pour 6h. Il fait froid, d’une part parce qu’il fait… froid… 12°C, et parce qu’après avoir été 3 ans de suite en plein soleil au 29, on l’avait oublié… Mieux tout de même qu’au poste 28, puisque là-bas, pas de soleil avant 16h, et l’effet de la rivière est bien plus humide…
La 1ère manche course va nous rappeler que notre poste est dangereux… avec la sortie, au même endroit qu’en 2010… de Marcel Steiner (Osella FA30 - E2-SS), passant à deux doigts des commissaires, et ne se blessant heureusement pas avec la glissière… comme quoi, elles ne sont bien belles, mais ça ne résout pas tout… De quoi rester bien attentif, puisque notre poste est plus ou moins dans la même configuration…
La pause de midi sera légèrement plus courte que la veille. En dernière manche, alors que l’horaire est presque respecté, Steve Rinsoz (E30 - E1) va percuter le pilier du viaduc au bas de la piste, mais il continue. En passant devant nous, il fume, et ce n’est pas du drift. Le temps de contrôler la piste, celle-ci contient une trace d’huile… La cata, qui va se faire voir sur quasi toute la piste. Les commissaires ne l’ont pas annoncé, et le pilote, malgré une casse et de la fumée, n’a pas trouvé utile de s’arrêter ; acte stupide et dangereux, aussi bien pour le respect de sa mécanique, que pour la sécurité des poursuivants… Pour notre poste, une trace de 150m par 20cm, soit 38 longueurs de glissière ! pour une interruption de 50min, qui aurait pu être raccourcie avec de bons balais… C’est là que nous aurions encore plus apprécié le 4e ravitaillement du week-end qui a été annulé :-)

Dommage que ce genre d’événement viennent casser la bonne impression du week-end, qui a été excellent. De là… une question : 2014, au poste 28 ou au 26 ?

www.rangiers.ch

***   ***   ***

Prochaines participations :

Course de Côte Massongex - Vérossaz – 31 août et 1er septembre 2013
Slalom de Drognens – 28 et 29 septembre 2013 (incertain…)
Rallye d’Alsace WRC – 3 au 6 octobre 2013

05.08.2013

Mémorial Grône - Loye 2013

C’est toujours avec grand plaisir que je me déplace chaque 2 ans et depuis 2007, au Mémorial Grône - Loye. Hé pourtant… le cumul du week-end précédent avec le service effectué avec les pompiers pour le 1er août, ne me bottait pas trop en ce dimanche matin, 5h15…
 
Grone-Loye.jpgAprès l’accueil, je me déplace en poste, avec un jeune de 16 ans de la région, 1h avant la fermeture de route, un peu trop tôt, mais pile poil avant qu’un orage ne s’abatte sur la région. Et ce n’est pas plus mal, puisqu’on a encore l’occasion de rester dans la voiture, et comme on dit : "ça c’est fait", ainsi la pluie s’arrêtera pendant le contrôle de piste, et la 1ère des 4 montées de la journée se fera dans de bonnes conditions. Mon apprenti du jour va très bien commencer, puisqu’il va d’entrée de jeu, me demander comment utiliser l’extincteur. Occasion pour moi de lui donner quelques généralités. Ce groupe de jeunes ont eu une formation par le comité de la manifestation, et placé autant que possible avec une personne expérimentée, mais il est clair que sur le terrain, on oublie vite les bonnes paroles, surtout avec les 1ers stresses de la fonction. Chaque montée va durer entre 50min et 1h, puis tout ce petit monde redescend pour reprendre une nouvelle fois la piste. C’est là que nous avons décidé, comme pour le poste précédent, de nous dédoubler, car il y a entre les deux postes, 3 virages masqués non couverts ; une répartition difficile quand le tracé est une succession de virages et lignes droites cassés par des chicanes, surtout lorsque les effectifs commissaires sont limites, sans parler des gens qui sont absents sans s’être excusés... Autre inconvénient, une transmission radio sous-évaluée, qui a posé quelques soucis de compréhension. A midi, large pause d’1h30, mais avec la demande de la DC de rester en poste. La 3e montée sera elle un peu plus longue, suite à 2 gros arrêts de course sans gravité, et cela sous un soleil de plomb. Pour nous, seuls un side-car ayant calé, et une voiture perdant son pare-choc, nous ont fait agiter le drapeau.

