Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04.08.2015

Cyclosportive des Vins du Valais - 1er Août 2015

CyclosportiveVS.pngAprès avoir participé au Grand Prix Valloton et au Tour de Romandie, j’ai cherché s’il y avait encore une course cycliste dans la région. La seule favorable a été la Cyclosportive des Vins du Valais. Crée en 2013 sous l’impulsion de la Fédération Cycliste Valaisanne, des suites de l’arrêt de « L’Alex Moos », il s’agit d’une course/balade de 130km, labellisée pour le bicentenaire du Valais, avec Sion comme point de départ et d’arrivée, et comme extrémités Martigny puis Loèche, y.c. et nouveau cette année, 3 secteurs en montée chronométré, mais proposant aussi 3 parcours plus courts, de 98, 65 et 37km, empruntant donc en partie le tracé initial.

Au dernier moment, le responsable m’a proposé un renforcement du coté de Sierre, c’est-à-dire sur la dernière partie du grand parcours, où il n’y aura que les coureurs de ce groupe, soit plus de 450 sur les 1500 attendus, mais probablement éparpillés sur une durée ne devant pas dépasser les 2h. En y allant, petit détour par les casernes de Sion, centre de la manifestation, pour aller y chercher le matériel (gilet jaune et mini-drapeau rouge), un t-shirt, et un lunch. Le poste est sur la route cantonale entre Sierre et Montana, dans l’épingle avant Venthône, que les coureurs traverseront ; il faudra donc bloquer la circulation, dès qu’un groupe ou un solitaire approche. En plus de la palette qui a déjà fait ses preuves, c’était l’occasion de tester la mise en place d’une nouvelle signalisation là aussi personnelle, que j’ai agrémentée dernièrement, et ça fonctionne à merveille, puisque mise à part quelques voitures immatriculées hors canton montant en station, tout le monde arrivait visiblement à vitesse réduite. Il est à côté de cela, quand même effrayant de voir le nombre de personnes qui ‟natelisent‟ au volant…

Attention course cycliste.jpgArrivée sur place vers 11h, j’ai posé ma voiture bien de côté, et observé la visibilité du carrefour (celle des cyclistes, celles des automobilistes, et celle de mon emplacement idéal), qui n’est pas trop mal pour une épingle, et heureusement, car annoncé avec quelqu’un, je me suis retrouvé seul. Ma signalisation m’a donc bien été utile. A 11h50, un premier cycliste passe, bien qu’avec un dossard, il n’était pas dans le groupe officiel. A 12h, arrive la voiture ouvreuse, et le groupe de tête. Plus tard, un cycliste avec crevaison revient en arrière, malheureusement pas de numéro de téléphone de contact. Il sera pris en charge par son beau-frère, qui passait par chance par-là. Puis 2 coureurs s’étant trompés dans leur parcours plus court, ils ont donc coupé pour rejoindre Sierre. Vers la fin, un bus de dépannage, les samaritains, et à 13h15, c’est déjà le balai, et pas une seule goutte de pluie.

Le point négatif, a été que malgré ma mise à disposition mi-juin, l’organisateur m’a oublié. Par chance, j’ai tout de même atterri dans un endroit sympa où il a fallu être actif. Si le poste n’avait pas été couvert, les cyclistes auraient tout simplement dû s’arrêter dans cette montée pour faire leur perte de priorité, et relancer la machine. Très nombreux sont ceux qui disent merci, bonjour, ou font un signe de la main, y.c. devant le balai qui retire le fléchage, un groupe hors catégorie tout sourire de me voir encore présent pour eux. Ambiance donc sympa, mais j’ai tout de même nettement préféré le Gd Prix Valotton, course en boucle du mois d’avril. Pour 2016, une bonne nouvelle se profile, car en plus du contre-la-montre, il y a encore des chances que je puisse participer aux 2 autres jours des Championnats Suisses sur Route à Martigny… réponse probablement fin octobre.

www.cyclosportive.ch

***   ***   ***

CSI My et env.pngA 18h, changement d’équipement, avec le service du feu. Initialement, je n’étais pas prévu avec le dispositif du Château cette année, mais sur la Place Centrale, raison de mon engagement à la Cyclosportive. Suite à l’interdiction des feux de particuliers, mais à l’accord 3 jours avant des autorités cantonales pour les feux des municipalités sous contrôle, les places de tir en ville ont été abandonnées, et j’ai été réquisitionné pour renforcer les effectifs sur le site de la Tour de la Bâtiaz durant la soirée, dont la préparation a commencé 2 jours avant, avec la mise en place d’un pompage dans la Dranse, pour monter l’eau au Château, soit 80m plus haut. Depuis mi-juillet, les talus sont jaunes, les arbres deviennent de plus en plus brun, et le terrain maigre car sur le rocher, doit être arrosé mais avec douceur, pour éviter les risques d’érosion, déjà bien présent en temps normal.

