Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23.09.2015

Course de Côte Châtel-St-Denis - Les Paccots 2015

Ma participation à la Course de Côte Châtel-St-Denis - Les Paccots, dépendait, et ce depuis quelques saisons, de ma disponibilité vis-à-vis du hockey sur glace. Mais cette année, un petit défi étant réalisable, j’ai décidé de changer les priorités. Du coup, Les Paccots, et même Drognens, bien que représentant tous les deux un cumul, ont été mis au programme, et mes collègues de cabine ont accepté d’assurer les matchs.

Paccots-blanc.jpgSamedi, la journée commence à 11h par un repas en commun. 
Alors que j’espérai retourner au poste de l’an passé, en faisant le 200m pour le chrono, on me place comme en 2010 au dernier poste avant l’arrivée. A peine installé, j’ai juste le temps d’enfiler un pantalon de pluie, que cette dernière tombe à verse. Afin de limiter les traversées d’eau, j’ai rapidement créé des sillons dans les bas-côtés herbeux, car ce passage est très rapide, et cumulant les enfilades. La 2e manche sera séchante, et la 3e quasi sèche. Au vu des conditions, tous ne profiterons pas de leur inscription. Après un après-midi assez calme, souper sous cantine, heureusement chauffée.

Affiche Paccots 2015.jpgDimanche, il fait très frais, avec un bizet pas des plus agréable, mais la journée s’annonce belle. En 4e manche essai, la 1ère de la journée, deux gros coups de chaud. Le premier de Frédéric Grand (E1 - Civic) qui vient mordre de 60cm le talus, et en redressant, l’arrière se dérobe, le faisant partir à 90° sur une vingtaine de mètres, s’immobilisant en travers total du pont, l’avant ne touchant aucune planche, et l’arrière à peine posé contre une balle de paille. Toujours calé après 3 secondes, je stoppe les départs par sécurité, mais il repartira à peine le message effectué. En fin de manche, Louis Berguerand (E2SS - Tatuus) passe à vitesse modérée, mais arrive déjà Marcel Maurer pour lequel il nous est impossible de mettre de drapeau, car étant à l’intérieur du virage, nous n’avons que peu de visibilité sur ce qui arrive. Le 1er va en plus relâcher en passant la ligne, éblouit par le soleil. Le frein lui non plus n’aura pas le temps de réagir, l’installation étonnante de filets de chantier sur la glissière intérieure n’aidant pas la visibilité de notre zone encore à l’ombre. Si le choc a été évité de justesse par un gros freinage appuyé, la suite sera d’autant plus surprenante. Berguerand se serait arrêté derrière les toblerones de la chicane séparant le frein du parc d’arrivée, mais le frein ne l’a pas vu car ces éléments sont plus hauts que les standards, et les officiels de la chicane n’ont pas usé du drapeau pourtant à leur disposition. Du coup, c’est Joël Grand qui l’a légèrement percuté par l’arrière. Ce cas montre bien, encore une fois, qu’il y a des améliorations nécessaires dans cette zone, qui en a déjà vu des vertes et des pas mûres…
Alors que le soleil arrive enfin à 9h45, la 5e manche verra la chicane du frein être élargie, avec un drapeau agité à chaque voiture. Physiquement une bonne chose, mais ‟signalétiquement‟ pas vraiment, car s’il venait à arriver quelque chose comme la manche précédente, le pilote n’aurait pas vraiment moyen de le savoir. 
En fin de 2e manche, nouveau coup de chaud alors que Christian Balmer (E2 SS - Tatuus) vient toucher une des bottes de paille ajoutées le long de la ligne d’arrivée, en guise de protection de la bordure en gravier. La botte se déchire et se déplace d’un tiers sur la piste. Je stoppe les départs et avise le frein, mais je sais pertinemment qu’il n’aura pas le temps d’intervenir à temps, et les secondes sont précieuses au vu de ce qui arrive derrière… je décide de mettre juste un jaune fixe à la prochaine en guise d’avertissement en espérant que… alors qu’entre temps, elle a été retirée par un photographe présent à côté du bus de chronométrage. Me faisant signe que c’est ok, et sans contre-indication du frein, je relance les départs avec un gros ouf. La piste quant à elle, après le passage de 2 F3000 et 1 Osella, conservera encore des brins de pailles, qu’il aurait été bien d’enlever avant le re-départ, surtout sur une zone sensible au niveau adhérence.