Accueil, cornet pique-nique, ravitaillement, défraiement supérieur à la moyenne, t-shirt, assiette du soir, et tout ça pour une "simple" organisation locale d’1 jour. Bonne humeur généralisée sur la piste, débriefing et prise de notes vers les commissaires expérimentés de la part du Président d’organisation, il n’y qu’une remarque à faire : ABE ! Ajouter à cela une ambiance pleine de vie des concurrents, qui, en montée comme en descente, nous font grâce d’appels de phares, coups de klaxon, salut de la main ou d’un voire deux bras tout entier à chaque passage, agrémenté d’un "merci" lors de la descente finale. Aucun doute, beaucoup d’entre nous y seront en 2015 !

www.memorialgroneloye.ch

***   ***   ***

Prochaines participations :

Course de Côte St-Ursanne - Les Rangiers – 17 et 18 août 2013
Pocket Bike Savigny – 25 août 2013
Course de Côte Massongex - Vérossaz – 31 août et 1er septembre 2013

02.08.2013

Course de Côte Ayent - Anzère 2013

La Course de Côte entre Ayent et Anzère s’annonçait caniculaire. Un risque orageux était également signalé pour dimanche soir. Il était donc important d’y aller avec le nécessaire complet.

Affiche Anzère 2013.jpgSamedi, on m’a posté au même emplacement que les années précédentes, soit à l’ex-intermédiaire des Flans, en compagnie de trois autres collègues, dont 2 membres des parc’s, au chômage pour l’occasion, puisque l’organisateur a décidé, comme pour le dépannage, de gérer lui-même la chose. Pour l’une c’est sa 1ère Côte, pour l’autre, sa 1ère au bord de la piste. Un poste en retrait donc en sécurité, mais qui offre parfois des passages assez… sport, à l’entrée, comme à la sortie. Ex-intermédiaire ? Oui, car malheureusement, le S+R y a été supprimé l’an passé, et que l’ambulance n’y est plus prioritaire, étant donné qu’elle n’est plus en droit de sortir sans escorte de la DC, qui elle vient du départ. Avoir 3 ambulances sur le parcours, alors qu’1 seule est demandée, est un grand plus, mais si elles ne peuvent pas opérer comme véhicule prioritaire en cas d’incident, je n’en vois pas l’avantage… Pour les camions, 3 également, et on l’a vu durant ce week-end, cela peut être très utile, mais comme ils sont les 3 au départ, là aussi, la gestion n’est pas optimale, et occasionne des pertes de temps. Au niveau matériel, c’est sauf erreur la seule course qui nous met 2 extincteurs par poste, comme conseillé au règlement, ainsi qu’un drapeau bleu… Pour notre poste, sans visu et sans place pour le dépassement, je n’en vois pas l’utilité ; le suivi du règlement a donc ses limites… Enfin bref, plein de choses bien, mais… Dernière constatation, les ordres des véhicules de dépannage et d’intervention passent par le canal radio de la DC et non des commissaires, du coup, nous ne savons pas vraiment ce qui va nous arriver dessus, lorsque l’on profite de prendre soin de la piste, où de faire passer du public ou des bordiers à pied entre les séries… Une situation déjà vécue à Massongex, mais il y a moins de trafic à cette dernière. Il faut donc s’y faire… Mais lorsque vous avez un incident sur le haut, et que les ambulanciers retirent d’eux-mêmes la barrière, vous ne savez pas trop ce qui vont faire, et la conscience n’est pas très tranquille…