Bâtiaz2015.JPGA
rrivé en caserne, changement de programme, je ne monte plus au Château, mais reste en ville. Les effectifs du site ayant déjà été augmentés, j’ai été intégré au service de piquet, qui lui aussi a été renforcé, et divisé en 2 groupes, un pour le haut de la ville, et un pour le bas. Ainsi, en cas de problème, et avec la circulation énorme que les feux attirent, les déplacements seront plus aisés, sans oublier que s’il faut se rendre sur une commune voisine liée à notre CSI, cela assure la présence d’une 2e équipe sur la ville. 22h heure H. 22h30 fin des festivités et déplacement dans les bouchons en mode escargot jusqu’au local, 23h15 arrivée des premiers retours de matériel à nettoyer, 1h30 fin du rangement.

Les feux ont donc bien eu lieu, et ont commencé malheureusement sous une grosse averse, et sans vent… un cocktail néfaste qui a créé un gros nuage au-dessus du pas de tir, masquant ainsi une partie du spectacle, plus ou moins grand selon les emplacements des spectateurs. Un peu frustrant pour les collègues, après une semaine d’incertitudes, puis de labeur, dans des conditions difficiles, mais les nouveaux se rappelleront bien longtemps de leur premier bombardement sur ce magnifique site médiéval, car oui, en Octodure, la terre tremble chaque année.

www.danger-incendie-foret.ch
www.pompiers-martigny.ch  (photos sur > page Facebook < ) 
www.batiaz.ch

***   ***   ***

Prochaines participations :

9 août – Mémorial Grône - Loye
15-16 août – Course de Côte St-Ursanne  - Les Rangiers
22-23 août – Slalom de Genève

30.07.2015

Course de Côte Ayent - Anzère 2015

La 40e édition de la Course de Côte Ayent - Anzère s’annonçait bien plus fraiche que les précédents week-ends. Du coup, probablement humide, à mouillée…

Anzère2.jpgSamedi matin, je retrouve le poste des Flans, en compagnie d’une commissaire des parcs, voulant vivre un peu plus la course de l’intérieur, et effectuant ainsi sa première Côte comme tel. Au niveau effectif, 7 commissaires (sauf erreur) seront seuls en poste. La tonnelle est montée sous une pluie arrivant à son terme. L’air est frais, mais le soleil va vite nous réchauffer. Une température au combien appréciée, après avoir vécu 3 courses caniculaires. Et qui dit Anzère sous la pluie, dit aussi souvent brouillard, et il n’aura pas manqué le rendez-vous, mais n’aura gêné la course qu’une seule fois. En 1ère manche essai, s’arrête Bernhard Mühlemann (REG E1 - Focus ST 170) sur le chemin d’en face, victime d’un problème d’accélérateur, lui ayant fait signe d’avancer un poil plus pour ne pas gêner les suivants, devant ainsi se faire dépanner, tout comme 2 autres véhicules sur le parcours. La journée commence fort, mais pour nous, ce sera le seul incident. A la pause de midi, qui n’aura duré que moins de 30 minutes..., il fait 21°C à l’ombre.

