Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25.08.2017

Course de Côte St-Ursanne - Les Rangiers 2017

Cette édition des Rangiers s’annonçait un peu particulière, car correspondant à 2 dates anniversaires : la disparition subite d’une amie commissaire l’an passé, ainsi que les événements d’il y a 10 ans ; ma plus grosse intervention médicalisée, toujours bien présents dans mon esprit, et dans ma façon d’agir. Et comme si on voulait que je n’y pense pas trop, les choses ont pris une nouvelle tournure, sans que je m’y attende.

Logo Rangiers.jpgLors du Critérium Jurassien de ce printemps, j’ai reçu une information, qui s’est confirmée comme une demande de la Direction de Course ; passer comme Chef du secteur 6 de la Combe, le responsable actuel rejoignant justement la DC. Si quitter un endroit tranquille, spectaculaire, et au frais, bien que parfois un peu trop, pour un autre face au public, bien qu’éloigné, et disons-le clairement, visuellement moins intéressant mais plus étendu, la proposition ne m’a pas fait réfléchir longtemps, car la confiance étant significative je l’ai acceptée, en avertissant d’entrée de jeu ma collègue de poste, qui appréciait tout autant que moi le poste 28 pour les mêmes raisons, avec qui je fais équipe depuis 2006. Pour cette 13e participation, nous sortons donc de la forêt, toute fraîchement re-bitumée, pour reprendre le poste 31, le dernier des 4 postes DC du parcours, à l’occasion de ma 50e Course de Côte du Championnat Suisse.

Vendredi, après ma participation à l’Alpine Challenge sous un soleil de plomb, la sortie d’autoroute à St-Ursanne change du tout au tout ; il fait sombre, et c’est le déluge. Je monte sur la parcours, afin de voir le secteur, et surtout mon nouveau poste. A la sortie de la forêt, c’est l’étonnement, car la zone du camping est très en avant, et jusqu’au fond vers la glissière. Au 31, je profite juste d’une mini accalmie pour poser les barrières vauban afin de bloquer le chemin où seront les véhicules de 3 postes et ceux d’intervention, soit l’ambulance et l’adjoint de DC, plus les ponts et chaussées sur le chemin d’en face.

Affiche Rangiers 2017.jpgSamedi, les effectifs commissaires sont bons, mon secteur, allant du 25 au 31, soit le dernier secteur de forêt jusqu’à la fin du plat de la Combe, sera ainsi bien couvert, avec 16 personnes pour 7 postes, dont 3x 2 personnes seront à leur poste habituel. Dans les nouveautés, un lunch par jour nous est offert, et surtout, le parcours compte dès à présent 8 feux, sous forme de pavé à Leds ; une bonne aide au travail et parfaite au niveau du visuel, mais dont certains pilotes ont tendance à attendre de voir un drapeau pour vraiment ralentir, prudence donc. Au rendez-vous, on me remet un cartable, contenant la liste des commissaires à répartir, un dossier sécurité, les drapeaux, et les radios. La journée s’annonce belle, avec une possible averse, dont l’heure varie selon les supports météo. Dès son arrivée en poste, j’ai discuté avec l’adjoint DC concernant l’utilisation du drapeau rouge, que nous utilisons bien évidemment en cas de sortie du dispositif d’urgence, mais aussi, selon les cas, pour bloquer les concurrents avant l’épingle du Petit Susten, étant donné que nous avons de la place et du visuel pour faire tourner les voitures en cas de re-départ, mais cela bien évidemment que le dimanche. Chez nous, un pilote s’arrêtera suite à une crevaison lente, qui lui a valu une petite frayeur au moment de freiner pour se mettre en sécurité. Le reste a été une pré-signalisation pour sécuriser l’épingle. La pluie quant-à-elle, est belle et bien apparue, mais n’a pas fait long. Le timing a par contre été retardé suite à divers pannes et sorties. Le soir, récupération des radios afin que le fournisseur puisse les remettre en charge, souper, et dodo.

