Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29.06.2022

Slalom de Chamblon 2022

Le Slalom de Chamblon, incroyable mais vrai !, est cette année la dernière manche du CS de Slalom, avec un record négatif pour moi, soit une participation à seulement 2 manches, suite à 1 cumul et 2 annulations. Autre particularité, il n’aurait pas eu lieu en 2021, car l’armée avait attribué la même date à l’organisateur de Romont. Une situation qui s’ajoute aux autres difficultés d’une telle organisation. Pour ma part, il s’agit de mon 70e slalom, dont le 1er avait été celui de Moudon en 2005.

Affiche Chamblon 2022.jpgSamedi, au rendez-vous, beaucoup de nouveaux ou de commissaires rallyes ont répondu au manque d’effectif. Malheureusement pour eux, pas de briefing. Il est bien loin, trèèèès loin, le temps où nous nous disions tous, tous les dimanches soirs : "Bonne semaine, à samedi", car à cette époque, non, les briefings n’étaient pas nécessaires. Mais les temps ont changé, et cela ne date pas d’hier, car ce n’est pas la 1ère fois que je le signale, et si nous voulons conserver et renflouer nos effectifs, il serait bien de ne pas oublier le principal… (parole d’instructeur et de passionné, qui effectue quasi l’entier des CS en Romandie, et constate les problèmes du terrain). Avec justement un nouveau, j’occupe pour la 15e édition consécutive le même poste depuis mes débuts ici. La matinée est fraiche, avec quelques nuages bas, mais cela va très vite chauffer et atteindre 31°C l’après-midi. Les prés sont fauchés, mais il reste un intérieur de virage avec des hautes herbes qui nous masquent la vue. Suite au manque d’inscription concurrent, les espaces vont être rallongés, ayant ainsi un véhicule toutes les 40 voire 60 secondes. Si de base la chose n’est pas en soi une mauvaise idée, elle a par contre eu des conséquences en bord de piste ; la chaleur, le manque de rythme, les écarts non fixe, et l’activité au ralenti, ont créé une atmosphère soporifique, et une lassitude qui nous ont même fait oublier de mémoriser les numéros. Les commissaires rallyes n’y ont peut-être vu que du feu, mais pour les habitués des slaloms, ce n’était pas idéal. Bref, journée moyenne pour la concentration et l’efficacité ; un grand merci aux L4 qui nous ont permis de rester éveillé
:-) Avec une 1ère manche course finissant à 16h, et une seconde en conservant ces écarts, la journée s’est logiquement terminée avec 1h de retard. Le souper a quant-à-lui déménagé de la butte à la cantine de la caserne, avec, oui oui, une bourgui.

Dimanche, il a plu pendant la nuit, le temps est à nouveau frais et bien couvert. Très vite au loin, une ondée pluvieuse se dirige sur nous. Le gros va comme souvent passer à côté, mais nous avons tout de même pris une belle averse durant la 1ère manche essai. Par la suite, les choses se sont améliorées pour atteindre les 28°C. Au niveau rythme, nous avons enfin eu une amélioration, mais pas durant toute la journée. Contrairement à d'autres postes, nous n’avons eu aucune intervention, aucune trace de frein artistique, aucune botte de paille maltraitée, et assez peu de cônes ; 52, soit le chiffre le plus bas depuis que je note en 2014, alors qu’ils étaient jusque-là entre 63 et... 114 (!), sans aucune feuille de pénalité vide.

Une énorme plaisir d’avoir retrouvé ce slalom, toujours apprécié par sa configuration en nature, et par l’accueil de l’organisation.

www.ecuriedunord.ch

***   ***   ***

Prochaines participations :

Cyclo Châtel Chablais Léman Race – 03.07
AutoCross de Bure – 09-10.07
CCôte Ayent - Anzère – 23-24.07
Montreux Trail Festival – 30.07
Tour des Stations – 06.08

24.06.2022

Course de Côte La Roche - La Berra 2022

Après non pas 2, mais 6 éditions d’absence, la Course de Côte La Roche - La Berra est enfin de retour ! Une bonne nouvelle pour les Fribourgeois, de plus amputés cette saison de 3 courses sur 4, suite à des chantiers. 1008 jours après la dernière en Romandie, elle représente ma 60e Course de Côte depuis ma toute première, soit… St-Jean - Grimentz en 2005, alors que depuis, je n’ai loupé que 5 manches romandes du CSM.