Affiche Anzère 2015.jpgDimanche, le soleil est au rendez-vous, mais de façon furtive, laissant très vite la place à un ciel couvert. Il fait 8°C à l’arrivée en poste. Alors que la journée est réservée aux manches courses, les trajectoires diffèrent d’un concurrent à l’autre, et certains nous font de belles sueurs… avec notamment, autres Frossard, Farine, Murisier, Wolf... En 1ère manche, c’est Werner Rohr (IS - Corola AE86) qui sort du gauche au poste précédent un poil de travers, et venant mordre dans la bordure avec la roue avant. Une position pas très appréciée, car le mini talus juste devant le poteau électrique n’est pas vraiment bon à prendre. Pour moi, un petit balayage express, et le retrait de quelques cailloux et morceaux de bitume s’étant fait éjectés, comme presque à chaque fois que la corde est mordue. Eric Berguerand (E22-SS - Lola FA99)) lui aussi sortira en travers, une grosse glissade des 4 roues qui lui permettra, malgré une perte de vitesse, de repartir de plus belle. En 2e manche, Nicolas Hassler (A/ISA - Escort Cosworth) perd la maitrise dans le droite des chalets, et après un tête à queue à grande vitesse, se retrouve à contre-sens juste devant les bottes de paille, une énorme chance qui lui permettra de repartir, après des allers-retours pas des plus rapides et sécurisant, sachant que suit la Clio Cup. M’étant mis en bord de piste, drapeaux en torche prêts à être déployés, il ne gênera personne, sauf 3 postes plus loin, en percutant le talus…
Après une pause d'une heure à midi, avec un petit 16°C, la pluie apparaît brièvement en 3e manche, et un choc se fait entendre entre les deux postes précédents. Je me déplace d’une longueur pour observer, puis descend pour voir s’il faut de l’aide. C’est Lionel Petignat (E1 - 309 16V) qui a touché un mur de soutènement en béton, et heureusement pour lui, malgré une roue tordue, il a évité de justesse l’angle du mur, qui n’est pas protégé : étonnant au vu des nombreuses casses ou frayeurs qu’il y a déjà eu à cet endroit… Après chargement sur le camion, seul un petit balayage pour un roulement à aiguilles éclaté a été nécessaire. Dès lors, la journée se terminera sous une pluie un peu plus présente, mais ne mouillant pas complètement la route. Au niveau sportif, Joël Volluz (E2-SS - Osella FA30) parvient donc à inscrire enfin son nom dans les records de piste, lui qui avait dû renoncer au circuit faute de budget, et de retour d’une sabbatique imprévue.

Mise à part que j’ai toujours en poste une ambulance qui n’existe pas (…), il est a constaté que certaine(s) DC ne sont pas propice au drapeau rouge, ni même le Président de la CSN, alors qu’en Suisse Alémanique, il a été intégré sur des postes stratégiques. Quand on pense que l’on pourrait, par exemple à Anzère, éviter à 3 voire 4 pilotes de s’envoyer en l’air pour rien, alors qu’ils seront de toute façon bloqués plus haut sur la piste, il y a de quoi se poser (chaque année) des questions...

Un week-end plutôt calme, qui aura donc été frais, un peu brutal, mais cela était un peu plus vivable. Malgré plusieurs pluies, les interdictions de feux continuent d’évoluer à la hausse.
Carte de la Confédération : > cliquez ici <
 
www.ayent-anzere.ch

***   ***   ***

Prochaines participations :

1er août – Cyclosportive des Vins du Valais
9 août – Mémorial Grône - Loye
15-16 août – Course de Côte St-Ursanne  - Les Rangiers
22-23 août – Slalom de Genève

16.07.2015

Course de Côte Massongex - Vérossaz 2015

La 25e Course de Côte de Massongex-Vérossaz a été effectuée avec un nouveau comité, et de nouvelles dates,  malheureusement pour moi, tombant sur celles de l’auto-cross de Bure. Donnant en général priorité au Championnat Suisse, et en plus à côté de la maison, il était évident que j’y participerai. Un changement qui n’aura pas eu pour cette édition, un effet rebondissant sur la participation en tout genre.

Feu_Interdit.jpgAprès un week-end caniculaire à la Berra, le répit nocturne aura été apprécié durant les jours suivants, mais les températures remontent petit à petit, avec une interdiction générale de faire du feu aux alentours des forêts, décrétée en 1er par les cantons de Vaud et du Valais, mais les autres suivent le mouvement (Fribourg : interdiction dès demain 17.07), sauf Berne qui annonce des régions d'un niveau de 5 sur 5, sans aucune mesure, malgré 3 incendies en 2 jours !… Avis cantonaux officiels : (attention à prendre garde au ‟degré‟, mais surtout aux ‟mesures‟)  > cliquez ici <.