Dimanche, passage au rendez-vous pour reprendre les radios, et les distribuer directement sur les postes. Et la journée va plutôt être mouvementée… Les ponts et chaussées vont devoir intervenir 3 fois pour remettre en état les glissières. De notre côté, l’arrêt d’une formule pour un problème moteur, et la pose de 3 drapeaux rouges. La 1ère manche a duré jusqu’à 14h, la seconde a été longue aussi, avant de bien se terminer. Une journée qui a pris fin à 20h10, suivi du retour du matériel des commissaires du secteur, que j’ai ramené au responsable, avant de reprendre la route à 21h15, moment où les 1ers concurrents rejoignaient leur assistance, de nuit… Si un commissaire français était un peu fâché de cette fin tardive, car pas mal de route à faire, les autres sont revenus avec le sourire, et l’envie de revenir. Reste encore à comprendre pourquoi sur certaines vidéos internet, on voit des commissaires assis à des endroits où cela roule à plus de 200km/h…

Un grand merci à la DC pour leur confiance, sur un poste qui change, mais que j’ai bien apprécié au vu des nouvelles missions qui s'y rapportent.

www.rangiers.ch
www.cem-ehc.eu

***

Prochaines participations :

Downhill - Verbier – à suivre…
Rétro Inter. Ollon - Villars – 26-27 août
CCôte Châtel-St-Denis - Les Paccots – 16-17 septembre

24.08.2017

Alpine Challenge by RdCH 2017

Plaque AlpineCh 2017.jpgRepris depuis l’an passé par l’organisateur du Rallye du Chablais, l’Alpine Challenge, un rallye de régularité sans rapport direct avec les bolides bleus ou jaunes, avait annoncé sur le podium de l’an passé à Villars, que les dates 2017 seraient avancées d’une semaine suite à une autre manifestation sur la station, correspondant ainsi malheureusement aux dates des Rangiers. Du coup, j’ai tout de même décidé de m’y proposé à nouveau à l’équipe chrono, mais que pour le vendredi, pour autant que l’heure de fin me donne la possibilité de partir au Jura avant la fin de l’après-midi, et donc sans même le souper, ni le logement, car le rendez-vous du samedi matin est tôt, et les journées y sont souvent longues.

Malgré que les dossiers aient tardé à venir, ma participation s’est donc confirmée. Pour chaque ZR (Zone de Régularité), j’ai ainsi reçu l’itinéraire pour rejoindre le DES, les horaires officiels de mise en place et de passage, la carte de la ZR, les photos des postes (le DES, les 3 points de chrono et l’AES), ainsi que le road book de la ZR. Avec cela, je me suis confectionné un petit aide-mémoire pour avoir le temps nécessaire et celui à disposition pour passer d’un point à un autre.

Affiche AlpineChallenge 2017.jpgVendredi, la prise du matériel est à Villars, et pour cette journée de prologue, je suis sur la ZR 1 et 4. La 1ère est à 10 minutes. Sur place, au frais dans la forêt, pas de cellule à installer, car cette année, on fait avec la poire, et là, c’est pas top… un endroit un peu serré en sortie de courbe masquée, du coup, en restant dans la voiture, je ne voies pas les numéros. En me mettant en retrait c’est ma voiture qui me les masque, alors j’ai décidé de me mettre en arrière, en prenant un point de repère pour le déclenchement. Une fois la mission terminée, j’ai rejoint les autres commissaires et nous sommes partis sur la ZR suivante, avec un arrêt repas sur le trajet.
La ZR 4 est sur la région de Chexbres, en suivant les cartes et non les points GPS donnés, sinon on aurait plongé dans le lac à Montreux… Ca a parfois du bon de ne pas être connecté en permanence ;-) En poste sur la route descendant à Epesses, l’endroit est idéal car sur un chemin partant en contre bas, caché derrière les murets longeant la route. De plus, la vue est magnifique, et le soleil s’en donne à cœur joie. A la fin de cette seconde mission, j’ai remis le matériel aux collègues et suis directement parti sur le Jura. Une édition un peu courte pour moi, mais le plaisir d’y avoir participé, sachant de plus que le vendredi, il n’est pas facile de trouver du monde. Merci les chronos, en espérant que 2018 soit plus favorable.