Le week-end m’aura montré de très beaux passages très rapides et dont certains ont fait preuve d’une grande maîtrise, mais ce poste ne me plait pas, car ne pas avoir de visu sur ce qui arrive, ne permet pas de protéger les pilotes comme il se doit, surtout sur une telle fin de parcours.

www.ecuriedeslions.ch

***   ***   ***

Prochaines participations :

26-27 sept. – Slalom de Drognens
01-04 oct. – Tour de Corse WRC
29-31 oct. – Rallye International du Valais
14 nov. – Corrida d’Octodure

31.08.2015

Swiss Downhill Cup - Verbier 2015

C’est par hasard dans une information de l’Office du Tourisme via le boulo, que j’ai pris connaissance dans la semaine même, qu’aurait lieu une manche du Championnat Suisse de descente VTT (Swiss Downhill Cup) à Verbier. Un événement qui n’avait plus eu lieu depuis 2010 suite à d’importantes constructions dans la zone d’arrivée. Et comme un magnifique soleil était annoncé, je me suis dit que c’était une belle occasion d’aller y voir d’un peu plus près, voire de très près… Une nouvelle ligne dans mon CV sécurité, représentant une 45e manifestation différente, pour une 14e activité de type différent.

Affiche Downhill Verbier.jpgLe samedi étant réservé au service du feu, je n’y ai été que le dimanche, alors que les essais commençaient déjà vendredi après-midi. Le rendez-vous est à 7h au pied de la piste, qui relie Les Ruinettes à la télécabine de Médran en station, une piste reconnue comme technique et physique, de 2,2km pour 557m de dénivelé, effectuée en 4min, soit une moyenne de plus de 33km/h, pas forcément rapide, mais ici ce n’est pas qu'un billard, mais aussi un flipper entre les arbres, parmi une piste complète. Pour nous, le principe est du commissaire de piste pur, avec un drapeau jaune pour les incidents légers à utiliser uniquement en essai, et un rouge pour les incidents majeurs obstruant la piste uniquement, et demandant donc un arrêt du compétiteur suivant, qui dans ce cas en manche course, peut reprendre le départ. Outil également indispensable, le sifflet, à utiliser à chaque passage de vélo pour avertir les postes suivants, qui sont bien rapprochés, mais pas forcément à vue dans la forêt. Cela permet aussi aux concurrents de savoir s’il y a quelqu’un derrière eux (1 coup de sifflet par vélo arrivant), car les gènes sur rattrapage ne compte pas, ils doivent faire avec.