A Massongex, les effectifs commissaires sont à nouveau en délicatesse. Pour 31 postes à couvrir, il n’y avait que 16 (!) inscriptions 8 jours avant la course… de quoi rendre complètement marteau les responsables commissaires. Pour ma part, je retrouve l’intermédiaire à la sortie du Moulin, où sont stockés camion et véhicule d’intervention civil. Une zone où la forêt, bien que de plus en plus coupée, protège le poste du soleil à plusieurs moments de la journée. Pour le reste, si ça cogne vraiment, il est possible de se déplacer quelque peu tout en restant en sécurité. Avec moi, un collègue n’ayant jusque-là, effectué que du rallye. Le week-end lui, avec peu de véhicules sur à chaque fois 3 manches essais et courses, aura été plutôt tranquille.

Affiche Massongex 2015.jpgSamedi, la pirouette de Dominique Jordan (E1 – 205) au poste précédent, avec un bilan fort mitigé, puisqu’il est redescendu chaque jour en camion… Frédéric Grand (E1 – Civic) lui nous a enfumé avec un énorme freinage appuyé, car si la bosse n’est plus aussi marquée qu’il y a quelques années, elle surprend encore. En manche course, Joël Volluz (E2-SS – Osella FA30) s’arrêtera après avoir frotté une glissière 4 postes plus bas : aileron latéral arrière troué et cassé, et la question de mon collègue : « Il a un carnet ? ». Sur le moment, que répondre ? à part « …Non » :-) La soirée s’est terminée par une fondue chinoise offerte par l’organisateur.

Dimanche, le seul événement chez nous, sera le grimpage de rocher au poste suivant, de Michaël Abbet (E1 – Manta GTE), et ainsi l’unique usage des drapeaux.

Un week-end à nouveau chaud, où la forêt et le calme ont été fort appréciés. Si la quantité n'était pas là, la qualité y était, avec de superbes passages !

www.massongex-verossaz.ch

Info pour Anzère : suite à des travaux de réfection, le rendez-vous commissaires est déplacé à l’Epilobe, sur la place du village coté amont, accessible depuis la passerelle en bois en face de l’ancien rendez-vous.

***   ***   ***

Prochaines participations :

25-26 juillet – Course de Côte Ayent - Anzère
1er août – Cyclosportive des Vins du Valais
9 août – Mémorial Grône - Loye
15-16 août – Course de Côte St-Ursanne  - Les Rangiers

09.07.2015

Course de Côte La Roche - La Berra 2015

La Course de Côte La Roche - La Berra s’est déroulée sous une chaleur incroyable ! De quoi mettre à rude épreuve, aussi bien les humains que les machines. Ravitaillements multiples, poste samaritain en zone public,… l’organisateur a pris les devants.

ACAF.jpgSamedi, parti du coude du Rhône à 5h du matin, il fait... 28°C ! Monthey 29, Villeneuve 26, Vevey 24, Châtel-St-Denis 23, Vaulruz 18, Bulle 19 ; quel bonheur de pouvoir soudainement un poil respirer. Malheureusement, cela ne va pas durer longtemps… Partir sur Fribourg, c’est aussi avoir moins de chantiers : ha les belles promesses qui disaient que la traversée de la berne centrale à 60km/h l’an passé à Glion, était une mesure exceptionnelle, car délicate dans ce sens… Mieux ! Du côté de Chexbres, comme je ne sais plus où l’an passé, on a installé un ralentisseur de parking de centre commercial, le genre de truc que t’es un assassin si tu le passes à 30km/h, ben là, on les met sur l’autoroute, sans signalisation (!), sur une zone à 60 !

Ce n’est que ma 6e participation à la Berra, la plus maigre sur une manche du CSM, car en 2005 et 2006 j’étais sur le motocross des Vieux-Prés dans le Val du Ruz (NE), et au moment où j’allai m’y intégrer, ont suivi deux annulations de suite, puis une autre 4 ans après. Une région vraiment très belle, et une chouette vue sur le parcours au poste que je couvre, la zone public à l’intermédiaire, avec ses bus navettes, et depuis l’an passé, un adjoint de DC et un véhicule civil de dépannage rapide. Pour ma 4e année à cet endroit, les spécificités sont dès lors maitrisées. Sur place, la 1ère mission aura été de placer mon véhicule dans le chemin latéral, puis ceux de la DC, en faisant avec l’emplacement des toilettes mobiles, ainsi qu’en prévoyant à tout moment, le parcage de minimum 2 bus navettes, et 2 voitures qui s’arrêteraient pour des pannes. Pour l’emplacement du pavillon, petit imprévu cette année, puisque l’intérieur de l’épingle comporte un gros tas de billons, me masquant la vue sur le gauche précédant l’épingle, et il est impératif que je l’ai en visuel, car la botte de paille qui s’y trouve pour signaler une grille, est régulièrement percutée, et sa remise en place est importante, car suivie d’un affaissement de la route en plein freinage, le déséquilibre pourrait faire partir le véhicule dans le tas de bois, dans la glissière, ou dans le talus. Je me suis donc décalé de 5-6m, n’ayant ainsi plus de vue sur le poste suivant, mais l’oreille et l’impression donnée, me feront réagir très vite si le collègue du haut, bien que seul, rencontrait quelques soucis. De mon côté, je suis également seul à gréer la piste, mais l’adjoint DC et le dépanneur m’ont régulièrement aidé quand cela était nécessaire.