www.alpine-challenge.ch

***

Prochaines participations :

CCôte St-Ursanne - Les Rangiers – à suivre...
Downhill - Verbier – 25 août
Rétro Inter. Ollon - Villars – 26-27 août
CCôte Châtel-St-Denis - Les Paccots – 16-17 septembre

13.08.2017

GP Caisses à savon Champéry 2017

Le Grand Prix de Caisses à Savon de Champéry, organisé par l’office du tourisme, représentait pour moi une toute nouvelle discipline, la 17e, nommée aussi Speeddown. Etant sur un cumul l’an passé, j’ai pu ainsi la découvrir cette année.

Logo Champéry jaune.jpgSi ce jour de course est le 1er ensoleillé d’une semaine maussade, l’air est un peu frais ; nous sommes à plus de 1000m, et la veille il a neigé à 2000, je me suis donc équipé avec une petite couche supplémentaire. Le poste est un virage serré, précédé d’une partie bosselée avec une petite chicane de ralentissement, et suivi d’un long bout droit. Sur le haut, le passage des piétons est difficile, car démuni de trottoir, mais sur le bas aucun soucis. En arrivant au poste, nous avons participé au montage complet de la piste, car cela n’avait pas encore pu être fait. Les bottes de pailles et les séparateurs de voies en plastiques ont été entassés sur les trottoirs, mais sans être disposés. L’organisateur transportant encore du matériel, nous avons donc commencé le montage, sans pour autant savoir vraiment comment… Bien sûr qu’avec notre expérience, le travail a été effectué avec réflexion, mais même avec de gros tas de bottes, il n’y en avait pas assez pour tout protéger, notamment toutes les barrières à tubes au-delà du trottoir ; il a donc fallu établir les priorités. Nous avons également confectionné une échappatoire sur le poste. L’ensemble n’est pas trop mal, mais les dangers n’étant pas 100% protégés, cela laisse tout de même une certaine appréhension, même si l’organisateur n’a pas fait de remarque lors du contrôle. De là, nous avons enlevé deux couches, car il faisait soudainement chaud. A noter qu’en visionnant des photos des deux années précédentes une fois rentré, cela ne correspondait pas trop. La pause de midi quant-à-elle, s’est faite sur la piste entre 2 manches, avec livraison de pizza.

Niveau participation, elle n’est pas très élevée, avec moins de 20 engins, effectuant 1 manche de reconnaissance, puis 2 manches chronométrées. Si le concept est assez sympa à vivre, le timing a lui aussi eu un peu de peine à suivre, avec des coupures qui ont cassé le rythme, incitant surtout le public et les touristes à bouger, y.c. dans les ruelles sans séparation. Les gens, aussi bien en déplacement qu’à notre poste, n’étaient pas du tout conscients des risques d’une sortie de route, même des véhicules les plus lents. Pour ce qui est des incidents chez nous, 4 à 5 têtes à queues, dont 2 ayant percuté avec le nez, les bottes que nous avions mises à l’intérieur du virage contre le trottoir. Un autre véhicule prenant la courbe trop large, est passé en mode bobsleigh contre les séparateurs plastiques, faisant étonnamment se lever une personne en mode j’ai rien à craindre sur mon escalier en sortie de virage. Cela a même fait reculer des gens qui étaient déjà en sécurité.