P1020654.JPGJe suis au poste 19 soit à mi-parcours, à la hauteur du télé du Mayentset, un des 10 postes ayant une radio. Un endroit dans la forêt, et même s’il a fait un peu frais jusqu’à 10h, j’ai beaucoup apprécié pour le reste de la journée, étant donné que la veille à la maison du feu, sous un soleil ardent, j’ai dû arrêter les exercices en milieu d’après-midi suite à un coup de chaud, à la limite de l’hyperventilation... A noter que les commissaires qui ont fonctionné les 3 jours, ont eu chaque jour un poste différent, ce qui permet probablement de voir des passages très différents. Chez moi, le visu n’est que d’environ 30m, et le parcours rapide : ils sortent d’une mini-enfilade, passe un saut bien propre, un deuxième avec des racines, puis une grosse enfilade serrée entre les arbres, où les cailloux se font bien apparents. Par rapport à certains autres endroits, c’est une zone assez cool, mais tout de même impressionnante car la roue arrière se fait bien balader, ils doivent donc être sûr de leurs gestes, dont ils n’ont pas vraiment le temps d’y penser au vue de la rapidité des enchainements… En plus de la sécurité de base, nous devons également remettre les banderoles de délimitation qui bordent l'ensemble de la piste des deux côtés si elles se font arrachées, et au pire remettre les piquets au bon endroit, ainsi que retirer les cailloux roulants qui pourraient s’avérer dangereux. A chaque passage, et plus la température augmente, c’est également un peu de poussière qui se soulève, et demande donc une hydratation, même en pleine forêt, et de toute façon avec le nombre de coups de sifflets que l’on donne, la bouteille n’est pas loin ;-) Par contre il est difficilement possible de casser la croûte en poste le matin, car les essais sont libres, donc la concentration impérative et continue pendant 3h. La pause a duré de 11h10 à 11h30, puis en manche course, les départs se font toutes les 30 secondes, et les catégories séparées de 4min. A noter l’intervention le matin de l’hélicoptère pour une épaule suite à une chute, mais chez moi rien, mise à part une rubalise à remettre, des cailloux pas sympa à retirer, et quelques passages limites, dont un a quand même dû s’appuyer contre un matelas de protection d’arbre pour rester debout.

Un beau sport de malades en nature, où les pistes leur sont réservées toute la saison. Probablement à refaire.

www.verbierbikepark.ch/ixs_swiss_cup
www.ixsdownhillcup.com

***   ***   ***

Prochaines participations :

19-20 sept. – Course de Côte Châtel-St-Denis - Les Paccots
26-27 sept. – Slalom de Drognens
01-04 oct. – Tour de Corse WRC

26.08.2015

Slalom de Genève 2015

Pour ma 2e participation au Slalom de Genève, je retrouve le même poste que l’an passé, soit le portail situé au fond de la rampe donnant accès à la zone finale du P49. Un poste où le temps passe long… ou presque…

Genève-logo.jpgAvec un départ à l’intérieur des halles, une partie effectuée dans les deux sens, et un final sur une grande place de parc, ce slalom est bien particulier, du coup à mon poste, on a bien le temps de remettre les cônes en place, puisque les départs sont donnés toutes les 40 à 45 secondes. Et ce n’est pas plus mal, car tout comme la chicane au milieu de la rampe, la fameuse porte en diagonale du portail a encore (été) frappé cette année, et ce dans tous les groupes. Avec moi, un jeune nouveau, engagé de dernière minute par la responsable, suite à des commissaires, s’étant désengagés les derniers jours… Nous avons également appris que le papa du duo père-fils français, habitué depuis plusieurs années aux courses romandes, était décédé dernièrement des suites d’une maladie.

Samedi, le soleil est de la partie. Côté infrastructures, les protections de la route adjacente et de la cabine d’entrée du parc ont été améliorées, ne laissant cette fois quasi plus d’angles vifs. J’y ai rajouté comme l’an passé des affiches d’interdiction, plus des mini-cônes pour éviter que des voitures ne s’arrêtent ou ne parquent en bordure de piste, car apparemment par là, on aime bien faire soit l’un soit l’autre à même la route, au détriment des autres et des nombreux bus, pour regarder ce qui ce passe. En plus du poste, j’ai comme l’an passé effectué le contrôle radio pour la remontée des pilotes à contre sens, du parc d’arrivée au parc concurrent.

Dimanche, c’est couvert, et la pluie est annoncée pour 14-15h. Mais en fin de 1ère manche essai, c’est la grosse rincée, qui ne va pas durer très longtemps, mais assez pour embêter tout le monde. Petit hic, nous n’avons pas de drapeau de changement d’adhérence, le seul prévu est à la sortie de la halle. Pas des plus pratique, surtout que mon poste est un des 3 plus dangereux dans ces cas-là. Le week-end va très bien se passer, mise à part quelques frayeurs suite à des gros tapages de freins qui à trois reprises, et par sécurité, nous ont fait décoller de notre emplacement, avec en prime quelques ramassages de pièces. La météo quant-à-elle, aura été bien meilleure qu’annoncée, malgré une nouvelle averse en fin de 1ère manche course.