Affiche Berra 2015b.jpg9h 25°C, 10h 29°C, la journée va être dure. Et le 1er qui s’arrête est Antonio Scolaro (E2-SC - Avrio Elia ST), boite à vitesses défaillante, avec une petite frayeur, car le poste précédent, fixé sur la voiture au ralenti et en train d’informer la Centrale, n’a pas sorti de drapeau… 12h 31°C. En 2e essai, les S+R nous amènent le même que ce matin, ça ne passe toujours pas… parc auto complété par Christian Balmer (E2-SS - Tatuus Master), la chaleur fait déjà ses 1ères victimes. Au terme d’une pause retardée d’une heure, et effectuée à l’ombre des arbres naturels, où il y fait 30°C, retour sous le pavillon et ses 33°C.
Les REGionaux aussi vont souffrir, Grégoire Vaccaro (E1 - Golf) s’arrête, malheureusement en travers du chemin, par précaution je stoppe les départs, mais on le déplace quand même de suite, alors qu’est annoncé le suivant Etienne Beyeler (E1 - Ascona B) également au ralenti, le bas du chemin tout juste libéré, on pourra l’y mettre sans soucis, dommage pour le suivant, qui a quand même été gêné. Et puis ce qui avait failli souvent, est arrivé, Patrick Hedinger (IS - 205 gti) passe le gauche de la botte de paille et soudainement, sa roue avant droite s’ouvre : un bris de rotule qui va le diriger sans qu’il ne puisse rien faire dans la glissière, et par chance, éviter son extrémité, qui aurait pu l’entrainer 3 postes plus bas, via le talus… Nous sommes en plein pic de chaleur, et cette intervention sous 35°C, va quelques minutes plus tard, m’obliger à m'assoir et espérer qu’il n’y ait plus rien pendant un petit quart d’heure, car la tête commence à serrer et à tourner. L’estomac quant à lui, commence à se lasser de toute cette boisson pourtant indispensable. La journée se terminera avec 2 autres dépannées en attente à notre poste, en allant mieux, mais durant le souper, je n’ai à nouveau pas été au top... La nuit fraiche et calme dans les abris m’aura fait du bien, mais le week-end n’est de loin pas fini.

Dimanche, côté températures, on reprend les mêmes, mais avec à chaque fois… +1°C ! Le matin c’est Julien Camandona (H – M3) qui lui aussi, a sa boite à vitesses qui pétouille… Malgré une pause de midi avancée de 30 minutes, où ma montre a elle aussi subi les méfaits de la chaleur en s’arrêtant provisoirement, la 2e manche course a commencé avec 50 minutes de retard sur l’horaire prévu, sous un ciel se voilant par moment. Le parking sera utilisé quelques fois, et la pluie se fera sentir sur la fin, mais 3 fois rien.

De multiples pannes, une gestion moins rapide de certains commissaires, car souvent moins expérimentés et/ou seul en poste suite, à nouveau, à un manque d’effectif, et les traditionnels bordiers ou agriculteurs, ayant une semi-priorité sur les pilotes, font que le week-end s’est terminé très tard. Même si… au fond sans pilote, sans commissaire, et sans entente avec les bordiers, il n’y aurait tout simplement pas de course, et quand on a connu St-Jean - Grimentz, même si… on ne peut que saluer le travail des organisateurs, sur une des plus belles courses du CSM.
Un 2e week-end de suite sous la chaleur, des soirées de semaines qui l'étaient tout autant
, et le stock énergétique en prend un coup. Par chance, une petite accalmie nocturne, et pour le prochain événement, un petit carré de forêt bienvenue.

www.acaf.ch

***   ***   ***

Prochaines participations :

11-12 juillet – Course de Côte Massongex - Vérossaz
25-26 juillet – Course de Côte Ayent - Anzère
1er août – Cyclosportive des Vins du Valais
9 août – Mémorial Grône - Loye

02.07.2015

Slalom de Bière 2015

Le Slalom de Bière fêtait ses 50 ans ! Voiture en exposition à 50m de haut, une F1 en piste (si si, et pas seulement sous une tente), des démos, du drift,… et une casquette spéciale 50e. Show, et… chaud.