Petite journée sympathique sous une météo chanceuse, clairement à refaire, en espérant un mieux au niveau de la "cadence man !", et de la préparation, puisqu'ils disent eux-mêmes que la sécurité est une priorité. Par contre, il se pourrait aussi que le mois d’août 2018 soit passablement chargé, alors on espère que…

A Jacques (Au Colonel)

www.champery.ch/gpchampery

***

Prochaines participations :

Alpine Challenge by RdCH – 18 août
CCôte St-Ursanne - Les Rangiers – 19-20 août
Downhill Verbier – 25 août
Rétro Ollon - Villars – 26-27 août

02.08.2017

Cyclosportive des Vins du Valais 2017

Le 1er août rime pour moi depuis 3 ans avec le cyclisme, une manière de faire de la sécurité pour des organisateurs que je côtoie également sur une autre manifestation, permettant de consolider la relation de confiance. Et cette année, c’est eux qui m’ont relancé.

Flèche CycloVSb.jpgCertains vont me dire "et les pompiers ?". Car oui, cette journée est chargée pour sécuriser une des plus grosses places de tir de Suisse, mais elle n’est pour moi plus d’actualité depuis 2 éditions ; place aux jeunes. J’y serai peut-être encore si j’avais accepté d’aspirer à être sous-officier fin 2014, mais au vue de mes autres activités, et n’ayant pas trop l’envie de remettre le nez dans des classeurs, j’ai décliné la proposition. Depuis 11 mois en revanche, j’ai été intégré dans un service de piquet pour les grosses alarmes, mais ne travaillant pas sur place, cela représente à ce jour, moins d’une intervention par mois, pour moins de 2 alarmes me concernant par mois. Le bip quant-à-lui, s’active bel et bien pour les 300 alarmes annuelles, jour comme nuit ; une simple question d’habitude.

La Cyclosportive des Vins du Valais, c’est une "balade" centrée à Sion, avec 6 boucles différentes, et 3 zones chronométrées, avec comme extrémités Martigny et La Souste, soit pour les plus courageux, 140km pour 2072m de dénivelé. Bien qu’escorté par les motards de la FMVs, tout se fait sur route ouverte et selon la LCR, avec des endroits sécurités, comme le mien, sur la traversée de la route cantonale à Venthône, entre Sierre et Montana, située sur le tracé des 2 plus grands parcours ; une grande épingle avec une assez bonne visibilité, mais pour les coureurs, une zone en montée qu’ils apprécient de passer sans poser pied à terre. Cette année par contre, les "merci" dans les groupes de devant ont été un peu plus discrets. Avec un peu de signalisation personnelle, presque indispensable en étant seul, la cohabitation se passe très bien, et les coupures sont assez rapides. Selon discussion avec un ami motard, le timing me permettrait même d'occuper un autre poste dans la matinée, chose donc à proposer l'an prochain. A noter que l’organisateur a remplacé sa signalisation fléchée orange, par de la jaune, qui aurait mérité d’être un poil plus fluo. Sous un bon vent de face et une température de 35°C (37 à Sierre), cette journée, la 20e dans le cyclisme, aura été bien chaude.

www.lacyclosportivevalaisanne.ch

***   ***   ***

Prochaines participations :

GP Caisses à Savon Champéry – 12 août
Alpine Challenge by RdCH – 18 août
Course de côte St-Ursanne - Les Rangiers – 19-20 août
Downhill Verbier – 25 août
Rétro Inter. Ollon - Villars – 26-27 août

31.07.2017

Course de Côte Ayent - Anzère 2017

La Course de Côte Ayent - Anzère aura débuté comme le mardi précédent… avec 2h de retard… le réveil ayant pitié de moi, il a décidé de s’éteindre une seconde fois en pleine nuit en l’espace de 5 jours. Par chance, ne me voyant pas au rendez-vous commissaires, une amie m’a sorti des plumes, ce qui m’a permis d’arriver en poste juste avant la distribution des radios par le responsable commissaire, qui de plus m’a amené mon matériel de poste. Merci les z’amis ! Déjà que cette 13e saison Côte sera courte, il aurait été dommage d’en louper le début.