Si la dernière édition s’était déroulée dans une chaleur mémorable, celle-ci risquait de l’être également, mais tout de même dans un contexte différent. En 2015, cela durait depuis 2 semaines, sans aucun orage ni répit, y.c. la nuit, et particulièrement en Valais… Il faisait 28°C (!) à mon départ à 5h du matin, 19°C en arrivant à la Roche (une véritable libération), mais il avait fait 35°C le samedi, 36°C le dimanche. Cette année, la neige est tombée à 2300m la semaine précédente, et la vague de chaud n’est qu’à son début, bien qu’elle monte assez rapidement. 21°C au départ du Valais, 15°C à la Roche, j’ai observé un 32°C le samedi, avec parfois un courant agréable, et 35°C le dimanche avec des courants chauds.

Affiche Berra 2022.jpgSamedi, je réintègre mon poste pour la 5e fois sur seulement 7 participations, soit l’épingle intermédiaire, avec la gestion des bus navette pour le public, histoire de profiter à fond du soleil, ainsi que la réintroduction et la gestion d’un drapeau rouge, une de mes propositions discutée depuis quelques années avec les DC, et validée ici, afin d’apporter une amélioration aussi bien pour les intervenants que pour les concurrents. Par contre… ici non plus, le nouveau règlement des drapeaux jaunes n’a pas été pris en compte… Avec un collègue, nous nous installons sur notre talus pentu, où deux pieds du pavillon doivent être réhaussés afin qu’il soit droit, et trouver une solution afin éviter d’avoir les pieds tordus toute la journée, surtout avec une cheville toujours en délicatesse. Le principal problème, un "buisson" de feuillus au centre de l’épingle qui, avec les années, a pris du volume, et ne permet plus de se placer, afin de voir correctement aussi bien l’entrée de la pré-courbe, que le poste suivant. Une fois en place, la journée va très mal commencer, avec un contrôle radio qui va s’éterniser, et des liaisons catastrophiques jusqu’au soir. On a déjà mis en garde… là, c’est au-delà de la limite, qui aurait pu avoir de graves conséquences ; il serait grand temps que… De notre côté, la journée va être assez calme, si ce n'est une panne et une botte de protection à remettre. L’horaire quant-à-lui a vu le 4e essai être annulé déjà à midi, alors que la 2e manche venait tout juste de débuter, tout comme le 5e prévu le lendemain matin. Des pertes de temps pas toujours compréhensives, mais qui tendent à se répéter. Après le souper au restaurant du haut, et un passage vers une écurie suisse-alémanique, la fraicheur (voir presque un peu trop…) des abris PCi a fait du bien.

Dimanche, les transmissions sont meilleures, mais pour ma part elles vont à nouveau se dégrader, et on a réellement frisé la cata... avec au même moment une indisponibilité du réseau mobile. La journée a été très vite animée, avec 2 bottes percutées et à changer, dont l’une inutilisable, ainsi que 3 pannes juste avant le poste. Après la pause de midi, nous avons organisé une chasse au public ; dahus dans un endroit pentu, caillouteux et instable, père et fils sur un muret en trajectoire, ou places étonnamment vident derrière une glissière à côté d'une grosse zone public... SOS... Niveau drapeau rouge, la 1ère occasion n’a pas pu être concrétisée, car les informations du poste en question n’ont pas été données assez vite ; cela aurait permis à 3 formules de ne pas monter plus haut pour rien. La seconde a bel et bien été exploitée, permettant ainsi de bloquer 2 concurrents. Après une grosse intervention dans le bas du parcours suite à une fuite d’huile sur… 1km, l’horaire, pourtant bon à ce moment-là, n’a pas permis à la 3e manche de se terminer, avec en plus l’intervention à deux reprises dans cette période, du service médical suite à des malaises dans le public. Restera un autre point négatif, le fait d’avoir dû (et pas vraiment indispensable) attendre durant 30 minutes (!) en plein soleil le passage du personnel qui récupère le matériel de poste, et qui ainsi, a réduit à néant toutes mes bonnes pré- et dispositions pour me préserver de la chaleur du week-end, et ainsi me sentir mal lors de la reddition, décidant du coup de ne pas profiter de la cantine, mais de rentrer sans tarder en régulant la température de la voiture. Et avec une température nocturne en augmentation et atteignant les 28°C 3 jours plus tard, autant dire que je n'ai pas été bien jusqu'à jeudi, avec enfin de la pluie et une baisse des températures…