LogoBiere2015.jpgPour ma 10e participation en 11 ans, dont 1 fois en S+R et 1 en pré-grille, je me retrouve pour la 5e fois à l’entrée de la place. Le parcours du samedi voit le rajout de 2 chicanes ; sur la ligne droite avant la chaufferie, et devant les halles après la station-service. Avec moi, une petite nouvelle que j’ai connu au Crité ce printemps, et présente sur un autre slalom. Si elle connait donc le principe, en rigolant, on lui avait dit que si elle voulait être sur un poste où il y a quelque chose à faire, il fallait m’accompagner un week-end ;-)

Samedi
, le ciel est moutonneux, ce qui va nous permettre de monter le pavillon et préparer notre zone en étant encore bien dans le frais. Oui préparer, car l’endroit est important, vu qu’il s’agit de la barrière donnant sur le parc concurrent, où nous faisons donc sortir les différents dépannages. Mais c’est aussi une zone où le public est nombreux, débordant sur le couloir des véhicules sortant ou entrant à leur parc, un accès interdit de stationnement au public, car la glissière de séparation entre ce couloir et la piste, pourrait bouger en cas de choc. Depuis quelques années, un agent de sécurité y est en permanence les deux jours, ce qui nous a permis de réduire nos incessants allers-retours pour faire reculer le public. Le dimanche après-midi, c’est la traditionnelle cohue, et la gestion devient difficile, avec des risques de touchette concurrents-public, sur une zone déjà étroite. J’ai donc d’ores et déjà proposé une adaptation à l’organisateur pour 2016. Mais je pense que quoi qu’il arrive, je vais, tout comme je le fais depuis 5 ans avec la pose d’affiches d’interdictions personnelles, prendre les devants, car la situation devient limite…
Côté piste, c’est déjà la montée d’adrénaline en manche sous conduite, avec le camion-balayeuse qui nous a fait une variante, mais fort heureusement sans conséquence, il a donc fallu sortir le rouleau de banderole pour éviter une récidive, après lui avoir fait comprendre qu’il était nettoyeur au 1er degré, et non au 2e… Plus la journée avance, plus il fait chaud, et plus le vent de face se fait sentir, agréable, mais pas bon pour le pavillon. La matinée sera calme mis à part quelques cônes, pour lesquels je dois me mettre à l’opposé vis-à-vis de ma collègue, afin de lui en laisser, car avec l’habitude d’être seul en poste, je suis déjà en action alors que le cône lui bouge encore ;-) L’après-midi verra notre grosse sortie du week-end, puisqu’en L2, une Clio est sortie de la chicane à une vitesse très élevée, et n’a pas réussi à prendre le virage, pour s’écraser en semi-frontal contre la glissière provisoire, et la déplacer de plus d’1 mètre. Je stoppe les départs, et drapeaute les 7 suivants, soit pendant 2min30’’, et c’est long… en les plaçant pour ne pas qu’ils dérangent les véhicules de dépannage, pendant que la collègue a rejoint d’elle-même les autres pour débuter le nettoyage de la piste. Plateau pour la voiture, camion grue pour la glissière, balayeuse pour la piste. Durant la journée, il a fallu mettre une marque au spray fluo, car dans une porte, une plaque de béton est partie en morceaux plus gros qu'à l'habitude. A la dernière manche, démontage du pavillon, car les rafales de vent se sont transformées en fort vent continu. S’il n’est plus en très bon état, cela était nécessaire afin d’éviter qu’il ne s’envole et ne blesse des spectateurs juste derrière nous.