Niveaux événements, chez nous c’est plutôt calme. Après le ramassage d’une pièce perdue par une Kadett, il y a eu les… petites frayeurs de Ronnie Bratschi (E1 – Evo VIII EGMO) et Michaël Esteves (Reg E1 - Jetta), en dérapage involontaire dans le grand droite des chalets. Tout comme Nicola Roberto (Reg E1 – 205) prenant ce même virage complètement à l’extérieur, venant lécher les bottes de paille… c’était moins une… Par la suite, c’est Werner Willener (E1 - VW) qui arrive en lâchant un panache de fumée… contrôle urgent de la piste pour constater qu’il y a de l’huile. Je signale donc la chose au poste précédent d’un coup de sifflet en lui montrant le changement d’adhérence, présenté aux pilotes suivants, tandis que le coupable est déjà arrêté à l’épingle du dessus. La fuite n’est pas grande, mais elle demande tout de même un traitement sur cet endroit, où les trajectoires en appuis sont assez différentes les unes des autres. Notre cas sera réglé plus vite que prévu, et avant celui de l’épingle. Puis arrive la pause de midi, d’une durée de… 13 minutes !!!… la DC voulant quoi qu’il arrive, commencer à l’heure… Déjà qu’il a été refusé de nous ravitailler en eau fraiche alors que la canicule est annoncée depuis belle lurette, c’est plutôt mal vue envers les officiels de piste dont le nombre est toujours instable. Nous devons évidemment prévoir notre nécessaire, mais la considération du personnel passe aussi par quelques exceptions lors des situations spéciales, chose qu’a très bien comprise notre responsable commissaire, mais ce n’est pas à lui de se sacrifier pour les autres. D’un pilote : « Avec le chaud qu’il a fait, vous êtes traité comme du bétail ». Non mon cher, en Valais, le bétail c’est sacré… … …
A 15h, la chaleur est étouffante, elle ne donne même pas envie de se déplacer au bord de la piste pour sécuriser la descente des voitures…
Pendant le souper, une discussion a eu lieu entre commissaires, et malgré l’envie, je n’en dirai mot…

Dimanche, retour en poste, où l’on ne remontera pas le pavillon, car le vent est déjà bien présent, et ce n’est que le début. C’est donc les parasols qui feront l’affaire. Alors que l’air est un peu plus frais, c’est la 4e voiture du jour qui va s’écraser contre la glissière 2 postes plus bas, roue arrière arrachée pour Christian Wittwer (E1 – AX), et pour nous, aide au balayage. 2 voitures plus tard, panne sur le haut du parcours, et c’est le commencement d’un nombre élevé de pannes et de sorties de routes, surtout au miroir, qui lui devrait disparaitre dans les 2 ans, suite à la continuité de la rénovation de la route… En 30 minutes, seules 4 voitures ont passé… De là, un des camions va être laissé à notre poste. Un semblant de logique qui ne va pas durée, car les chauffeurs seront ramenés une série plus tard en voiture au départ. Le peu de fois où ils étaient présent, ils ont dû attendre que la DC les escortes, alors qu’ils auraient déjà été sur place.
Entre les bourrasques de vent, et avant une maigre pluie, il y aura deux incidents dont je n’ai pas tout compris… Le 1er, deux pilotes ayant reçu un drapeau jaune au dernier poste avant l’arrivée, suite à une panne au frein, qui ne se sont pas arrêtés, et que l’on a été rechercher pendant de longues minutes au parc pour qu’ils refassent leur manche. Le 2e, un pilote ralentissant au drapeau jaune d’un commissaire alors que l’incident était terminé, et le suivant lui faisant signe de continuer, ce qu’il fait et malheureusement s’arrête, mais… après l’arrivée… re-départ refusé. Il y a certains principes que je trouve exagéré… Vive le sport…

Le passage de mon 300e jour de course s’est tout de même très bien passé. Merci aux collègues, et Merci Francis !