Merci au comité pour l'accueil, et d’avoir relancer une des plus belle de la saison !

www.courselaberra.ch

***   ***   ***

Prochaines participations :

Slalom de Chamblon – 25-26.06
Cyclo Châtel Chablais Léman Race – 03.07 (mais pas avec eux...)
AutoCross de Bure – 09-10.07
CCôte Ayent - Anzère – 23-24.07
Montreux Trail Festival – 30.07

14.06.2022

Rallye du Chablais 2022 - EHRC, ERT, TER

Le 18e Rallye du Chablais, sous la houlette d’un nouveau Directeur de Course, accueillait une manche FIA du Championnat d’Europe des Rallyes Historiques, en plus d’une palette d’autres trophées nationaux ou internationaux, y.c. de la régularité sportive. Au programme pour ma part, celui qui était prévu en 2020 avant son annulation, soit Chef d’ES non plus sur Les Avants, mais sur Muraz, mais... le samedi matin, et Starter sur la Super ES de Collonges l’après-midi. Sauf que, comme cela impliquait de devoir partir avant la fin du second passage, afin d’être à l’heure sur la Super ES, j’avais proposé de n’être qu’adjoint, tout en accompagnant une nouvelle responsable.

Plaque RdCH 2022.jpgAprès une édition 2021 réduite, cette année le programme initial a été remis sur la table, et les fonctions de chacun ont à nouveau été acceptées, puis validées par toutes les parties. Malheureusement, au fil des semaines, cela n'a pas fonctionné, et à… J-10, j’ai dû reprendre définitivement la responsabilité de l’ES. Heureusement j’y avais gardé un œil, car c’est court, lorsqu’il faut reprendre et rattraper plusieurs éléments, alors que la tête n’est pas vraiment à fond dedans, puisque sensé n’être qu’adjoint, et de plus dans une période professionnelle chargée, et une cheville blessée depuis 2 semaines avec détérioration. Bref, ce sera une 1ère (encore une au Chablais) non souhaitée, cumuler 2 responsabilités le même jour. Si les rallyes manquent de Responsables, d'ES ou autres, soit une "personne qui a la charge d’une fonction, et la capacité de prendre des décisions dans une organisation" (définition du Larousse), ils manquent également de commissaires. Ils n’étaient que, responsables d’ES inclus, 55 (!!) inscrits à la fin du délai initial début mai. Les Commissaires Généraux ont dû faire de multiples téléphones pour doubler le chiffre, et atteindre les 110, répartis en 70 le vendredi et 90 le samedi, avant plusieurs désistements. A l’heure où plusieurs manifestations en tout genre en Suisse annoncent des annulations suite à un manque de bénévole, les inquiétudes sont grandes, et cela pourrait avoir des conséquences non seulement sur la prochaine édition, mais sur le prochain rallye… voire les prochaines courses.

Pour le vendredi des recos, la cheville est contrôlée comme meilleure que prévu, elle est utilisable (soulagement), mais elle doit encore être ménagée et soutenue. Ce prémontage, d’une durée effective identique à l’an passé, soit 6h30 (!), est avancé en matinée sur proposition d’une adjointe, avec l’aide de son homme, et de la seconde adjointe, plus 2 de ses connaissances durant la matinée, la troisième adjointe étant absente, car dans le staff du pèlerinage de Lourde. 1ère mauvaise surprise, il n’y a pas assez de piquets pour tous, et des 360 commandés, selon montage de l’an passé, nous n’en aurons que… 300. Pour ces recos, alors que nous en avions posés 160, nous avons dû réduire le nombre de cordes et les longueurs des doubles banderolages de sécurité afin d’économiser, en arrivant au chiffre de 115. De ce fait, nous n’en aurons que 185 au lieu de 200 pour le montage principal. L’arrivée sur la zone finale fait tout bizarre car tout est vert, contrairement à l’an passé, où il y avait des murs de neige de plus de 2m, et constatant que le bovi-stop de l'étang a été sécurisé de belle façon.
Durant les recos même, pas de soucis avec les cailloux, qui descendent en matinée, mais passent rarement les mini-digues. A noter que pour le dimanche matin, je m’étais annoncé pour fonctionner comme signaleur au Tour du Pays de Vaud, qui effectuait une multi-boucle entre Aigle et St-Maurice, tout en empruntant l’ES de Lavey. Inscrit plus de 2 mois avant, je n’ai reçu aucun retour… alors que des SOS ont été lancés 1 semaine avant… Belle équipe de vainqueurs… Bref, un week-end de reco assez calme, avec la question qui tue : aurai-je été plus utile au Slalom de Bure ?... Avec ma cheville… pas forcément, quoi que…