Affiche Anzère 2017.jpgSamedi, retour donc au poste 11 à l’intermédiaire des Flans, et me semble-t-il pour la 1ère fois… seul. Les effectifs sont extrêmement bas, un brutal contraste avec l’an passé, où nous étions entre 3 à 5 par poste. La commissaire du 10 est également seule, et de plus est une novice des rallyes. Au 9 ont été mis une jeune, mais de confiance, et son copain, car la zone réserve très souvent des figures de style ; de ce fait pas de soucis, nous sommes couverts en cas de problèmes. En face, le restaurant en construction laissé à l’abandon depuis quelques années, renait avec la pause d’un pavage en guise de parking, et du coup, la double glissière intérieur en sortie de "S" a été rallongée en contre bas, ce qui évitera que les concurrents aillent frotter la désormais ex-botte de paille qui avait tendance à glisser, et se faire découper par les déflecteurs latéraux. La piste elle-même sur le secteur, est de plus en plus marquée, ce qui en retient certains, mais en surprend d’autres… Côté liaisons radio, la course est connue pour quelques zones d’ombres dans la couverture, mais j’ai tout de même l’impression qu’avec le fournisseur actuel qui dessert aussi d’autres courses, aux nombres de messages qu’il a fallu répéter et re-répéter, on ne va pas du bon côté…

La matinée va plutôt mal commencer, avec une sortie de route sur le haut, qui a été annoncée à la méthode rallye et non course de côte, mais la DC a de suite réagit en allant immédiatement sur place avec le médecin. Une interruption dépassant l’heure, suite à une désincarcération et un héliportage du blessé, qui a pu quitter l’hôpital le soir même. Cette 1ère manche essai sera le théâtre chez nous, enfin chez moi, d’un bon nombre de passage en glisse, d’une belle grosse léchouille latérale de glissière d’une Clio, dont les morceaux de pare-choc ont giclé à plus de 20m mètres, puis d’un gros coup de c.. fesse d’une Kadett contre cette même glissière, qui s’immobilisera sur la piste. Pendant que le poste suivant me le met en sécurité, je drapeaute les suivants qui arrivent en douceur (contrairement à d'autres ailleurs), en leur faisant signe qu’ils peuvent continuer. Je découvre par la suite, que 3 goupilles de capot sur 4 ne sont pas correctement mises ; une inattention aussi bien de son équipe que de la grille de départ, qui aurait pu lui couter cher. En fin de journée, alors que l’horaire élastique se tend de plus en plus, et que la pause de midi a été sucrée, le poste 9 stoppe les départs, puis quelques secondes plus tard, annonce que la voiture est sur le toit, et que le pilote y est coincé. Je pique un sprint, et sur place le pilote détaché, nous fait un haut les mains à l’envers presque parfait, la tête un poil enfoncé contre le toit. Un peu mal pris, il a fallu en plus du calme et de la clarté, lui toucher les genoux et les chevilles pour lui faire comprendre comment plier ces derniers, afin qu’il puisse sortir du véhicule en évitant le levier de vitesse, le tableau de bord, et le volant. Soulagement. Chose effectuée avant même l’arrivée des véhicules DC. Puis, remise de la voiture sur ses roues, avec au préalable un pivotement pour ne pas qu’elle soit dans le sens de la pente, nettoyage de la route, accompagné d’une balayeuse dont le pilote ne s’était pas encore familiarisé avec les commandes, tout en gardant un œil sur le pilote.
Fin de journée à… 19h15 ! soit 13h après la mise en place, alors que les formules, et ce n’est pas la 1ère année, effectueront leur 3e manche, qui n’est pas facultative, le lendemain. Quand on nous annonce d’entrée de jeu au briefing du matin que la pause de midi n’est pas garantie, est-ce correcte vis-à-vis d’officiels de sécurité bénévoles et amateurs ? Oui la course est appréciée car les 2x 3 manches sont garanties, mais est-on conscient que la fatigue cumulée au bord de piste pourrait leur porter préjudice ? Il serait surtout nécessaire de trouver une solution pour gagner du temps, en arrêtant de blinder la piste entre les séries, tout en faisant un peu plus confiance à son personnel de piste, comme ailleurs. A coté de cela, un geste pour le surplus aurait été somme toute assez simple à faire.
Après le repas au centre scolaire de St-Romain, l’abri PCi, qui habituellement débordait de vie et de camaraderie, n’accueille que… 3 personnes ! De plus, il y a eu un couac puisque celui-ci n’était pas tout à fait prêt à nous accueillir ; comme de coutume pas d’eau chaude à l’abri, mais pas non plus aux douches, et un taux d’humidité plus propice à la neige artificielle qu’au logement…