Affiche Bière 2015.jpgDimanche matin, le ciel est complètement bleu, avec un léger vent contraire, soit de dos cette fois. La journée sera lourde, avec en plus la réverbération du soleil sur le béton. Dans la 1ère manche essai, un véhicule perd une vis. Je la lui redonne alors qu’il rejoint son parc juste derrière nous. En regardant son tableau de bord : « Ha oui ! C’est à moi » ; une bonne chose de faite. 3 de plus ont été ramassées sur la piste de tout le week-end, pour autant de risques de crevaisons… En 2e manche essai, c’est Danny Krieg (E1 – A4 STW) qui s’est loupé au poste précédent, ramassant cônes et pneus, et terminant sur la bordure d’en face. Reparti il arrive au ralenti, je lui fais alors signe de savoir s’il souhaite s’arrêter ou pas, chose qu’il fera par sécurité. En bord de piste sur la place, en sécurité mais légèrement masqué, j’ai mis une botte de paille derrière le véhicule, au cas où un autre pilote voudrait également faire un arrêt. Apparemment pas de grosse casse mise à part le fond du pare-chocs avant rappé. Peu après, c’est Roland Zulauf (E1 – Civic) qui s’arrête en bout de glissière avant le poste, laissant une trainée d’huile de boite. On l’a immédiatement poussé avec le collègue du poste précédent pour le passer derrière la glissière par un mini-échappatoire. De là a commencé un gros nettoyage de piste, car il a de l’huile sur… 8 postes… L’après-midi sera calme, mis à part le fait d’être quasi tout le temps au soleil, car le public nous masque la vue, et la zone est importante en cas, comme précédemment, de panne, de perte de pièce ou cône, car le poste précédent n’a pas de visuel. L’ombre du bras de l’autogrue a fait du bien, mais pas longtemps. Les interruptions sur le reste du parcours, auront également permis au Président d’organisation et son invité, d’effectuer quelques séances de Drift sur la place, qu’il a fallu évidement sécurisé.

Merci à ma collègue avec qui j’ai eu beaucoup de plaisir, une personne visiblement intéressée et consciente du pourquoi elle est là. Un week-end assez calme, mais tout de même une « jolie » intervention pour son apprentissage. Par elle, j’aurais également appris que l’ASS n’attribue la 1ère licence, non plus après le 1er cours, mais après le 2e de validation. Le principe de formation édité sur le blog a donc été mis à jour. Il a également été rajouté, suite à une simple discussion entre un responsable commissaire et un responsable de l’ASS, que les personnes présentent sur une course avec une licence autour du cou, et refusant une demande d’aide pour compléter les effectifs commissaires, peuvent en cas de dénonciation, en subir le retrait. Et en ces temps où les effectifs peinent, c’est tout à fait correct.

Le week-end s’est terminé par un brillant hommage à notre collègue Renato. Drapeau noir précédent le vert, avec haie d’honneur aux drapeaux, et sur la place avec 3 postes c’était vraiment beau. Une fois passé, en me retournant, j’y ai vu une épouse très émue, que j’ai aussitôt été embrassée. Bravo aux initiants !

www.slalom-de-biere.ch

***   ***   ***

Prochaines participations :

4-5 juillet – Course de Côte La Roche - La Berra
11-12 juillet – Course de Côte Massongex - Vérossaz
25-26 juillet – Course de Côte Ayent - Anzère

24.06.2015

Slalom de Chamblon 2015

Le Slalom de Chamblon a connu une nouvelle sueur froide : les inscriptions commissaires ont eu beaucoup de mal à rentrer. Sur un nombre idéal de 50, il n’y en avait que 27 le week-end précédent. Suite à un appel relayé par la > page FB du blog <, le chiffre est monté à 35 en 24h, puis 42 au final, permettant tout de même d’effectuer le parcours dans sa totalité. En plus des différents messages de la responsable, celui du blog a été partagé à plus de 64 reprises (car je ne les vois pas tous), pour plus de 5500 personnes touchées. Merci à vous. C’est donc 15 réponses positives qui ont ainsi pu être récoltées, merci à eux ! Mais ne pas oublier que la situation n’est pas toute rose non plus pour les autres courses à venir… Pensez-y !

Seul slalom que je n’ai jamais loupé en 10 ans, et surtout seule course où je n’ai jamais changé de poste, je retrouve donc le 10, la fameuse chicane en descente derrière la bosse, où il ne faut pas avoir peur de faire des allers-retours entre la piste et le poste qui est à 2m en dessus de celle-ci. La statistique de l’an passé, qui avait vu 74 cônes déplacés, a d’ailleurs été reconduite, histoire de voir si c’était effectivement une année calme, ou si cette impression était due au fait que l’on était 2 en poste.