Ainsi s’achève mon 400e jour d’activité, qui sera suivi par un petit extra de dernière minute.

www.slalom-de-geneve.ch

***   ***   ***

Prochaines participations :

30 août – Swiss Downhill Cup Verbier
19-20 sept. – Course de Côte Châtel-St-Denis - Les Paccots
26-27 sept. – Slalom de Drognens
01-04 oct. – Tour de Corse WRC

Course de Côte St-Ursanne - Les Rangiers 2015

Ma 11e participation à la Course de Côte St-Ursanne - Les Rangiers, manche du Championnat Suisse, du Luxembourg, et d’Europe de la Montagne, représente l’une des courses sur ‟piste‟, soit hors rallye, auxquelles j’ai le plus participé, au même titre que celles de Massongex et Anzère. Evidemment particulière, puisque c’est ici que j’ai vécu ma 1ère et plus grosse intervention majeure, il y a de cela 8 ans déjà.

Cette course représente également un chiffre, le 45 ! Car ce week-end, j’en suis à 45 Rallye, 45 Côte, 45 slaloms, et 45 manifestations diverses. Un week-end pas des plus festifs étant donné qu’il s’annonçait plutôt humide, voire très mouillé… Avec ma collègue habituelle de la région, nous sommes pour la 5e fois au poste 28, le dernier avant la sortie de la forêt, au fond du secteur de la Combe. Une zone en forêt, fraîche, sinueuse, rapide, restant impressionnante année après année, où le niveau de tension augmente au départ du groupe des formules. Suite à la grosse sortie de route de l’an passé, tout le secteur est dès à présent en glissière double, pas très pratique pour nous au niveau de l’enjambée, mais par chance le bidon d’absorbant est grand, et permet de combler une partie de l’inconvénient.

Affiche Rangiers 2015.jpgSamedi, après un rendez-vous à 4h45, c’est mal parti… Cette année, c’est un manque de matériel sur les postes DC qui va nous faire commencer en retard. Du côté du futur vainqueur, ça passe déjà à Mac15 dès la 1ère manche… Puis la pluie va faire son apparition par petites vagues tout au long de la journée. Au 2e essai, Julien Piccina (IS - Scirocco) vient frotter de l’aile arrière la glissière en sortie de courbe, laissant sur la piste plusieurs débris en plastique et autres caillasses. Après un arrêt de course demandé par sécurité, je retire tout cela. Après la montée expérimentale TV d’Albin Mächler (émission Einstein du 24 septembre prochain sur la SRF), un problème médicale dans le public, et un changement de pneus de dernière minute, la pause de midi sera par contre contraire à la piste, soit séchée…
L’horaire de l’après-midi ne va pas être tenu non plus, par un nouveau changement de pneus, et un changement de glissières suite à une sortie au Grippon, où 2 commissaires ont été légèrement blessés, l’un touché par un élément de construction, et l’autre en prenant la fuite. Le drapeau vert sera présenté vers 19h !

Dimanche matin, 6h en poste, et il pleut depuis bien longtemps, et cela va durer jusqu’à 10h, avant de voir une baisse de l’intensité, du coup il fait plus frais que la veille. En 1ère manche course, Daniel Wittwer (E1 - Golf) va nous faire un peu peur avec la perte de l’arrière, mais maitrisé après quelques coups de volant. Puis c’est la sortie d’une formule avant le Grippon, et l’horaire en prend à nouveau un coup. La 2e manche débute seulement à 12h, et les arrêts de course vont être nombreux. Alors que l’on commence gentiment à s’endormir, Patrick Zentner (E1 - Clio Williams) sort trop large et percute violemment la glissière de côté, qui heureusement avec l’inertie, le gardera dans la bonne direction. Une frayeur aussi bien pour nous que pour lui, au vu de la violence du choc. A 15h15, le soleil fait une brève apparition. La 3e manche va commencer avec 2h de retard, et ne va pas durer longtemps, suite à une nouvelle sortie de route au Maran, qui demandera une nouvelle réfection de glissière. A 18h la pluie refait son apparition, et la DC décide de mettre un terme prématuré et définitif à la course.