L'évolution est assez décevante, mais étonnamment, je ne le suis pas vraiment… étonné. Il faudra donc s'y faire. Mais après la discussion du samedi soir,  dont nombreux sont-là depuis bien avant moi et constatent la même chose, il y a tout de même certaines choses qui risque de ne plus passer. Mais cela ne nous empêchera pas de revenir l’an prochain, car nous n’avons qu’une priorité : les pilotes.

www.ayent-anzere.ch

***   ***   ***

Prochaines participations :

Mémorial Grône - Loye – 4 août 2013
Course de Côte St-Ursanne - Les Rangiers – 17 et 18 août 2013
Pocket Bike Savigny – 25 août 2013

18.07.2013

Auto Cross de Bure 2013

 Après une pause d’une année suite au passage du Tour de France, l’Auto-Cross de Bure est de retour. Cette course, comptant pour la Coupe des Trois Nations et le Championnat Jurassien, est devenue un extra incontournable durant la saison.
 
Logo AutoCross Bure.jpg
Après la Berra, petite interrogation… comment vais-je faire avec mes 3 points de suture au doigt ? Le contrôle du lundi s’est bien passé. Le médecin m’a tout de même prescrit une désinfection journalière pour toute la semaine, puis je pourrai laisser sécher 4 jours de plus avant le retrait des fils. Ce qui veut dire, que j’aurai encore un bandage pour Bure, et au fond tant mieux vu la poussière. Par-dessus, j’ai pu rajouter un doigt en cuire retrouvé dans mes affaires. Une vieille paire de gant auquel j’ai coupé le doigt en question, et le tour est joué. Tip top ! Les mains sont protégées au cas où il faudrait pousser ou remettre sur les roues une voiture. Seul inconvénient, impossible de mettre le gant feu à droite, et garder en mémoire que je ne peux pas plier le doigt.

Avec une arrivée vendredi soir, vu la durée du trajet, je me suis retrouvé, comme d’autres, devant les abris sans pouvoir y rentrer. Malheureusement ce n’est pas la 1ère fois, mais c'est le seul couac d'un accueil commissaire très apprécié. Je me pose donc la question s’il ne serait pas mieux à l’avenir de me lever à 3h du matin, plutôt que de passer une nuit bof dans la voiture…

Coupe3nations.jpgPour la 4
e fois en 6 ans, je vais occuper le poste 4 avec deux collègues, soit la 1ère courbe en montée après la ligne droite du départ, c’est-à-dire un endroit où il faut être attentif à 300% ! Les raisons ? Tout d’abord, parce que c’est une course sur circuit, avec des départs groupés. Ensuite, la piste change après chaque série, parce qu’elle creuse par endroit, et parce que les arrosages en cas de levé de poussière, la rende très glissante. Puis le début du virage, un mini entonnoir, bitumé cette année pour supprimer la cassure en pleine courbe, donc plus rapide, et avec une corde dont la butte de protection n’a pas été faite. Certains tapent donc largement dedans, au risque de se faire déporter contre les autres concurrents restés sur le bitume, et à force, la terre et la caillasse deviennent une patinoire pour ceux qui prennent trop large. Le poste lui, est à l’extérieur et en sortie de virage, il faut donc être alerte aux projections de boue et de caillasse, et de ce fait régulièrement retirer ces derniers de la piste. Et cela peut aussi arriver par derrière, surtout avec les kart-cross (dépourvus de garde-boue), puisque la piste redescend dans notre dos sur une zone terre, que nous surveillons également, car le poste du sommet dans l’épingle, n’a pas un visuel complet à cause de la végétation. Notre poste est sur un semi-talus, ce qui n’empêche pas de temps en temps l’un ou l’autre d’y venir nous faire un petit coucou, et particulièrement cette année, puisque la butte de protection supplémentaire là non plus n’a pas été faite. De l’ambiance assurée… Bien que cette manifestation est comme un divertissement pour nous, il est évident que nous la prenons très au sérieux, car nous connaissons les risques propre aux pilotes, et aux notre évidemment. Une course délirante avec de gros malades sur la piste, mais des commissaires attentifs et au taquet du moindre événement. C’est aussi pour cela que nous apprécions de reprendre le même poste chaque année.