Gilet Chamblon.jpgSamedi matin, je suis seul, car les effectifs ne permettent pas de trop de faire différemment, mais cela ne me dérange pas, car en 10 ans, je ne dois y avoir été accompagné que 3 ou 4 fois. Le lieu, les variantes et risques sont connus, et je suis conscient de l’ordre des priorités à donner en cas d’incident, indispensable à cet endroit. La seule fois où j’ai connu des soucis, était du fait que la radio était parasitée, et que je n’entendais plus arriver les voitures de derrière la bosse : une situation résolue après échange de la fréquence avec la DC. Le reste, c’est sport, très sport, mais c’est le job, et le poste me plait, car c’est rare de voir une chicane d’en haut. Le ciel est couvert et frais, mais je me suis très vite réchauffé, en replantant quasi tous les piquets de la limite public dans le pré derrière mon poste, ceux-ci ayant été planté d’à peine 15cm, et tombant par l’emprise du vent sur les banderoles. Côté botte de paille, c’est l’inverse, c’est plutôt le réchauffement climatique, car il manque celles pour signaler les grilles, et les manches reco étant déjà annoncées partantes, j’en ai récupéré une moins importante pour marquer la 1ère grille, car malmenée chaque année. Une autre me sera amenée plus tard. Mon collègue du bas aussi va se réchauffer en agitant les bras, car lui aussi, chaque année, a le plaisir de signaler à certains que la piste ne tourne pas à gauche, mais à droite… Il y en aura 5 (!) le samedi, dont 2 en manche course, et 2 le dimanche malgré l’ajout d’un cône couché au sol. A 10h, le soleil pointe enfin ; les bataillons de scarabées sautent alors sur tout ce qui est jaune, et les escadrons d’hirondelles font du raz motte. La 1ère cabriole sera l’œuvre d’une Mini, partie en glisse derrière la chicane et pouvant repartir après un petit tour dans le pré. A noter l’excellent comportement des Loco qui ont parfaitement tenu leur rôle, aussi bien samedi que dimanche, ça change d’il y a 2 week-end…
Les stat des manches essais sont dans l’esprit de 2014, et celles des manches courses seront un peu plus élevées, avec notamment 4 cônes de suite (!) en L2… et 3 en L3. En temps normal ce n’est pas trop un souci, mais là pas vraiment le temps de remonter le talus entre deux, il faut donc mémoriser les numéros… c’est chaud ! J’ai même attendu 20min pour récupérer un rétroviseur en bordure de bitume, trop en contre bas pour avoir le temps d’aller le chercher en étant seul. En 2e manche essai, la botte sera belle et bien percutée de plein fouet, mais par chance pas de casse vis-à-vis de la grille, je l’ai donc à nouveau échangée et demandé une autre.

Affiche Chamblon 2015.jpgDimanche au réveil, il pleut, mais cela va vite se calmer à l’heure du rendez-vous, pour reprendre légèrement une fois en poste. Avec moi un aide bienvenu, même si le dimanche est en principe nettement plus calme que le samedi. A 9h, la trajectoire est déjà séchante, soleil discret, vent frais jusqu’à midi. La stat du dimanche matin va plus que doublée sur 2014, merci les OPC… A noter qu’en 2e manche essai, un rallyman à pot de yaourt va perdre la maitrise avant même la 1ère porte en la percutant, ramassant la 2e, et montant le talus de travers… Il a failli nous faire peur… De la chance pour lui, car il n’a pas été loin de partir en tonneau(x). Du coup, comme si le fait de descendre et remonter le talus tout le week-end n’était déjà pas assez fatiguant, il nous y a fait plein de trous…
L’après-midi sera nettement plus calme, avec seulement 1 cône. Malheureusement avec tout de même plus d’une heure de retard sur l’horaire, qui nous a fait terminer tout comme la veille, après 18h30.

Et la statistique alors ? 21 de plus que 2014, soit 95 cônes ! Si l’on tient compte des 4 puis 3 de suite, et de 4 doubles, cela fait 86 descentes de talus, pour autant de remontées...

www.ecuriedunord.ch

***   ***   ***

Prochaines participations :

27-28 juin – Slalom de Bière
4-5 juillet – Course de Côte La Roche - La Berra
11-12 juillet – Course de Côte Massongex - Vérossaz