Affiche RdCH 2022.jpgVendredi, la prise du matériel se fait à 8h30, avec une très mauvaise surprise… 60 piquets de plus ont été subtilisés malhonnêtement de notre palette… c’est du coup un manque de 120 pièces (!) par rapport à l’an passé… soit le tier ! Par chance, le chef mat a pu nous en dégotter 35 d’un autre type afin de légèrement compenser, et cela aura toute son importance. En attendant, nous avons dû faire à de nombreux endroits avec la nature, au risque, parfois, de se casser la gueule… La pause de midi se fera dans le bus, alors qu’une forte pluie nous tombe dessus durant 45 min. Arrivée au STOP, je fais le compte de ce qu’il reste pour le monter, car il faut encore poser les panneaux des 100m avancés, et le constat est clair… je dois également économiser sur ce poste pourtant en plein vent, car il ne restera aucun piquet… Fin du montage vers 17h, rassuré, mais déçu de son déroulement.

Samedi, diane à… 2h45 ! Le rendez-vous commissaires est à 5h10, et pour nous à 3h45 afin d’effectuer l’ES pour la contrôler, et comme je n’aurai pas d’adjoint au STOP, fermer tous les accès hors postes sécurité en redescendant. 2 commissaires sont absents, j'aurai donc 5 postes à 2 personnes, et 5 postes à 1 personne, 3 postes sont sucrés. La température est déjà agréable, et promet une chaude journée. Le timing est top, et tout roule, sur une zone de départ idéale. Au premier passage, je donne les départs par radio et contrôle les équipements de sécurité. Au second passage, j’effectue pour la 1ère fois la cale, laissant ainsi mes 3 adjointes gérer le DES. Une interruption de 15 minutes a dû être faite suite à l’indiscipline de spectateurs sur l’ES.
Mon délai pour rocader est fixé à 13h30, ainsi à 13h20, passant la cale à un volontaire de l’organisation présent, j’ai récupéré mes affaires, pris sur demande des panneaux pour les chronos, et aviser l’adjoint DC de la Medical Car que je quittai l’ES. Déjà en attente devant le CH, les Régularité… je n’aurai donc pas loupé beaucoup de voitures. Arrivé à Collonges à l’heure de fermeture de route, changement d’atmosphère, la chaleur est moins lourde car, sans grande surprise, il vente quelque peu. Tout semble être prêt, et les collègues contents de me voir arriver. Après 2 éditions sans Super ES, j’ai dû très vite me remettre dedans, car les Historiques sont nombreux, et ce sont des fous furieux : ma-gni-fique !
20h, la Super ES terminée, je prends contact avec mon adjointe qui me signale que le démontage de Muraz est terminé et que le bus est prêt chargé au DES. Autre inconvénient du jour, l’adjointe qui avait le bus a dû partir avant, et je suis dès lors le seul à (vouloir) conduire le bus. Après contact avec le responsable matériel, ce dernier demande à ce que l’on vienne dans l’heure et non le lendemain, car il y aura d’autres ES et la DC. Nous avons donc organisé cela à deux, plus un aide. 21h45, longue journée et missions terminées, soulagé que l’exploitation se soit mieux passée que les préparatifs. Nous ne sommes pas des gestionnaires d’ES, mais des Responsables d’ES, et ce que cela implique. Le point à revoir sera les horaires (ou la communication), puisque les temps d'attente entre le CH et le DES étaient supérieurs aux 3 minutes sans savoir pourquoi, chose déjà constatée au dernier Crité, et qui énerve un peu les équipages ; étonnant lorsque cela arrive sur la 1ère ES d'une section.