Et l’animation ne va pas manquée tout au long du week-end ; voitures en travers, pendues sur la bordure, avec une roue arrachée, sur le côté, sur le toit, dans la pente, dans les arbres, sur le poste,… pare-choc, phare, moulures, pot d’échappement, cardan, grille de protection, et autres pièces vont être ramassés sur la piste… 4 drapeaux rouges vont être déployés, tous dans notre zone ; 2 dans le 1er tour de course, et 2 en milieu de manche. Une voiture couchée sur la portière pilote à l’épingle du dessus, le toit en direction de l’arrivée des voitures, pendant que les collègues agitent du jaune, impossible de la retourner à 3, de plus le pilote refuse de sortie, donc… rouge ! – Idem pour une voiture sur le toit au même endroit - Deux voitures se serrant d’un peu trop près dans la descente, et partant en tonneau derrière une courbe enfumée par la poussière… rouge et… sanction - Deux buggy passant entièrement dans la corde de notre courbe et se touchant les roues, tête-à-queue, sur-accident, poussière, et en repartant comme un sauvage, un buggy en percute un autre… rouge et… sanction. L’auto-cross n’est pas du stock-car, et les comportements antisportifs ou dangereux sont pénalisés, sportivement et financièrement.

Lundi, trempage du pantalon pour retirer les projections de terre sèches. L’eau… noire… Le sport automobile pollue nettement moins que certaines activités fédérales.

***   ***   ***

Prochaines participations :

Course de Côte Ayent - Anzère – 27 et 28 juillet 2013
Mémorial Grône - Loye – 4 août 2013
Course de Côte St-Ursanne - Les Rangiers – 17 et 18 août 2013

11.07.2013

Course de Côte La Roche - La Berra 2013

 La 1ère manche du Championnat Suisse de la Montagne en Romandie s’arrêtait entre la Roche et la Berra, un retour, mais surtout un renouveau après une annulation l’an passé. Un cadre et un tracé magnifique, embellis par une météo enfin estivale.
 
Berra.jpgSamedi, je rejoins le poste 12, soit l’ancien intermédiaire, une zone public où il faudra gérer les bus navettes ; connu puisque j’y étais en 2011. Avec moi, un ami commissaire à qui j’avais proposé d’abandonner ses cures dents du poste 3, pour faire une fois un week-end avec moi ;-)
 Et la journée aura été plus fraiche que prévu… A 8h45, alors que la 1ère série va redescendre, nous déplaçons la tente d’une longueur afin d’avoir les pieds un peu plus au plat, car nous sommes sur le talus, seul endroit où il est possible d’avoir une vue correcte sur la piste, aussi bien avant qu’après le poste. Je replante donc les piquets métalliques permettant d’avoir la tente de niveau, et… chrique !... La pente, la hauteur, le poids de la masse, un mélange qui me donne subitement chaud à l’index droit… Je plante 1000 piquets par année, mais il n’en aura fallu que 2 pour me couper. Grosse coulée de sang, et belle entaille sur l’articulation. Après avoir demandé à mon collègue s’il était sensible, je lui montre, et il acquise le fait qu’il serait quand même bien de montrer la chose au médecin de la couse, et autant en profiter vu l’interruption.