Dimanche, alors que quelques commissaires se sont ajoutés par-ci par-là, je reste seul. La journée va à nouveau être confrontée à des interventions, ainsi qu’à un brouillard coriace entre 10 et 11h. Autant dire que la pause de midi à une nouvelle fois été zappé… Chez moi, 2 arrêts ; une formule pour la rupture d’un cardan, ainsi que non moins que le prétendant au scratch des voitures de tourisme, victime probablement d’une casse moteur. Avec tous ces arrêts, j’ai au moins pu papoter avec des connaissances sur la zone public des Flans, qui cette année était moins garnie que d’habitude. Retour à la maison encore plus tard que pour une course au Jura...

Au terme de cette édition, je ne sais plus trop quoi penser… Effectifs catastrophiques, et gestion de course n’évoluant pas, montrant pourtant certaines limites. Et malheureusement, certains à-côtés n’améliorent rien. Il est fort dommage que l’énorme travail fourni par l’organisateur pour le montage de piste et de ses alentours, passe en second plan, face à une DC scotchée à son système, et qui a visiblement de la peine à se détendre face à ses officiels de terrain, dont ceux-ci n’ont plus l’envie de collaborer, malgré la présence d’un responsable commissaire apprécié. Si le rêve d’une course avec 100% d’officiels valaisans, voire locaux, se traduit par des non-licenciés, non-formés, et pas du milieu, comme l’a fait le KartShow de Monthey… le mur n'est pas loin.

Durant la semaine, des remarques sur le net d’un commissaire, responsable sur d’autres manifestations, ainsi que les remarques plus ou moins constructives, ou pas, de certaines réponses, lui a valu un contact et un rendez-vous rapide avec le Président du comité et un de ses membres, auquel le commissaire m’a convié, car ayant les mêmes points de vue que lui, selon notre rapide discussion du dimanche soir au retour du matériel. Des points/conseils ont été soulevés, et ils sont conscients, bien que pas au courant de tout, qu’il y a quelque chose à faire afin de re-fidéliser son personnel de piste, tout en souhaitant que la DC arrondisse les angles dans sa manière de faire, afin que la problématique temps, et que la collaboration/confiance entre tous les gestionnaires de piste soit retrouvée. Je souligne que cette entrevue a été proposée par le Président lui-même, et que nous y sommes allés en toute amitié, afin de proposer des améliorations selon nos expériences, sans aucune pression ni condition, pour préserver une Côte romande très appréciée. Merci à eux !

Les commissaires sont au cœur de la course, mais souvent derrière certains rideaux, et certains beaux sourires qui montrent que le week-end a été parfait. Par contre, comme d'autres, je suis toujours présent, car il y a d'autres moyens. ABE…

www.ayent-anzere.ch

***   ***   ***

Prochaines participations :

Cyclosportive Valaisanne – 1er août
Caisse à Savon Champéry – 12 août
Alpine Challenge by RdCH – 18 août
Course de Côte St-Ursanne - Les Rangiers – 19-20 août

20.07.2017

Autocross de Bure 2017

L’Autocross de Bure, c’est la période de transition entre le slalom et la côte, qui tombe à pic à mi-saison, pour se changer les idées, bien qu’avec la même fonction, mais dans des conditions bien différentes. Une sorte de détente, mais qui demande encore plus d'attention. Une 7e participation depuis ma toute première il y a 10 éditions.