Merci aux aides que nous avons eu durant les 3 jours, ou pour le démontage.
Merci pour les différents échanges d’après course, qui m’avaient manqué au Crité.

www.rdch.ch
> FIA - EHRC < 
> FIA - ERT < 
> TER – TER-H < 

***   ***   ***

Prochaines participations :

CCôte La Roche - La Berra – 18-19.06
Slalom de Chamblon – 25-26.06
Cyclo Châtel Chablais Léman Race – 03.07 (évent.)
AutoCross de Bure – 09-10.07
CCôte Ayent - Anzère – 23-24.07

26.05.2022

Karting Mirecourt 2022

Ma participation à la 2e manche du Championnat Suisse de Karting à Mirecourt, en France dans les Vosges, est issue d’une demande du responsable de l’ASS pour y prendre la fonction de responsable de la prégrille. Malgré un temps de déplacement bien plus grand qu’à l’habitude, et d’ailleurs le plus long de ce CSK depuis chez moi, j’ai accepté cette confiance, représentant donc ma 7e manifestation hors pays, après 6 manches de WRC.

Affiche CSK 2022.jpgSamedi, départ en matinée pour arriver en milieu d’après-midi. La météo est top, et parait-il, il fait même moins chaud que la veille. J’ai ainsi eu un échange avec le Directeur de Course, que j’avais déjà côtoyé sur la manche de Wohlen en 2020, qui m’a donné les infos et particularités de la fonction.

Dimanche, le temps est plus frais et le ciel voilé, le pull n’est tout juste pas nécessaire, mais le gilet sans manche bienvenu, sans oublier la crème solaire, car la luminosité est trompeuse, mais une certaine lourdeur va vite prendre le dessus. La mission du jour est donc la responsabilité de la prégrille, avec divers points de règlement à contrôler ou faire respecter : équipements personnels des plus jeunes (protège nuque et côtes), présence du transpondeur, absence de caméra, respect des horaires, absence de mécanique ou d’assistance, mise en grille selon classements, etc... Une mission pas toujours facile, face à des parents qui essaient, et même parfois, font mine de ne pas savoir le français, sauf quand ils ont une chose à te demander… comme par hasard… Bref, comme m’a dit un collègue venu régulièrement voir si ça jouait, il faut oser être strict. Ainsi s’est déroulée la journée, avec, pour les 5 catégories, 1 manche essai, 1 manche de qualif, 2 manches courses et 1 finale. Retardée de 30 minutes suite à une impressionnante cabriole, le pilote ayant fait, suite à un contact, un soleil vertical avant de retomber sur la tête (sans grande gravité d’après le compte rendu de l’ASS), la journée à quand même réussi à finir à l’heure grâce à des séries qui ont pu s’enchaîner sans tarder, et heureusement sans pluie malgré la menace.

Une belle expérience qui m’a bien plu, et donc une ligne de plus au CV. Merci au comité karting de l’ASS et au staff pour l’accueil, sur une piste abrasive, mais très compétitive. 

www.motorsport.ch/fr/karting

***   ***   ***

Prochaines participations :

Tour du Pays de Vaud – 29.05 (pas allé, aucun retour de l'organisateur......)
Rallye du Chablais – 03-04.06
CCôte La Berra – 18-19.06
Slalom de Chamblon – 25-26-06

09.05.2022

Slalom de Bière 2022

Prévu en 2021, mais finalement non autorisé par l’armée, le Slalom de Bière a à nouveau pu reprendre vie, relançant ainsi la saison piste, 951 jours après le dernier slalom romand de Drognens en 2019. Pour cette 55e édition, qui annonce une grosse participation, le parcours a été entièrement inversé.