8h50, arrivée du médecin et… de l’ambulance… à mon avis ils ont mal compris le niveau de gravité…
8h55, vu qu’il faut faire un rappel tétanos dans la journée, et que 2 points de suture sont conseillés vis-à-vis de l’articulation, et cela dans les 6h, j’abandonne mon collègue de poste, direction Riaz.
8h56, les collègues sur le parcourt sont rassurés de voir que derrière l’ambulance, je conduis ma propre voiture (dieu sait ce qui a bien pu être dit à la radio…).
8h58, ça se confirme, ils font tous une tête bizarre sur la ligne de départ :-))
9h10, arrivée aux urgences, la réceptionniste sourit, elle et sa collègue ont apparemment des gardes pas très triste en événements quand elles sont ensemble.
9h05, salle d’attente, devant moi, juste un jeune, blessé à la cheville.
9h20, entrevue pour constat de la plaie. Mon attente, selon les admissions, peut aller de 45 minutes à… 4h.
9h25, salle d’attente, je prends un livre ou pas ?...
9h40, je passe en salle de soins, piqure de rappel, puis nettoyage de la plaie pour bonne suite.
9h45, attente en position semi-couché, avec un p***** de matelas qui tiens pas en haut.
10h00, je cumule les micro-turbo-sieste… l’horreur… surtout quand tu es en face de l’horloge.
10h10, la toubib se prépare et me pique 2 fois à l’arrière du doigt (…, …),  nettoie la plaie en profondeur, et fixe longuement le dessous du morceau de peau qu’elle lève avec des pinces (ca je le mets juste pour les âmes sensibles ;-) Elle m’annonce que ça va être plus long que prévu, le tendon n’est pas touché mais il est visible, il faut donc effectuer un lavement d’1 litre à la seringue, si non c’est le gros risque d’infection... en gros, j’ai bien fait de venir.
10h50, tout propre, validation d’une spécialiste, et séance couture.
11h00, attente, en pouvant enfin me décrisper la main et le bras, restés 45min en semi-appui.
11h10, emballage du paquet souvenir.
11h15, ne pas oublier de faire des gestes réfléchis, comme démarrer la voiture avec la main gauche.
11h25, arrivée à la Roche, la 1ère série retournant au départ… outch… léger retard dans le planning.
11h50, je peux regagner mon poste et mon collègue, qui en a déjà marre des bus navettes.
12h10, le choc thermique… je dégouline…

Durant l’après-midi, trois pilotes vont se mettre en sécurité chez nous. En 2e manche essai, Paul Büetiger (911 GT3 - E1) pour un problème de boite. Après une pause à l’ombre des arbres, 1ère manche course, et roue arrière tordue après un choc contre une glissière pour Jürg Jucker (Cooper S), puis Patrick Fellay (Arcobaleno – E2-SS) arrivant au ralenti, et sortant de la voiture levier de vitesse à la main… Cette manche finira à 17h30 !, heure de réouverture de route… Les interventions, les trous dans les séries, et l’arrivée de pilote en pré-grille non équipés, comme remarqué juste avant midi, aura eu pour conséquence l’annulation de la 2e manche course. Espérons qu’il ait du mieux pour le lendemain…
Le soir, apéro, remise des prix (cloches et podium en bottes de paille), souper, déconne et dodo, dans une position qui fera du bien à mon doigt, mais pas à mon épaule "tétanossisée"…

Dimanche, comme la veille, nous avons non seulement droit au déjeuner et au cornet pique-nique, mais en plus avec le staff ; merci mesdames.
Au poste, les bus navettes n’en finissent pas, et restent même chez nous pour gagner du temps, il faut donc veiller à ce qu’il reste de la place pour d’éventuels abandons. Le 1er sera Christoph Zwahlen (Kadet C GT/E - E1), après avoir manqué le freinage de l’épingle précédente et traversé son centre, puis Denis Wolf (Clio RS Cup) ayant laissé échapper un nuage de fumée juste avant notre virage. Par la suite, la présentation du drapeau jaune suite à une sortie et une panne aux postes suivants. La fin de course sera retardée par des sorties demandant des treuillages du camion de dépannage.

Après le retour du matériel et la réception du prix souvenir (des fourchettes à fondue) la journée se terminera sur la zone de départ avec l’attente de la redescente de Joël Volluz (Osella PA30 - E2-SS), à l’occasion de sa 1ère victoire au Championnat Suisse de la Montagne. Un week-end dont on se souviendra grâce à ces petites choses qui font la différence. Merci au Président pour la prise de nouvelles, après mes 3 premiers points au Championnat Suisse ;-)

A Doudou – 5 juillet 2008

www.acaf.ch

***   ***   ***

Prochaines participations :

AutoCross de Bure – 13 et 14 juillet 2013
CCôte Ayent - Anzère – 27 et 28 juillet 2013

Mémorial Grône - Loye – 4 août 2013