Un week-end qui aura été un peu longuet, mais dont les passages, même sous la pluie, sont toujours impressionnants à cet endroit. A part 2 drapeaux jaunes fixes de présignalisation, pas grand travail. Par chance, nous n'avons pas eu à utiliser notre semblant de balai, alors s'il reste quelques sous dans le budget glissières, ça pourrait être pas mal d'y penser une fois...

Suite à un conflit, il est important de rappeler que, lorsqu’un pilote est gêné par un véhicule plus lent en manche course, il faut le mettre le plus rapidement possible en sécurité pour éviter de gêner les poursuivants. Si cela intervient sur les derniers postes avant l’arrivée, et qu’il n’y a pas de place d’évitement, il ne faut PAS lui faire signe de passer la ligne du chrono, même s’il a marqué l’arrêt total avant celle-ci. C’est dommage pour les autres, mais cela évitera de nombreux conflits sans fin entre commissaire, pilote et DC.

www.rangiers.ch
www.cem-ehc.eu

***   ***   ***

Prochaines participations :

Slalom de Genève (à suivre…)
30 août – Swiss Downhill Cup Verbier
19-20 sept. – Course de Côte Châtel-St-Denis - Les Paccots
26-27 sept. – Slalom de Drognens

25.08.2015

SOS Commissaires !

gyrophare_rampe_rouge_rotative.gif

Les effectifs commissaires inquiètent régulièrement les organisateurs, au risque de devoir réduire le parcours, voire pire... ce qui serait fort dommageable pour tous.

Merci de vous inscrire au plus vite, ou si vous êtes un habitué, d'avertir le responsable en question d'une éventuelle absence.

Chaque maillon est important !

Vous êtes pilote ou navigo et ne roulez pas, pensez aux autres, car un jour, c'est peut-être votre course qui sera annulée...

Vous êtes novice et vous voulez vous intégrer, mentionnez-le sans gène dans le formulaire.

Au nom des organisateurs, merci de votre soutien, eux aussi sont bénévoles.

Page des inscriptions 2015 : > CLIQUEZ  ICI <

Faire les cours c'est bien, faire les courses c'est mieux !
On ne peut pas tout faire, mais des fois on aimerait bien comprendre pourquoi il y a autant de variation dans les effectifs...

11.08.2015

Mémorial Grône - Loye 2015

La 5e édition du Mémorial Grône - Loye, organisé chaque 2 ans, est une manifestation devenue incontournable pour y (re)découvrir de très belles voitures, motos et side-cars d’hier ou d’avant hier, à 2, 3 ou 4 roues, dont j’ai plaisir à participer depuis ses débuts.