Biere.jpgSamedi, lors du briefing, on m’a accordé la parole comme demandé quelques jours auparavant, afin d’informer les commissaires de la règle des pénalités, car une inconnue traine depuis plusieurs années ; le règlement dit : "Renversement ou déplacement d’une porte ou d’une chicane hors de ses marques… 10 sec. ", oui mais… partiellement ou entièrement ? Comme rien ne bougeait, j’avais écrit à l’ASS en 2015, et j’attends malheureusement toujours la réponse. Lors de ma participation au cours commissaire Suisse Alémanique de mars dernier, j’ai pu acquérir un dossier transmis aux nouveaux, et à l’intérieur… surprise ! Un document daté de 2011 indiquant clairement la chose. Depuis le temps qu’on attend, je suis assez déçu… Est donc pénalisable, toute porte renversée (normal), ainsi que toute porte encore debout, sortie entièrement de sa marque, clairement signalé sur les dessins du document. L’info a donc été transmise aux présents, et le sera également aux prochains slaloms romands. Autre élément décevant, personne n’a donné d’indication sur le changement de règlement des drapeaux, on s’est ainsi retrouvé avec un double jaune non règlementaire, qui pour rappel, a été supprimé début 2021. Si certains règlements changent, ce n’est pas forcément un bien pour les gens du terrain, mais il est nécessaire de les suivre, afin que tout le monde travail de la même façon. De là, en tant que manche de reprise, il aurait même été bien qu’une indication soit effectuée dans le règlement particulier, car le changement est d’importance pour la sécurité.
Pour ma part, je reste au même poste, soit la barrière d’accès au parc à côté de la station-service. Constats : la chicane est supprimée puisqu’il s’agit dès lors d’une sortie de courbe, alors qu’en entrée se trouve une porte directionnelle, et en extérieur, une glissière provisoire comprenant une ouverture pour l’accès au parc. Sauf que… la glissière est posée à l’envers, la 1ère partie ne cachant pas la seconde, créant ainsi un danger ; élément constaté par un adjoint de DC. Après avoir rajouter les désormais traditionnels vaubans incitant le public à laisser le passage pour le parc inférieur libre, et surtout ne pas s’approcher du rail, j’ai décidé de reste à l’intérieur de la place, me permettant aussi d’être plus actif en aidant les collègues pour remettre plus rapidement, non seulement mon unique porte, mais également certaines des leurs qui sont plus proche de moi. Juste avant la 1ère manche des L4, voyant que certains concurrents passaient très près de la glissière, car ils accélèrent en plein virage, les commissaires sportifs sont venus me demander ce que j’en pensai, leur signalant qu’effectivement ça n’était pas très rassurant, et qu’il serait bon dans un premier temps de décaler la glissière, chose entreprise de suite avec l’aide d’un Manitou. A midi, l’horaire est déjà en retard de 40 à 45 min et la pause réduite à seulement 15 min. L’après-midi commencera avec 30 min de retard, alors que la pluie va faire quelques discrètes apparitions. En fin de 1ère manche course, le ciel est noir côté lac, alors que le vent, subitement, tourne, pouvant ainsi nous ramener ce gros orage. La course se déroulant sans incident, le temps perdu va être rattrapé, et la journée finir avec… 20 minutes d’avance ! Suite à la non disponibilité des infrastructures de l’armée, le logement c’est fait à la PCi de Gimel, avec quelques manques de civisme de la vie en communauté… ; ça ça n’avait pas manqué pendant 2 ans…

Dimanche, le retard est de 30 min avant même le départ de la 1ère voiture… et les incidents ne vont rien améliorer, avec presque d’entrée de jeu, un véhicule sur le toit durant… la manche sous conduite. La pause de midi a donc été sucrée sans trop de surprise, avec une fin de matinée à… 14h. Le public a lui répondu présent et en très forte abondance, mais certaines zones, comme celle entre mon poste et le suivant, faisait peur… Malgré un signalement des collègues, elle a été laissée en l’état, et même sans les pertes de maitrise constatées, heureusement sans conséquence, c’était clairement une erreur. Pour ma part pour tout le week-end, quelques cônes, une démo en panne, et des coups de sifflet et un drapeautage pour sécuriser le poste suivant. Pour ce qui est du nombre très élevé de disqualification pour porte manquée, il y a bien quelques portes et chicanes qui pourraient être mieux signalées, mais si certains faisaient moins les guignoles en manche sous conduite, le sport auto y gagnerait également... Fin de journée vers 18h45, soit avec 1h30 de retard, fatigué par la durée et la météo particulière du lieu, mais satisfait d’avoir revu des personnes qui me font oublier tout ça.

Malgré une indemnité sympathiquement augmentée, la préparation de piste, des zones public, les horaires, les quota, les priorités, etc… beaucoup de choses sont à re-réfléchir, mais quand cela touche à la base même et que c’est évident, c’est, dira-t-on, dommage. La piste a repris, tant mieux !

www.slalom-de-biere.ch

PS : SOS commissaires de presque partout, n'attendez pas la dèr' pour vous inscrire (voir colonne de droite vers le haut)

***   ***   ***

Prochaines participations :

CS Karting Mirecourt – 22.05
Tour du Pays de Vaud – 29.05 (évent.)
Rallye du Chablais – 03-04.06
CCôte La Berra – 18-19.06
Slalom de Chamblon – 25-26-06