Affiche Autocross 2017.jpgSamedi, je suis avec un novice, ma collègue habituelle n’étant pas là cette année, au même poste que d’habitude, soit un virage goudronné et montant, après le rectiligne du départ. La journée a débuté par les qualifications, soit 3 tours avec 4 véhicules par série, lâchés individuellement. En gros, une mise en route plutôt calme, sauf quand les talus sont mordus d’un peu trop près, et que l’engin part en tonneau. L’après-midi, c’est la 1ère manche, et elle a été bien animée : voiture sur le toit, sur le côté, y.c. avec des fuites de carburant, sur le talus, dans les arbres, bref c’est parti assez fort. Même que croyant allé ramasser un bout de portière que je n’ai vu tomber, c’est un capot que j’ai ramené à un pilote, et celui-là, on l’aurait bien gardé comme bouclier vis-à-vis des projections de la piste. Lors d’un départ des buggys, un travers dans la meute a mis 4 concurrents sur le bas-côté à ma hauteur, sous forme d'une collision en chaîne qui visuellement ne m'a pas inquiété plus que ça. Le 1er tente de repartir, mais le véhicule ne veut pas redémarrer, le 2e en travers coincé entre deux met les gaz pour tenter de se démêler, le 3e a une roue arrachée, tassé par le 4e, qui lui, curieusement est le seul à ne rien tenter… Trouvant ça étrange, je le fixe. Et ce que j’aperçois me met immédiatement en alerte, je traverse la piste en courant, confirmant de près l’observation : corps immobile, tête inclinée sur le côté......... J’ordonne un drapeau rouge et demande l’ambulance. Les concurrents ont fait les 3 quarts de la boucle, et s’apprêtent à repasser, alors que le pilote recommence tout juste à se re-mouvoir… soit une grosse 15aines de secondes plus tard… ouf ! Se tenant par la suite la nuque, et revenant complètement à lui, je l’encourage avec mes quelques mots d’allemand à ne pas se dé-casquer et à rester assis dans le véhicule. Le service médical prendra le relais, bien que je n’aie pas compris pourquoi le pilote a regagné son assistance quasi dans la foulée, dans son propre véhicule croché à un tracteur… Un non-sens que j’ai relevé à la DC dimanche soir. Des sorties j’en ai eu des tas, mais un pilote inconscient… Une 1ère que je ne suis pas près d’oublier…

Coupe3nations.jpgDimanche, je suis avec un autre collègue, ayant déjà pratiqué sur un autre poste. Avec une seconde manche le matin et les finales l’après-midi, entrecoupées à chaque série par la remise des prix, la journée aura été un peu plus calme, bien qu’avec une nouvelle voiture sur le toit, dont le pilote a mis du temps pour comprendre qu’il pouvait se détacher et sortir, et une sur le côté, dont la porte maillée ne s’est ouverte qu’avec un gros coup de pied du pilote. Pour moi, mise à part un gros taquet de terre derrière la nuque, une très belle édition, effectuée sous une météo parfaite, un peu fraîche le samedi, et tempérée le dimanche, qui aura demandé un arrosage régulier afin d’améliorer la visibilité, et la respiration.

www.facebook.com/Autocross-Jurassien-287117540585
www.3-nationen-cup.com

***   ***   ***

Prochaines participations :

Course de côte Ayent - Anzère – 22-23 juillet
Cyclosportive Valaisanne – 1er août
GP Caisse à Savon Champéry – 12 août