Badge Grône 2015.jpgDimanche
matin, et après une semaine à nouveau très chaude, il pleut encore un peu des suites d’une nuit bien arrosée. Mon poste sera le 11, déjà couvert il y a 4 ans : un droite-gauche-droite le long des rochers. J’y serai seul, car plusieurs commissaires ont apparemment posé un lapin à l’organisateur… La voiture est mise sur une place en sortie du gauche, avec celle de la commissaire du poste suivant, inclus un tas de 11 bottes de paille, dont je vais en mettre 4 devant sa voiture, au cas où, puisque les BMistes se font un peu plaisir dans ce genre de courbe, et il arrive que ça ne fonctionne pas à tous les coups. Sur le poste d’avant pour se coordonner avec les collègues, car les postes ne sont pas à vue, la DC me signale en passant que les bottes doivent être placées sur la ligne blanche selon les marques rouges au sol, pour éviter que la cassure du bitume ne provoque des problèmes aux pilotes. Je les ai donc mis sur la ligne avale en dedans de la route, mais me posant de plus en plus la question de leur utilité, une personne de l’organisation s’arrête et me dit qu’elles doivent en fait bel et bien au milieu de la route (qui ne comporte pas de ligne blanche) et donc condamneront la partie de la piste descendante : là je comprends mieux. Une fois posées, je visualise l’entrée de la zone, 2 bottes blanches directionnelles et goudron gris clair ne font pas bon ménage, je tourne donc les bottes coté pub, le visu est déjà bien mieux, mais il y a un gros trou entre ces dernières et la fin de la glissière. J’en pose donc une sur la bordure herbeuse, donnant ainsi 3 bottes directionnelles, c’est nettement mieux, surtout dans un virage masqué. Une dernière botte sera posée contre le rocher, qui comporte un angle vif, les autres étant obliques ou cisaillés, ils seront méchants si on vient les lécher, mais ne causeront pas d’arrêt brusque. Avant même le 1er départ, je suis déjà en nage… et le temps humide et surtout moite, n’est pas propice pour un choix d’habit idéal, entre t-shirt, pull ou veste pluie.

Affiche Grone 2015.jpgEn milieu de 1ère montée, c’est la grosse rincé ! Par chance, j’ai pu installer mon parasol, bien que légèrement traversant. Et cela va durer jusqu’au terme de la redescente des voitures, dont bon nombre ont fait un sympathique signe de la main ou appel de phare, mais tous n’ont malheureusement pas compris la chance qu’ils ont de pouvoir rouler ainsi, le cul bien au chaud… Afin d’éviter de se déplacer sous la flotte pour retirer les 2 bottes de tête, j’ai posé pour la redescente des mini cônes pour que les véhicules passent du bon côté de la rangé de bottes. Lors de la 2e montée, une fine pluie laisse la place à un ciel couvert à ensoleillé.
La 3e montée débutera à 14h, entre deux, on nous a demandé de ne pas quitter le poste… pour une pause aussi longue, et après une matinée bien arrosée, l’info n’a pas été bien perçue pour ceux qui souhaitaient profiter de manger chaud, en lieu et place du cornet pique-nique complémentaire offert. Demande bien évidemment largement exagérée, car malgré un bon défraiement, nous restons des bénévoles, et surtout des humains. Enfin bref, le retour du soleil durant la pause, était presque trop bon d’un coup, sous un… petit 23°C, mais lourd. Cette montée aura vu sur le parcours, la lugée d’un motard sur une trace d’huile, entre deux postes distants, que personne n’a eu le temps de signaler. Un nettoyage qui a pris 30 minutes. La 4e montée sera un peu plus vigousse, car la route est sèche, et c’est la dernière occasion de se faire plaisir. Malgré cela, aucun incident chez moi, mis à part un motard touchant une botte de paille du genou sans conséquence. En fin de journée, démontage du poste, et comme il y a 2 ans, grillade en commun offert par l’organisateur.

Le manque d’informations durant le briefing et durant les montées elles-mêmes, et un langage un peu dictatorial, ont quelque peu irrité certains, bien dommage pour une si belle manifestation, mais, bien que cela dérange, ce n’était pas si grave que cela, et les habitués qui ont réagi, auraient mieux fait de le faire avec subtilité... Prochaine édition dans 2 ans, et j’y serai, qui devrait laisser sa place en 2016 au 2e Mémorial Orsières - Champex.

www.memorialgroneloye.ch

En ce qui concerne la canicule, les interdictions de feu au Jura et sur Vaud ont été levées, mais restez vigilants ! A noter que Berne, dernier à avoir pris des mesures, est le premier à les avoir retirées… no comment…
www.danger-incendie-foret.ch

***   ***   ***

Prochaines participations :

15-16 août – Course de Côte St-Ursanne  - Les Rangiers
22-23 août – Slalom de Genève
19-20 sept. – Course de Côte Châtel-St-Denis - Les Paccots